Accueil Revue Numéro Résumé

Diogène

2015/1 (n° 249-250)


ALERTES EMAIL - REVUE Diogène

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 120 - 129 Article suivant

Résumé

Français

Les thèses conspirationnistes connaissent un essor croissant en Russie depuis le début des années 2000. Certaines sont mêmes exprimées par des proches des cercles du pouvoir. Le paroxysme a été atteint ces dernières années avec les déclenchements du conflit syrien et surtout ukrainien. Toutefois, les origines de ces thèses à forte teneur anti-américaine sont anciennes et sont à chercher dans la chute de l’URSS, l’un de leurs principaux théoriciens étant l’ultranationaliste Alexandre Douguine, proche des cercles du pouvoir. Toutefois, parallèlement à Douguine, l’État russe a mis en place une propagande suivant un « storytelling » précis, montrant implicitement les objectifs de politique étrangère de Moscou.

English

Conspiray theories are gradually gaining ground in Russia since the early 2000s, some even being expressed by officials and political elites. The Syrian, and especially the Ukrainian conflicts have been of fertile ground for those theories to reach a climax in political discourses. However, the roots of those strongly anti-american theories are old, and must be found in the fall of the USSR. Alexandr Dugin, ultranationalist close to the power circles, is one of their main theorists. However, in addition to Dugin, the Russian government also established a propaganda machine following avec specific storytelling, which implicitely reveals Russia’s foreign policy objectives.

Plan de l'article

  1. I - Humiliation et nationalisme dans la Russie postsoviétique
  2. II - Le rôle d’Alexandre Douguine
  3. III - L’écriture d’un storytelling
  4. IV - Les actions de propagande à destination des pays occidentaux
© 2010-2017 Cairn.info