Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Sociétés & Représentations

2007/2 (n° 24)


ALERTES EMAIL - REVUE Sociétés & Représentations

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 251 - 267 Article suivant

Résumé

Français

À partir d’une enquête de terrain de plusieurs années, Delphine Dulong et Frédérique Matonti, analysent la professionnalisation – ou au contraire les processus d’auto-éviction – des nouveaux et des nouvelles élu(e)s au Conseil régional d’Île-de-France. Les femmes, comme l’imaginaient les promoteurs de la parité, feraient-elles de la politique autrement ? L’observation des séances plénières ou des commissions de travail font valoir qu’à ressources sociales, scolaires, et politiques équivalentes, le genre n’a pas d’effet propre... à une exception près. En effet, la prise de parole en public continue à être un exercice « masculin » – ils s’y prêtent beaucoup plus souvent et avec beaucoup plus de plaisir que les femmes et ils en ont taillé au fil du temps les obligations. Mais cette petite différence a de grandes conséquences : la visibilité des femmes, et par conséquent leurs opportunités de monter dans la hiérarchie partisane, reposent en partie sur la prise de parole publique.

English

Based on a field survey over a span of several years, Delphine Dulong and Frédérique Matonti analyse the professionnalisation – or, on the contrary, the processes of self-eviction –of newly elected members at the Regional Council of Île-de-France. Would women, as the advocates of parity had imagined, make politics differently? The observation of plenary meetings and work committees show that, with equal social, educational and political ressources, gender has no proper effect... with one exception. To speak in public is still definitely a « male » exercise – men do it quite more often and with much more pleasure than women, and have tailored its obligations through time. But this small difference has big consequences the visibility of women, and, consequently, their opportunities to raise in the hierarchy, partly rest on the ability to speak in public.

Plan de l'article

  1. Semi-professionnels vs militants
    1. Endosser le rôle
    2. Choix des commissions de travail
    3. La prise de parole : une épreuve professionnelle ?
    4. Prendre la parole en séance plénière : une épreuve sexualisée
  2. L’épreuve du genre
    1. Les variables de l’épreuve
    2. La distribution sexuée de la parole
    3. Les effets paradoxaux de l’apprentissage
    4. La prise de parole en commissions
    5. Genre et régulation des carrières

Accéder à cet article
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback