Accueil Revue Numéro Résumé

Critique

2012/1 (n° 776-777)


ALERTES EMAIL - REVUE Critique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 75 - 84 Article suivant

Premières lignes

Si l’on en croit les dictionnaires et les manuels de morphologie lexicale, le suffixe -isme sert à former des noms de mouvements et de doctrines avec un sens neutre. Cela veut dire qu’il ne contient pas a priori d’évaluation explicite, au contraire de -âtre par exemple, qui dévalorise (marâtre, jaunâtre) ou de -ette, qui diminue (mesurette, supérette). Par évaluation, j’entends une appréciation quantitative...

Plan de l'article

  1. Le paradoxe des mots en -isme
  2. L’évaluation discursive
  3. L’évaluation sémantique
  4. L’évaluation associative
  5. L’évaluation pragmatique
  6. Pour conclure : existe-t-il des emplois mélioratifs de populisme ?
© 2010-2017 Cairn.info