Accueil Revue Numéro Résumé

Nouvelle revue de psychosociologie

2006/2 (no 2)

  • Pages : 226
  • ISBN : 9782749206479
  • DOI : 10.3917/nrp.002.0165
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Nouvelle revue de psychosociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 165 - 178 Article suivant

Résumé

Français

La révolution sexuelle a comme origine la critique marxienne de la famille et du mariage monogamique. Elle a été tentée d’abord en Russie soviétique, au début des années 1920, après la révolution bolchevique. Sa nature est analysée à travers trois mouvements sous-jacents : a) la modification du statut de la femme, dans la vision de la militante russe A. Kollontaï ; b) l’observation de la sexualité de l’enfant dans le home d’orientation psychanalytique de Moscou ; c) la vision de W. Reich. L’élément commun de ces trois mouvements est le souci de remplacer la famille par des communautés humaines, avec des pratiques sexuelles conséquentes. Mais à chaque fois ressurgissent des fantasmes d’inceste, à caractère implicite ou explicite. Dans la réalité du régime bolchevique, après une période plus libérale, la répression de la sexualité s’est réinstallée, avec une injonction voilée d’ascétisme.

Mots-clés

  • famille
  • fantasme d’inceste
  • féminisme
  • freudo-marxisme
  • interdit de l’inceste
  • institution pour enfants
  • psychanalyse en Russie soviétique
  • répression sexuelle

English

The sexual revolution originated in the Marxist critique of the family and monogamous marriage. It was first tried in Soviet Russia after the Bolshevik revolution, in the early 1920s. Its nature is analyzed through three of its components : a) the new status of women championed by the Russian militant A. Kollontai ; b) the observation of child sexuality in the psychoanalytically oriented kindergarten of Moscow ; c) W. Reich’s vision. These three approaches shared a common goal : the replacement of the family by human communities, with different sexual behaviours. But this consistently generated incest fantasies, either indirectly or directly. In the end, the Bolshevik regime, after a liberal period, reinstated sexual repression, tacitly imposing asceticism.

Keywords

  • children institution
  • family
  • feminism
  • freudo-marxism
  • incest fantasy
  • incest prohibition
  • psychoanalysis in Soviet Russia
  • sexual suppression

Plan de l'article

  1. La famille dans la vision marxienne
  2. La révolution sexuelle en version féministe
    1. La liberté sexuelle et le risque d’inceste
  3. La sexualité des enfants observée en institution
    1. Le home pour enfants
    2. La liberté sexuelle et le collectivisme
    3. Les deux tendances du projet
  4. Le radicalisme dans la libération sexuelle
    1. L’importance de l’orgasme
    2. L’état réactionnaire
    3. La famille, la collectivité et les fantasmes d’inceste
    4. L’échec de la révolution sexuelle
  5. Convergences
    1. Le lien de la sexualité avec le social
    2. La famille et le risque d’inceste
    3. Le contexte communiste et le glissement vers l’ascétisme
    4. La tentation de l’inceste et le communisme
  6. Conséquences de la révolution sexuelle échouée
    1. Les aléas du freudo-marxisme
    2. La vraie révolution sexuelle
  7. Conclusion

Accéder à cet article
© 2010-2017 Cairn.info