Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Savoirs et clinique

2015/2 (n° 19)

  • Pages : 160
  • ISBN : 9782749247656
  • DOI : 10.3917/sc.019.0120
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Savoirs et clinique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 120 - 129 Article suivant

Résumé

Français

Cet article voudrait susciter une réflexion sur la « critique ordinaire » de la souffrance au travail. Il s’agira, à partir d’une observation de cinq ans au sein d’une association de prévention contre le suicide, et de l’étude de plusieurs centaines de conversations entre des « malheureux » et des bénévoles de cette association, de dégager les manières dont des « individus ordinaires » qualifient leur propre souffrance et considèrent leurs activités de travail comme une cause spécifique de leur précarité psychologique et sociale.

Mots-clés

  • souffrance
  • travail
  • narration
  • ordinaire
  • critique sociale
  • ethnographie
  • suicide

English

The humiliated and the offended : an ordinary criticism of workThis article aims at initiating a reflection on the “ordinary criticism” of suffering in the workplace. Starting from a five-year observation within an association for the prevention of suicide and with the analysis of hundreds of conversations the “unfortunate” and the volunteers, we have tried to identify the various ways ordinary people tend to describe their own suffering and how they locate their psychological and social insecurity in their working conditions.

Keywords

  • suffering
  • work
  • narration
  • ordinary
  • social criticism
  • ethnography
  • suicide

Plan de l'article

  1. Critique du travail « par le bas » : la nécessaire requalification politique de la souffrance
  2. Les régimes d’expression propres aux récits de la négativité du travail
    1. Psychodrames et mélodrames
    2. Le difficile dépassement des situations locales : l’improbable mise en cause de l’organisation du travail
    3. Un emprunt massif aux catégories lexicales de la psychologie
  3. La mise en mots du travail et sa souffrance
    1. La centralité du problème des relations de travail
    2. L’inexpressivité du travail
    3. En résumé
  4. Conclusion : quand le quelconque cesse d’appartenir au silence
© 2010-2017 Cairn.info