CAIRN.INFO : Chercher, repérer, avancer.
linkThis article is available in English on Cairn International

À une époque où la migration devient le centre d’attention de la sphère politique, de la sphère économique et de la société civile et où elle est souvent présentée comme une crise, il semble important de faire la lumière sur les réalités de plus en plus complexes de la mobilité internationale. La migration doit être considérée comme un événement qui structure et redéfinit les relations entre le pays d’origine et le pays d’accueil. Elle façonne les sociétés dans les deux pays et son impact dépasse largement les réseaux traditionnels tels que les flux d’envois de fonds.
C’est le point de vue adopté par H. Rapoport dans ses travaux sur les externalités de la diaspora et sur leur impact sur le développement des pays d’origine. Il plaide pour une approche plus holistique du phénomène de la migration et insiste sur le fait que la migration peut avoir des externalités positives sur le pays d’origine de deux façons : (i) une pénétration facilitée dans l’économie mondiale et (ii) des transferts sociaux sources de changements positifs. Grâce à une revue de la littérature exhaustive et problématisée et à des arguments soigneusement construits, il montre que les réseaux de migrants améliorent l’intégration des pays en intensifiant le commerce et les flux financiers. Sachant, en outre, que les externalités de la migration ne sont pas uniquement d’ordre économique, H. Rapoport montre que la migration peut conduire à des changements sociétaux, tels qu’une préférence pour la démocratie ou une évolution des taux de fertilité…

linkThis article is available in English on Cairn International
Français

Dans le lien entre migration et développement, la diaspora a souvent été étudiée à travers le prisme des flux financiers qu’elle apporte au pays d’origine. L’article de H. Rapoport étudie les retombées de la diaspora au-delà des simples envois de fonds, en les éclairant à la lumière des conclusions les plus récentes tirées de la littérature. Pour commencer, ce commentaire insiste sur la nécessité d’utiliser des cadres d’équilibre général pour analyser les externalités, car ils offrent une vision complète des liens entre la migration et les différents résultats. D’autre part, j’estime qu’en raison des politiques d’immigration restrictives en vigueur, les externalités positives observées ne représentent que la limite inférieure de l’effet réel de la diaspora.
Codes JEL : F22, F24, O15, O24.

Mots-clés

  • migration
  • envois de fonds
  • politique d’immigration
  • développement
Anda David
Agence Française de Développement et DIAL, Paris, France.
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
cet article est en accès conditionnel
Acheter ce numéro À partir de 16,50€ 144 pages, format électronique
(HTML et PDF)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Acheter cet article 5,00€ 5 pages, format électronique
(HTML et PDF)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Mis en ligne sur Cairn.info le 10/12/2017
https://doi.org/10.3917/edd.311.0069
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur © De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...