Accueil Revue Numéro Résumé

Nouvelle revue de psychosociologie

2012/1 (n° 13)

  • Pages : 276
  • ISBN : 9782749216447
  • DOI : 10.3917/nrp.013.0265
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Nouvelle revue de psychosociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 265 - 275 Article suivant

Résumé

Français

Cet entretien pose la question de ce que signifie « être sujet ». Être sujet, ce n’est pas seulement prendre conscience de son assujettissement, c’est aussi effectuer un vrai « travail » sur soi. Or l’entreprise et le management moderne (mais aussi des organisations publiques comme l’université) demandent au sujet d’incorporer des contraintes paradoxales, ce qui se traduit par l’émergence de personnalités clivées entre leur aspiration à « être sujet » et les paradoxes de l’entreprise. L’avenir peut être celui d’une « création destructrice », où les forces destructrices (financières, écologiques, risques psychosociaux...) feraient exploser les sociétés contemporaines, ou celui plus optimiste d’une résolution des problèmes par des ajustements successifs. Sans être uniquement coupables ou victimes, nous avons tous en nous-mêmes une part de responsabilité dans cette société, où il s’agit de trouver dans nos pratiques et nos théories les conditions d’une nouvelle dignité.

Mots-clés

  • sujet
  • paradoxes
  • management
  • travail
  • société contemporaine
  • dignité
  • organisations
  • création destructrice

English

The subject ensnared in management paradoxesAn interview with Vincent de GaulejacAbstract
This interview explores the question of the subject. To be a subject does not mean only becoming aware of one’s own « subjugation » processes, it also requires working through issues about oneself. Now companies and modern management (but also public organizations like universities) settle paradoxical constraints, which lead to the emergence of split personalities between their desire of « becoming a subject » and companies’ paradoxes. The future can be the one of a « destructive creation », where destructive forces (financial, ecological, psychosocial risks...) would blow up modern societies, or the more optimistic one of a step-by-step resolution of problems by successive adjustments. We are not merely guilty nor victims, we all share some responsibility in the social life, where we have to build in our practices and our theories new conditions of dignity.

Keywords

  • subject
  • paradoxes
  • management
  • work
  • contemporary society
  • dignity
  • organizations
  • destructive creation

Accéder à cet article
© 2010-2017 Cairn.info