CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.

L’histoire de l’introduction du marxisme en France s’est heurtée à deux thèses adverses qu’il convient aujourd’hui de réviser sérieusement. La première visait à défendre l’idée d’un « marxisme introuvable » et de dénigrer les philosophes, publicistes ou hommes politiques qui se firent les médiateurs des écrits de Marx en France. Une formule des années 1960, souvent citée, puisée dans les écrits du philosophe marxiste Louis Althusser, moquait les théoriciens marxistes français qui l’avaient précédé au regard de brillantes traditions étrangères [Althusser, 1966]. La Russie, l’Allemagne, la Pologne ou l’Italie avaient connu les plus éclatants débats doctrinaux autour du matérialisme historique grâce à de fortes personnalités : Plekhanov et Lénine, Rosa Luxemburg, Karl Kautsky et Édouard Bernstein, Antonio Gramsci, etc. Dans le percutant essai qu’il consacra à cette histoire, Daniel Lindenberg proposait d’éclairer la médiocrité de cette réception par les caractéristiques propres de l’« idéologie française » qui, selon lui, avait « durablement coupé les intellectuels français, même révolutionnaires, de toute possibilité de compréhension réelle du matérialisme historique, sauf pour quelques marginaux ou allogènes » [Lindenberg, 1979, p. 14].
Face à cette histoire intellectuelle du marxisme français au noir bilan, se dresse une historiographie plus politique aux conclusions plus nuancées. Elle souligne ainsi que le marxisme français eut une fortune politique non négligeable. La doctrine pénétra le mouvement ouvrier, certes avec bien des ajustements que l’on pourra regretter si l’on s’en tient à la lettre des écrits de Marx, mais qui relativisent fortement la thèse d’un socialisme français ayant échappé, à l’encontre d’autres socialismes européens, à la greffe marxiste…

Christophe Prochasson
(1959), directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de l’histoire intellectuelle, culturelle et politique de la France contemporaine, a publié notamment Les Années électriques 1880-1910 (La Découverte, 1991), Les Intellectuels, le socialisme et la guerre 1900-1938 (Seuil, 1993), avec Anne Rasmussen Au nom de la patrie. Les intellectuels et la Première Guerre mondiale (La Découverte, 1996), Paris 1900. Essai d’histoire culturelle (Calmann-Lévy, 1999) et a dirigé, avec Jacques Julliard, Michel Winock et Pascal Balmand, le Dictionnaire des intellectuels. Les personnes, les lieux, les moments (Seuil, 1996 et 2002), avec Vincent Duclert le Dictionnaire critique de la République (Flammarion, 2002) et, avec Anne Rasmussen, Vrai et faux dans la Grande Guerre (La Découverte, 2004).
ce chapitre est en accès conditionnel
Acheter ce chapitre 4,00€ 18 pages, format électronique
(HTML et feuilletage)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 01/04/2010
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...