Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Nouvelle revue de psychosociologie

2013/1 (n° 15)

  • Pages : 336
  • ISBN : 9782749237268
  • DOI : 10.3917/nrp.015.0241
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Nouvelle revue de psychosociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 241 - 252 Article suivant

Résumé

Français

Nous avons répondu à une demande pour former des tuteurs. Cette demande insistait sur la nécessité de participer au développement de compétences et d’explorer une définition du tutorat. Nous avons abordé cette formation avec notre double casquette, enseignant spécialisé en sciences de l’éducation et chercheur en analyse des interactions. Cette double casquette allait de pair avec une vision de la formation où le formateur, acteur parmi d’autres, n’amène pas son savoir comme expert. Ce que nous voulons examiner ici c’est comment le formateur peut être tiraillé entre une conception de l’apprentissage socioconstructiviste, qui le positionne en humilité, et des injonctions qui le situent en expert détenant une partie essentielle du savoir. L’expertise est inscrite dans les fondements de la relation entre les acteurs de l’apprentissage. Une pratique socioconstructiviste supposerait non seulement que les « apprenants » participent activement à la formation mais aussi que le formateur ne reste pas maître de la situation d’échange dans laquelle il s’inscrit, second aspect rarement acté dans le contexte actuel, voire peut-être même impratiquable. Qu’attend-on du formateur ? Maître ou acteur ? Si le formateur doit participer à concentrer le potentiel formatif des situations plutôt que se positionner en maître de la formation, il occupe une place nourrie par des enjeux sociaux et relationnels. Nous pensons que, même s’il le souhaitait, il ne pourrait être un simple médiateur des savoirs.

Mots-clés

  • Formation
  • analyse des interactions
  • rapport de places
  • approche socio-constructiviste
  • rapport au savoir

English

Capucine Brémond, Do trainers know what they are talking about ?We responded to a request to train tutors. This request stressed the need to participate in skills development and to explore the definition of tutoring. We addressed this training with a double-hatted approach as teacher specialized in educational sciences and as interaction analysis researcher. This dual role was consistent with the conception of training where trainers, who are simply one of several actors, do not impart their knowledge as experts. What we wish to look at here is how trainers may be torn between socio-constructivist learning, which humbles them, and imperatives where they are considered as experts who have mastered the essence of knowledge. Expertise is part and parcel of the fundamentals of the relationship between persons involved in learning. Incorporating socio-constructivism would imply that not only would the « learners » play an active role in their training but that the trainers would not remain in command of the interactive situation they had established ; a second aspect that is rarely applied in the current context and may even be deemed infeasible. So, what is expected of trainers ? To be in command or to be actors ? If trainers need to be involved in focusing the educational potential of situations rather than remaining in command of the training, then they hold a role nourished by social and relational challenges. And even if they wished to, they could not be just an advocate of knowledge.

Keywords

  • Training
  • interaction analysis
  • role relationship
  • socio-constructivist approach
  • relationship to knowledge

Plan de l'article

  1. Interaction et formation
  2. Le formateur, « maître » ou « acteur »
  3. Le formateur, homme de pouvoir attendu dans son expertise
  4. Conclusion
© 2010-2017 Cairn.info