CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Toute personne ayant approché la philosophie de Gilles Deleuze sait combien Spinoza a influencé de façon majeure la construction de sa pensée. Depuis l’année 1968, où il publie son premier livre sur Spinoza, Spinoza et le problème de l’expression (en même temps que Différence et répétition), jusqu’à l’écriture vingt-trois ans plus tard de Qu’est-ce que la philosophie ?, où Spinoza est nommé le « prince », voire « le christ des philosophes », l’influence du penseur de l’immanence « la plus pure » se fait sentir de manière unique. En effet, écrit Deleuze dans un entretien, « j’ai commencé par des livres d’histoire de la philosophie, mais tous les auteurs dont je me suis occupé avaient pour moi quelque chose de commun. Et tout tendait vers la grande identité Spinoza-Nietzsche ». Les auteurs dont Deleuze « s’est occupé », et qui ont donné lieu à ses « livres d’histoire de la philosophie », ce sont bien entendu Hume, Nietzsche, Kant, Bergson, Proust et Spinoza. C’est le travail sur ces philosophes qui prépare l’écriture, et les concepts, de Différence et répétition. Or tout ce travail préparatif d’historien, soutient Deleuze, était commandé dès le début par quelque chose de « commun », c’est-à-dire de partagé entre ces auteurs, par une certaine communauté de pensées. Mais cette communauté, soutient-il, se définit à son tour par quelque chose de plus fondamental, d’encore plus profond : la « grande identité » entre Spinoza et Nietzsche. Dans cette alliance entre Nietzsche et Spinoza, se trouve en quelque sorte la clé de toute la pensée deleuzienne, non seulement celle qui conduit à…

Français

Cet article interroge la construction de la philosophie de Gilles Deleuze à partir de son rapport à la pensée de Spinoza. En partant d’une remarque dans Différence et répétition au sujet de l’ontologie spinozienne, nous interrogeons à la fois le problème du temps et de l’éternité chez Spinoza et la genèse de l’ontologie deleuzienne de la différence dans la mesure où elle s’affirme comme héritière de l’affirmation spinozienne de l’univocité de l’être.

  • Deleuze
  • Spinoza
  • éternité
  • durée
  • temps
  • univocité de l’être
  • immanence
Juan Manuel Ledesma Viteri
Université de Paris-Nanterre
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Il vous reste à lire 96 % de cet article.
Acheter le numéro 23,00€ 226 pages, papier et/ou électronique add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 5,00€ 18 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
S'abonner à cette revue link Via la page revue
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 29/07/2021
https://doi.org/10.3917/aphi.843.0013
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Centre Sèvres © Centre Sèvres. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...