CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.

Bien que très à la mode, l’Intelligence économique n’en est pas moins un concept mal défini, au contenu souvent flou ou ambigu. Pour clarifier les idées, il faut comme toujours partir d’une idée simple : l’intelligence économique doit avoir pour objet de repérer, d’analyser et d’anticiper toutes les menaces qui pèsent ou qui peuvent peser sur l’organisation qui la conduit ; elle doit aussi avoir pour finalité de prendre toutes les mesures défensives et offensives pour contrecarrer ces menaces. Cette surveillance est singulièrement moderne dans ses modalités d’exécution. D’une part parce que l’on assiste, depuis une vingtaine d’années, à une véritable explosion des « coups hors normes » et des manœuvres en tout genre dans la guerre économico médiatique qui fait rage. Cette évolution est elle-même corrélée à l’accroissement continuel de la sphère des activités marchandes, à la déréglementation mondiale des échanges de marchandises, de services et de capitaux, politique délibérée en dépit de son appellation de « mondialisation inévitable », et à la perte d’un certain nombre de valeurs traditionnelles, dans la vie politique comme dans la vie des affaires.
D’autre part parce que l’on constate un développement fulgurant des moyens techniques et conceptuels qui donnent à cette guerre médiatico-économique une acuité nouvelle. L’Internet, l’accroissement exponentiel du volume d’informations disponibles, le progrès des sciences cognitives, permettent ainsi de développer des attaques d’un genre nouveau…

François Asselineau [1]
figure im1
  • [1]
    Diplômé HEC, vice-major de l’ENA (1985), Inspecteur général des Finances, Conseiller de Paris (2001), Délégué général à l’Intelligence économique au Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie (2004), fondateur d’un parti politique, l’Union Populaire Républicaine (2007) http://www.up-r.fr. Il est venu devant le Cercle Nation et République le 26 avril 2006 afin de présenter les objectifs qu’il souhaitait fixer à la Délégation Générale à l’Intelligence économique ainsi que ses principes d’action. Cette analyse, reportée ici, n’engage cependant que son auteur : elle n’a pas été avalisée par le ministre, qui a décidé de supprimer la Délégation Générale à l’intelligence économique à Bercy en 2007.
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
cet article est en accès conditionnel
Acheter cet article 5,00€ 12 pages, électronique uniquement
HTML et PDF
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autre option
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 01/01/2010
https://doi.org/10.3917/rips.036.0131
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour ESKA © ESKA. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...