CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.
linkThis article is available in English on Cairn International

Souvenons-nous de l’Europe il y a dix ans. En 2009, même si l’inquiétude gagne quant à l’impact de la crise des subprimes éclatée récemment aux États-Unis (la banque Lehman Brothers a fait faillite l’année précédente), l’Union européenne (UE) se veut relativement sereine, prête même pour une nouvelle étape dans son processus d’intégration. Les élections au Parlement européen du 4 juin se traduisent par la victoire des conservateurs et l’arrivée à la tête de la Commission de l’équipe de Manuel Barroso. Un deuxième référendum en Irlande – positif celui-là –, en octobre, permet au traité de Lisbonne d’entrer en vigueur le 1er décembre, avec des dispositions jugées importantes sur la présidence du Conseil européen (Herman Van Rompuy) et la création d’un poste de Haut représentant pour la politique étrangère et la défense (Catherine Ashton).
L’attractivité de l’UE ne se dément pas. L’Islande dépose une demande d’admission qu’elle ne retirera qu’en 2015. Surtout, la pensée dominante en Europe présente l’adoption de l’euro comme une chance, un rempart, et une protection solide contre les effets de la crise économique qui malmène à l’époque les États-Unis. La crise grecque se profile certes dès octobre 2009, mais la confiance reste grande dans les capacités de l’UE à surmonter cette crise et à démarrer une nouvelle phase de son histoire avec le traité de Lisbonne. Quand elle regarde le reste du monde, l’Europe regarde pour l’essentiel vers l’Amérique, et elle admire Barack Obama, intronisé en début d’année 2009 et consacré par le prix Nobel de la paix neuf mois plus tard…

linkThis article is available in English on Cairn International
Français

En dix ans, la construction européenne a subi plusieurs chocs, qui ont remis en cause le narratif historique sur lequel elle s’est élevée, et plus profondément les politiques suivies, ainsi que l’adhésion des peuples. Le risque – réel – de désintégration ne pourra être évité que si les membres de l’Union acceptent une véritable refondation de la construction européenne, basée sur l’idée de « civiliser la mondialisation », et adoptant les politiques de solidarité correspondantes.

Mots clés

  • Union européenne
  • Mondialisation
  • Intégration
  • États-Unis
Nicole Gnesotto
Nicole Gnesotto est professeure au Conservatoire national des Arts et Métiers, titulaire de la chaire sur l’Union européenne, et présidente de l’Institut des Hautes études de Défense nationale (IHEDN). Elle vient de publier L’Europe indispensable, Paris, CNRS Éditions, 2019.
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
cet article est en accès conditionnel
Acheter cet article 5,00€ 12 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Abonné(e) à la revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 03/04/2019
https://doi.org/10.3917/pe.191.0133
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Institut français des relations internationales © Institut français des relations internationales. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...