Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue française de science politique

2015/5 (Vol. 65)


ALERTES EMAIL - REVUE Revue française de science politique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 805 - 828 Article suivant

Résumé

Français

Le big data « social » est exploité par des agences qui traitent en masse ces données et qui génèrent des corrélations prédictives pour les marques et pour les plateformes du web. Au-delà de « la société » et de « l’opinion », dont cet article rappelle la généalogie, apparaissent de nouvelles entités – les traces – candidates à une théorisation en termes de « vibrations », si l’on veut bénéficier de cette traçabilité généralisée d’entités au caractère encore incertain. Les phénomènes de haute vibration collective existaient avant l’émergence des réseaux numériques, mais ils laissent désormais des traces qui peuvent être calculées. La troisième génération de sciences sociales qui émerge doit assumer la particularité de ce monde des données créées par les réseaux numériques, sans tenter de les réduire aux catégories des sciences de la société ou de l’opinion.

English

Big Data traces and social sciencesSociety, opinion or vibrations ?Big Data dealing with the social is used by agencies who process this data to produce predictive correlations for the benefit of brands and web platforms. Beyond “society” and “opinion” for which the text lays out a genealogy, appear the “traces” that must be theorized as “vibrations” by the Social Sciences in order to reap the benefits of the uncertain status of entities’ widespread traceability. High vibrations collective phenomena did exist before the digital networks emergence but now they leave traces that can be computed. The third generation of Social Sciences currently emerging must assume the specific nature of the world of data created by digital networks, without reducing them to the categories of the Sciences of “Society” or “opinion”.

Plan de l'article

  1. L’âge du numérique
    1. Ni personnes ni identités ni communautés, les traces sont la matière première
    2. Les traces sont produites par des plateformes pour les marques
    3. Faire les mêmes sciences sociales à partir de ces nouvelles sources de données
    4. Pratiquer les méthodes numériques en détournant les traces
    5. Construire les conventions des sciences sociales de troisième génération
      1. Volume et exhaustivité
      2. Variété et représentativité
      3. Vélocité et traçabilité
    6. Big data sans théorie ?
  2. Des traces aux vibrations

© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback