Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Nouvelle revue de psychosociologie

2012/1 (n° 13)

  • Pages : 276
  • ISBN : 9782749216447
  • DOI : 10.3917/nrp.013.0139
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Nouvelle revue de psychosociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 139 - 152 Article suivant

Résumé

Français

L’implication est l’une des principales valeurs que les organisations essaient de promouvoir aujourd’hui pour (re)mobiliser leurs salariés. Avec le management postmoderne, la recherche de l’adhésion ne passe en effet plus seulement par l’exercice du contrôle ou de la coercition, mais par toutes les techniques qui sont mises en œuvre pour instrumentaliser la subjectivité du Sujet. Cette instrumentalisation se manifeste notamment à travers la promotion de la nouvelle « scène » dans laquelle le Sujet est invité à se projeter et où on lui propose, à côté des anciennes formes de gratification, de nouveaux objets d’investissement : l’autonomie et ses corollaires, la responsabilité et la promesse de l’autoréalisation. La question qui se pose toutefois est celle de savoir comment cette scène est réellement investie et quelles formes d’implication elle peut susciter. C’est à cette question que cet article essaie de répondre en analysant l’itinéraire psychique d’une quinzaine de cadres intermédiaires qui ont vécu une restructuration. Nous verrons que les conditions dans lesquelles on leur demande d’exercer leur autonomie dans la nouvelle organisation n’ont jamais été aussi contraignantes que celles qu’ils ont réellement connues. Cet exemple montre que l’appel à l’autonomie et à l’implication ressemble souvent, dans les organisations actuelles, à une injonction paradoxale, source de souffrance, de dissimulation et de désengagement.

Mots-clés

  • sujet
  • acteur
  • implication
  • deuil
  • autonomie
  • organisation

English

Who to accommodate in times of change : the subject or the instigator ? Analysis of commitment and mourning in organizationsAbstract
A strong sense of involvement is one of the main values that organizations try to promote in order to (re)motivate their employees. Postmodern management no longer sees control or coercion as the only ways of achieving a sense of belon ging ; other means are used to orchestrate the subjectivity of the Subject. This orchestration takes place on a new « stage » upon which the Subject is invited to act, and in return receives (alongside the traditional incentives) new rewards such as enhanced autonomy with all of its spinoffs, more responsibility and a promise of self fulfillment. The question which this raises is to know to what extent this « stage » is occupied, and what forms of involvement it can lead to. This article attempts to answer the question by analyzing the psychological impact on fifteen middle managers who have experienced a restructuring of their organization. We shall see that the conditions within which they are asked to exercise their autonomy in the new structure are invariably less severe than the reality that these managers actually experience. This example demonstrates the paradox that nowadays an offer of more autonomy and involvement is often experienced as a source of suffering, concealment and de-motivation.

Keywords

  • subject
  • instigator
  • commitment
  • mourning
  • autonomy
  • organization

Plan de l'article

  1. Structure organisationnelle et structure psychique : l’acteur et le sujet
  2. Derrière les masques de l’acteur, un sujet « souffrant » : le syndrome Magalie
  3. Annexe méthodologique

Accéder à cet article
© 2010-2017 Cairn.info