Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Cahiers du Genre

2005/2 (n° 39)

  • Pages : 220
  • ISBN : 9782747593789
  • DOI : 10.3917/cdge.039.0051
  • Éditeur : L'Harmattan

ALERTES EMAIL - REVUE Cahiers du Genre

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 51 - 82 Article suivant

Résumé

Français

Les discours féministes et antiracistes contemporains n’ont pas su repérer les points d’intersection du racisme et du patriarcat. Face à ces difficultés, cet article propose une approche originale : l’intersectionnalité. La première partie traite de l’intersectionnalité structurelle — de la manière dont le positionnement des femmes de couleur, à l’intersection de la race et du genre, rend leur expérience concrète de la violence conjugale, du viol et des mesures pour y remédier qualitativement différente de celle des femmes blanches. La seconde partie porte sur l’intersectionnalité politique : notamment la marginalisation de la question de la violence contre les femmes de couleur induite par les politiques féministes et antiracistes. Enfin, l’article conclut par l’examen des conséquences de l’approche intersectionnelle dans le champ plus large de la politique de l’identité contemporaine. [*]

Mots-clés

  • intersectionnalité
  • violences contre les femmes
  • féminisme
  • black feminism
  • racisme
  • politiques identitaires
  • États-Unis
[*]

Cet article, dans une version plus longue, a d’abord été publié dans Martha Albertson Fineman, Rixanne Mykitiuk (eds), The Public Nature of Private Violence (New York, Routledge, 1994), sous le titre « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color » (p. 93-118). Nous remercions Kimberlé Williams Crenshaw de nous avoir permis de le publier en français (ndlr).

English

Mapping the margins: Intersectionality, identity politics, and violence against women of colorContemporary feminist and antiracist discourses have failed to consider the intersections of racism and patriarchy. To overcome this difficulty, an original approach is suggested here: that of intersectionality. In the first part, the paper discusses structural intersectionality, the ways in which the location of women of color at the intersection of race and gender makes their real experience of domestic violence, rape, and remedial reform qualitatively different from that of white women. The focus is shifted in the second part to political intersectionality, with the analysis of how both feminist and antiracist politics have functioned in tandem to marginalize the issue of violence against women of color. Finally, the implications of the intersectional approach are addressed within the broader scope of contemporary identity politics.

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. L’intersectionnalité structurelle
    1. Les coups et blessures
    2. Le viol
  3. L’intersectionnalité politique
    1. La politisation de la violence conjugale
    2. Violence conjugale et politique antiraciste
    3. La question de la race et la dénonciation de la violence conjugale
    4. La question de la race et le soutien aux victimes de la violence conjugale
  4. Conclusion

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback