Accueil Revue Numéro Résumé

Revue du MAUSS

2016/1 (n° 47)

  • Pages : 492
  • ISBN : 9782707190512
  • DOI : 10.3917/rdm.047.0030
  • Éditeur : La Découverte

ALERTES EMAIL - REVUE Revue du MAUSS

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 30 - 31 Article suivant

Résumé

Français

La physique, la sociologie de l’art, l’anthropologie et l’économie convergent sur ce qu’on peut nommer, à la suite de Kuhn, un « changement de paradigme » : c’est la relation qui fait l’objet, et non pas l’objet qui fait la relation. Avec Norbert Elias, la « relation » n’est pas réductible à l’« interaction » chère à une certaine sociologie américaine, mais s’étend plus radicalement à l’« interdépendance », en vertu de quoi l’on n’a pas affaire à des objets préexistants qui seraient liés entre eux par des relations mais à des objets qui se constituent dans et par la relation : exactement comme le don selon Marcel Mauss, où l’objet n’est que le prétexte à l’entretien du lien que permet l’acte de donner, recevoir et rendre.

English

From Object to Relation: a Copernican RevolutionPhysics, sociology of art, anthropology and economics converge on what we can call, following Kuhn, a “change in paradigm”: it is the relation that makes the object, not the object that makes the relation. For Norbert Elias, the “relation” is not reducible to the “interaction” cherished by a certain current of American sociology but rather extends more radically to “interdependance”, by way of which we are not faced with pre-existing objects linked by relations as much as it is the objects that are constituted by and through the relation. The same goes for the gift according to Marcel Mauss, for whom the object is only the pretext for the maintenance of a relation through the act of giving, receiving and rendering.
© 2010-2017 Cairn.info