CAIRN.INFO : Matières à réflexion
figure im1

1 Tant que vous n’aurez pas lu ce livre, votre persistante naïveté vous empêchera de comprendre comment évolue le monde. À travers un fourmillement continu de documents, de points d’appui historiques, d’illustrations et de messages assénés avec une vigueur répétitive, ce très brillant ouvrage de référence achève de nous convaincre que le destin du monde n’est pas façonné par la démocratie mais par l’ambition des dominants. Banal ? Non, car de révélations en découvertes, Peter Dale Scott nous tient par la main pour nous faire prendre conscience de la profondeur secrète des fourrés qui constituent la jungle du « nouveau désordre mondial » engendré depuis 1945 par une politique américaine fondée sur une paranoïa bijective de protection et d’impérialisme. Et on tombe à chaque page de Charybde en Scylla face à cette analyse ciselée du mélange irrésolu de la raison du meilleur avec celle du plus fort.

2 Idée principale : le monde d’aujourd’hui avec sa dominance néolibérale, ses rapports de force ethniques et religieux, sa prégnance militaro-industrielle et financière est l’œuvre à moitié consciente du « supramonde » américain, c’est-à-dire de la partie cachée (hors démocratie) des décideurs « états-uniens » depuis plus d’un demi-siècle. Le pointilleux démontage du complexe mécano de la vraie puissance américaine est en soi un hymne au fabuleux travail réalisé par Peter Dale Scott que l’on suit en toute confiance dans un dédale géopolitique qui rend lumineuse l’histoire récente du monde entier. Récupérant les débris de la Deuxième Guerre mondiale, palliant la relative incapacité de l’ONU, agissant comme un rigoureux autocrate jaloux de son autorité sur le monde, l’« État secret » américain gère la fin du xx e siècle comme un jeu d’échecs, mêlant manipulations, calculs, alliances opportunistes et procès d’intention pour tenter de maîtriser l’expansion de systèmes socio-économiques « non conformes ». Des guerres de Corée et du Vietnam en passant par l’Indonésie, le Guatemala ou l’Iran, l’appareil « états-unien », nanti de ses pouvoirs secrets et de sa philanthropie libérale, accentue notamment dans la décennie 1980 les inégalités intérieures au profit du « unpourcentile » qui s’auto-rétribue.

3 Quelle motivation réelle a poussé cet auteur à un tel réquisitoire contre sa propre histoire nationale ? La vengeance ? La déception ? Non, et c’est ce qui rend passionnante la lecture de ce livre : c’est la simple recherche de la vérité et d’une transparence dont est incapable de rendre compte la démocratie unitaire la plus emblématique du monde.

4 Le lecteur est ainsi interpellé en permanence par les questions subliminales instillées au fil des pages : qui mène le monde ? Au nom de quel idéal ? Vers une fin indiscernable semblant pourtant justifier tous les moyens ? La démocratie peut-elle s’accommoder de la dominance sans partage de l’État qui la pratique ? Où est l’intérêt général de l’humanité cher à Montesquieu ? Plus pragmatiquement, le 11 septembre 2001, identifié par l’auteur comme un simple avatar (souhaité ?) du processus impérialiste, n’en est pas moins une sérieuse alerte à l’adresse des dirigeants américains sur le choix à faire entre « paix » ou « conflits » comme outil de gestion du monde d’aujourd’hui. Mais Peter Dale Scott semble craindre que le pouvoir du « supramonde », déjà hors de contrôle, ne s’emballe encore plus face à cette alternative : la profonde division, non encore assumée, de la société civile américaine post-sécessionniste favorise en effet l’accroissement exponentiel du pouvoir caché des « faucons » et des « factions ».

5 Dans ce tableau plutôt pessimiste de la marche du monde, Peter Dale Scott voit trois succès récents qui donnent espoir en l’avenir (le succès de Solidarnosc en Pologne, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, la montée des droits civiques dans le sud des États-Unis) et « nous envoient un message concret : l’oppression tyrannique, aussi invincible qu’elle paraisse, est vulnérable à la résistance non violente organisée sur une base sociale assez large ».

6 Impossible à lire d’un seul trait, ce livre oblige le lecteur, abasourdi mais soudain intelligent, à prendre conscience de la mutation géopolitique en cours et à se demander comment agir face au combat de titans qui se dessine aujourd’hui entre les États-Unis et la Chine… sans l’Europe. Le modèle américain officiellement pétri de liberté et de bien-être a aujourd’hui une opportunité sans précédent de réviser ses excès et ses déviances qu’une absence multi-décennale de contestation a engendrés. Les offensives d’une Chine voulant montrer que développement et démocratie ne vont pas forcément de pair vont contribuer à redéfinir les contours des civilisations en lice, sachant que Peter Dale Scott appelle de ses vœux un sursaut intérieur des « États-uniens de tous bords pour s’unir afin de défendre la sphère publique de la République contre les impopulaires et indéfendables abus de l’État profond, d’un État militarisé ».

7 Au-delà de l’excitation intellectuelle irrépressible procurée par ce livre, la conscience d’une maîtrise totalement incertaine de la globalisation militaro-économique en cours nous rappelle l’humble lucidité de Paul Valéry : « L’Homme sait toujours ce qu’il fait mais jamais ce que fait ce qu’il fait. » Un fondement du développement durable…

Notes

  • [1]
    Éditions Demi Lune, coll. « Résistances », 2010.
Jean-Loup Feltz
Conseiller à la direction générale de l’AFD.
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Mis en ligne sur Cairn.info le 30/05/2011
https://doi.org/10.3917/afco.236.0135
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur © De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...