Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Revue d’histoire du XIXe siècle

2008/2 (n° 37)

  • Pages : 248
  • Affiliation : Revue affiliée à OpenEdition

  • Éditeur : Société de 1848

ALERTES EMAIL - REVUE Revue d’histoire du XIXe siècle

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Article suivant

Résumé

Français

On a l’habitude de décrire la Grande-Bretagne du XIXe siècle comme le pays de la révolution industrielle et du libéralisme. Des années 1880 – aux débuts de l’histoire économique – jusqu’aux années 1980, ces deux truismes ont servi de présupposés communs dans les débats opposant l’école dite « orthodoxe » à sa rivale « hétérodoxe ». Mais au cours des deux ou trois dernières décennies, la manière dont les historiens économistes les interprètent a beaucoup évolué. Cet article décrit cette évolution qui a rendu obsolète l’ancienne distinction entre « orthodoxes » et « hétérodoxes ». À distance des anciennes définitions a posteriori de la « révolution industrielle » comme du « libéralisme », les historiens britanniques accordent aujourd’hui une plus grande attention à l’outillage mental des acteurs, et ils ont révisé l’encastrement des marchés dans la culture politique, dans les relations de genre, dans les contraintes environnementales et dans les institutions.

English

The twin truisms – that nineteenth-century Britain was the birthplace of the Industrial Revolution, and that it was the home of liberalism – are probably as old as economic history itself. From the 1880s to the 1980s, they have been part of an underlying consensus between the so-called “orthodox” school of economic history and the “heterodox” school. While broadly remaining valid, these claims have been deeply reassessed over the past two or three decades. This article examines this revision and argues that former distinctions between “orthodox” and “heterodox” are no longer helpful. Distancing themselves from former, retrospective accounts of “the Industrial Revolution” and “liberalism”, economic historians have paid more attention to the ways in which people made sense of the economic world and acted as a consequence; they have reassessed the embeddedness of markets in political culture, gender relations, environmental constraints, and institutions.

Plan de l'article

  1. Le pays de la révolution industrielle
    1. La « révolution industrielle » à l’épreuve
    2. Nouvelles approches du « niveau de vie »
    3. De la « supériorité de l’Angleterre » à la « grande divergence »
  2. Le pays du libéralisme économique
    1. De quand date le « libéralisme » économique ?
    2. La confiance en l’État minimal
    3. Libre-échange et société civile
  3. Conclusion

Accéder à cet article
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...