Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Politique africaine

2015/3 (n° 139)

  • Pages : 210
  • ISBN : 9782811115364
  • DOI : 10.3917/polaf.139.0023
  • Éditeur : Editions Karthala

ALERTES EMAIL - REVUE Politique africaine

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 23 - 42 Article suivant

Résumé

Français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

English

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Plan de l'article

  1. L’implantation des écoles du mouvement Gülen en Afrique subsaharienne : une circulation de ressources financières et humaines
    1. Des flux venant de Turquie pour l’établissement des écoles en Afrique subsaharienne
    2. Une « armée de réserve » d’enseignants-missionnaires
    3. Personnel expatrié, personnel local : un investissement différencié
  2. Une formation d’excellence répondant à la demande d’ouverture internationale d’une élite africaine
    1. Des écoles préparant aux concours d’accès universitaires
    2. Une ouverture internationale
    3. Une adaptation au pluralisme religieux : la variable d’ajustement islamique

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback