CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Toute référence à cet article doit être indiquée comme suit : Pragier G. (2021). Makom, lieu analytique infini. Shoah, lieu du traumatique. Rev Fr Psychanal 85(5) : 1429-1435
Dans son texte Être juif, Maurice Blanchot (1962) relate sa rencontre décisive avec le jeune Emmanuel Levinas, qui se présente lui-même comme philosophe juif d’origine lituanienne. Leur amitié favorisa de spectaculaires prises de conscience. En réfléchissant avec lui sur les questions philosophiques de notre temps, Blanchot abandonna, puis condamna, ses orientations racistes. Leurs échanges évoquent la belle rencontre de deux sujets favorisant leurs inspirations créatrices dans un Entretien infini (Blanchot, 1969).
Comme le soulignent Viviane Chetrit-Vatine et Michel Granek, Blanchot a dégagé, à partir du texte biblique, la notion d’exode qui l’a renvoyé à l’exil de l’écrivain, rapproché de celui du psychanalyste dans son fauteuil. Inspirés par Levinas pour lequel la subjectivité est fondée sur l’idée d’infini, ils estiment que le terme Makom désigne aussi un village refuge. Les rapporteurs s’appuient sur ces notions pour définir la situation analytique comme un métalieu, un espace-temps transformatif dans lequel la dimension spatiale est dépassée par les dimensions d’éthique et d’infinité.
Avec cette notion d’infini, les rapporteurs introduisent le Makom. Comme l’inconscient, c’est un espace d’incertitude, un espace atopique, achronique, un espace analytique infini, mais aussi « un espace éthique de responsabilité »…

Français

L’auteur interroge l’utilisation et l’impact des termes bibliques Makom et Shoah. Celui de Makom, exploité par les rapporteurs israéliens pour introduire la notion d’espace analytique infini, est inspiré par la philosophie levinassienne. Dans le rapport d’Eva Weil, le terme de Shoah, interrogé pendant une dizaine d’années dans son séminaire sur les traumatismes collectifs, a permis, entre autres, l’introduction de la notion d’espace de désaveu pour rendre compte du refus d’entendre ou de dire l’innommable de « ce qui est arrivé ».

  • Makom
  • Shoah
  • Blanchot
  • Levinas
  • Bashevis Singer
  • espace de désaveu
  • espace analytique
Georges Pragier
Psychanalyste, membre titulaire formateur de la Société psychanalytique de Paris. Ancien secrétaire scientifique du Congrès des Psychanalystes de Langue française (1998-2016).
8 rue Boissonade, 75014 Paris
georgespragier@gmail.com
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Il vous reste à lire 91 % de cet article.
Acheter le numéro 31,00€ 384 pages, papier et/ou électronique add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 3,00€ 7 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
S'abonner à cette revue link Via la page revue
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 17/11/2021
https://doi.org/10.3917/rfp.855.1429
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Presses Universitaires de France © Presses Universitaires de France. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...