Accueil Revues Revue Numéro Article

Études

2009/4 (Tome 410)

  • Pages : 128
  • Éditeur : S.E.R.

ALERTES EMAIL - REVUE Études

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 485 - 495 Article suivant
1

Le créationnisme est au départ une doctrine élaborée par les protestants fondamentalistes américains après la Première Guerre mondiale. Basé sur une interprétation littérale du livre de la Genèse, il prétend expliquer les modalités de l’apparition de l’univers et de la vie en son sein [1][1] Rappelons que le créationnisme est différent de la.... Il s’est peu à peu développé et doté d’un objectif politique : assurer l’emprise de la religion sur les sciences et ainsi sur la société. La stratégie principale est axée sur l’éducation. Le premier amendement de la Constitution américaine interdisant l’établissement d’une religion par l’Etat, il fallait que le créationnisme soit dissocié de toute référence religieuse pour pouvoir être enseigné. Il fut alors réélaboré de différentes manières en réponse aux arrêtés successifs de la Cour suprême. Le créationnisme biblique de départ fut transformé en créationnisme scientifique dans les années 1970, après quoi émergea l’Intelligent Design à la fin des années 1980.

2

Le créationnisme actuel n’est donc pas une croyance naïve, mais bien un ensemble de doctrines savamment construites au fil des années, défendues par des mouvements et des organisations dotées de ressources financières importantes et disposant d’appuis politiques conséquents.

3

Le créationnisme turc est le fruit de la réception du créationnisme américain depuis les années 1980 dans un contexte porteur. Pour comprendre son contenu, il importe donc de décrire en parallèle l’évolution de ce dernier. Afin de saisir les raisons de son implantation en Turquie, il faudra parcourir le chemin qui nous mène de la fin de l’Empire ottoman à ces années critiques.

4

Comment expliquer l’existence affirmée de courants et de mouvements créationnistes organisés dans ces deux pays ? D’abord, par l’existence dans chacun d’eux d’une guerre culturelle et de jeux politiques au sein desquels la théorie de l’évolution et les doctrines créationnistes jouent un rôle de marqueur idéologique, d’emblème d’une position au sein de cette guerre. A cela s’ajoute la présence, dans ces deux pays, de traditions théologiques donnant une part importante à la théologie naturelle, c’est-à-dire celle où Dieu parle dans deux « Livres » : celui des Ecritures et celui de la Nature où se révèle le « dessein » de Dieu. Quant au transfert du créationnisme biblique du christianisme à l’islam, il fut rendu possible au départ par sa transformation en créationnisme scientifique qui neutralisa la plupart de ses références explicites au christianisme. Ensuite, le caractère missionnaire des créationnistes américains, et l’existence d’une tradition invitant à la collaboration entre croyants en vue de lutter ensemble contre le « matérialisme » en Turquie, a fourni l’énergie et les motivations nécessaires.

La réception de Darwin en Turquie

5

Avec le déclin de l’Empire, les intellectuels ottomans étaient arrivés à la conclusion qu’il fallait « s’occidentaliser » pour retrouver la grandeur de jadis. Puisque la supériorité occidentale reposait sur les sciences, ils voulaient que celles-ci régulent tous les aspects de la vie en société. A l’époque, elles étaient profondément marquées par le matérialisme, particulièrement celui de Ludwig Büchner (1824-1899), par le darwinisme social et par le positivisme. En 1908, les Jeunes Turcs, influencés par ces courants, prennent le pouvoir et entreprennent de réformer la société. Après l’instauration de la République en 1923, Mustafa Kemal (1881-1938) poursuit dans cet esprit. Il déclare en 1922 : « Une vie sociale dominée par des croyances irrationnelles, inutiles et nuisibles est condamnée à la paralysie […]. Notre guide dans l’éducation et dans la vie sociale et politique sera la science […]. Le progrès est très difficile et peut-être même impossible pour les nations qui veulent préserver leurs traditions et leurs croyances qui manquent de bases rationnelles. [2][2] Mustafa Kemal Atatürk, « Ö?retmenlere, 27 Ekim 1922 »... »

6

Un des opposants aux réformes le plus significatif fut Bediüzzaman Said Nursi (1878-1960), qui dans ses écrits [3][3] Rassemblés dans sa Risale-i Nur (Epître de la Lumière),..., se battit entre autre contre le matérialisme et tenta de montrer que les sciences n’étaient pas opposées à la religion, mais qu’elles mettaient au contraire en évidence les merveilles de l’univers, et donc la grandeur du créateur, dans une théologie naturelle développant celle déjà présente dans le Coran. Il appela aussi à la collaboration entre croyants de diverses religions pour lutter contre le matérialisme qu’il estimait être la plaie de son temps. Ses écrits furent à l’origine d’un ensemble de mouvements dit nurcu (prononcez « nourdjou ») qui rassemblent de nos jours plusieurs millions de personnes en Turquie. Ce personnage, ses écrits, et les mouvements qui en sont issus sont des éléments-clés pour comprendre le débat créationniste qui commencera dans les années 1980, dans la mesure où la plupart des protagonistes créationnistes de l’époque leur seront liés ou se référeront à eux d’une manière ou d’une autre.

7

Après l’ouverture de la Turquie au multipartisme dans les années 1950, le pays connut une forte instabilité politique durant les années 1960-1970. A la fin des années 1960, Darwin fut publié en turc par les « Editions de la Gauche ». Dans l’introduction de certains de ces ouvrages, il était écrit que Darwin avait mis fin à la religion. Après le matérialisme, un nouvel ennemi instrumentalisait Darwin : la « gauche ».

8

Après le coup d’état militaire de 1980 puis le passage du relais aux civils, Turgut Özal commença à libéraliser le pays, ce qui permit aux courants religieux et aux nouvelles élites anatoliennes conservatrices d’émerger économiquement, politiquement et culturellement. Le mouvement nurcu se développa et une nouvelle version de celui-ci, dirigée par Fethullah Gülen (1938-) entra dans de nombreux secteurs de la société (les affaires, les médias et l’enseignement). En même temps, une nouvelle synthèse turco-islamique, née dans les années 1970, ajoutant l’islam à l’identité nationale turque, s’était répandue dans certains milieux, estimant qu’un endoctrinement basé sur le nationalisme et la religion serait un bon moyen de lutter contre la gauche.

9

La « révolution culturelle » qui eut lieu à cette époque affecta l’éducation, avec l’introduction d’un cours de « religion et éthique » dans toutes les classes, la prise en compte de la synthèse turco-islamique dans les cours d’histoire et l’apparition du créationnisme dans les manuels de biologie à partir de 1985, en provenance directe des Etats-Unis.

La naissance du créationnisme scientifique aux Etats-Unis

10

En 1968, la Cour suprême déclare anticonstitutionnelles les lois anti-évolution interdisant l’enseignement de la théorie de l’évolution dans les écoles, promulguées dans certains Etats après la Première Guerre mondiale. C’est dans ce contexte qu’en 1970, un groupe d’anti-évolutionnistes fonde l’Institute for Creation Research (ICR) qui devient rapidement la plus puissante organisation anti-évolution aux Etats-Unis. Puisque la Cour suprême avait déclaré anticonstitutionnel l’enseignement de doctrines religieuses dans les écoles publiques, les créationnistes devaient recourir à une autre stratégie. Ils commencèrent ainsi à défendre que le créationnisme était une théorie scientifique, qu’il pouvait être étayé par des arguments scientifiques, sans référence ni à Dieu ni à la Bible. C’est ainsi qu’est née la Creation Science, la science de la création.

11

En 1980, considérant que les temps étaient propices, avec le soutien financier de la droite religieuse et l’appui politique de l’aile reaganienne du parti républicain [4][4] Ronald Reagan, durant la campagne présidentielle de..., les créationnistes américains commencèrent à défier la Constitution. En 1981, l’Arkansas promulgua une loi stipulant que les élèves des écoles publiques devraient désormais recevoir un enseignement qui placerait sur un pied d’égalité la « science de la création » et la « science de l’évolution ». Un an après, un juge fédéral déclare cette loi anticonstitutionnelle [5][5] McLean v. Arkansas Board of Education, 529 F. Supp. 1255,.... Le caractère « scientifique » du créationnisme n’est pas reconnu. En 1987, suite à d’autres affaires, la Cour suprême déclare qu’un traitement égal du créationnisme et de l’évolution est non constitutionnel, parce qu’il a pour but de promouvoir une religion particulière. Cet arrêt sonnait la fin du créationnisme scientifique [6][6] Edwards, Governor of Louisiana et al. v. Aguillard.... Mais la riposte n’allait pas tarder, avec l’avènement de l’Intelligent Design.

L’importation du créationnisme scientifique américain en Turquie

12

Dans le système éducatif. – Le rapport du Plan de 1983 sur la culture nationale en Turquie incluait des attaques contre le darwinisme, conçu comme le fruit d’une idéologie matérialiste : « Parmi les idéologies qui réduisent l’homme à la nature et qui dénient à l’homme toute supériorité spirituelle, on trouve le darwinisme. [7][7] Devlet Planlama Te?kilat?, Milli Kültür Raporu, Ankara,... » Dans ce contexte, le ministre turc de l’éducation de l’époque fit appel à l’ICR, et plusieurs de leurs livres traitant des « preuves scientifiques » de la création furent traduits en turc pour être distribués aux enseignants. Un Rapport sur la théorie de l’évolution fut également envoyé aux écoles. Voici ce que le ministre dit dans la préface :

13

[La théorie de l’évolution] a ouvert la voie à de nombreuses discussions dans le monde et en Turquie ces deux cents dernières années, à savoir que : (a) cette théorie n’a pas pu acquérir le statut de loi, jusqu’à ce jour […] ; (b) les travaux et les arguments ayant pour but de réfuter cette théorie ont progressé davantage que les efforts effectués pour la prouver ; (c) les travaux et les discussions pour développer une théorie alternative continuent. L’expérience a montré que la discussion de cette théorie dans l’enseignement primaire et moyen a provoqué divisions et confusion, a diminué la confiance dans les sciences jusqu’à suggérer l’idée d’un conflit entre science et religion. En cela, ces discussions n’ont aidé personne…[8][8] T.C. Milli E?itim Gençlik ve Spor Bakanl???, Evrim...

14

Le créationnisme scientifique commença alors à être présenté comme hypothèse alternative dans les livres scolaires. La situation ne fut rééquilibrée qu’après le renversement du gouvernement d’Erbakan en 1997, même si le créationnisme continua à être présenté. Cela mobilisa ceux qui voulaient expulser la théorie de l’évolution des programmes scolaires : parmi eux, des parlementaires du nouveau parti d’Erbakan ainsi que la fondation de « Harun Yahya », pseudonyme sous lequel publie Adnan Oktar, qui lança une campagne créationniste en 1998.

15

Harun Yahya et sa Fondation pour la Science et la Recherche. – Dès le début des années 1980, Adnan Oktar avait rassemblé autour de lui des jeunes des beaux quartiers d’Istanbul au sein d’un petit mouvement auprès duquel il se présentait, sinon comme le Mehdi – le guide de la fin des temps –, du moins comme son précurseur. Le fond de sa pensée à l’époque, telle qu’il la présente en 1988 au cours d’un entretien [9][9] « Adnan Hocayla Konu?ma », Zaman, 28 janvier 1988., est une théorie du complot mêlée d’un discours apocalyptique. Les musulmans, dit-il, sont victimes des attaques d’un complot judéo-franc-maçon-communiste qui répand un matérialisme scientifique fondé sur le darwinisme, et il est de leur devoir de résister face à cette attaque en règle. Ils ne doivent pas avoir peur cependant, déclare-t-il, car la victoire est acquise aux croyants, les armes des impies sont en train de s’émousser et la fin des temps approche : Jésus va bientôt revenir et avec lui le Mehdi qui va tout rétablir. Il faut revenir à Dieu, dit-il en conclusion, car le jour du jugement approche et alors Il saura faire la distinction entre ses amis et ceux qui le rejettent. Nous avons ici l’amorce des thèmes principaux qui seront abordés dans ses publications écrites sous le pseudonyme de Harun Yahya.

16

En 1990, il retourne sa veste, en fondant le Bilim Ara?t?rma Vakf? (BAV) ou Fondation pour la Science et la Recherche, qui organise des conférences promouvant la pensée d’Atatürk ! Mais en 1998, en réaction envers les conséquences du renversement du gouvernement d’Erbakan, le BAV organise une vaste campagne de promotion du créationnisme incluant trois conférences internationales auxquelles participent des créationnistes américains de l’ICR, une centaine de conférences régionales dans tout le pays, une distribution de livres et de brochures créationnistes signés « Harun Yahya », et des campagnes dans des quotidiens marqués religieusement.

17

Le BAV réagit à la création, par la communauté scientifique, d’une commission ayant pour but de répondre au créationnisme par une campagne de diffamation visant les membres de celle-ci, les traitant de communistes, de maoïstes, d’athées, de terroristes et de séparatistes dans des bulletins envoyés dans tout le pays ainsi qu’à des instances officielles, un journal publiant leurs noms et adresses — encourageant ainsi, de manière larvée, à des « actions » contre eux. Les membres de cette commission intentent alors au BAV un procès qu’ils gagnent en mai 1999. Après diverses affaires, un procès est ouvert à l’encontre d’Adnan Oktar en 2000, sous l’accusation de recherche de profit en utilisant la menace et de former une organisation dans ce but. Après moult péripéties, il est finalement condamné en mai 2008 à trois ans de prison, un jugement duquel il fait appel.

18

Entre-temps, ses ouvrages sont de moins en moins mis en évidence dans les librairies, mais des « musées de la création » sont mis en place. Il s’agit d’expositions créationnistes temporaires dans des grandes surfaces liées au business islamique. En 2007, il met en place une nouvelle campagne créationniste, internationale cette fois, envoyant des centaines d’exemplaires de son massif Atlas de la Création à des écoles et universités, non seulement en Turquie, mais aussi dans de nombreux pays dont la France et la Belgique. On entend de nouveau parler de lui plus récemment à la suite de cette campagne, dans le cadre d’une série de décisions de justice bloquant plusieurs sites Internet en Turquie, suite aux recours d’Adnan Oktar qui s’estimait insulté ou diffamé.

19

Il est bien peu probable que, bien qu’il ait affirmé régulièrement le contraire, Adnan Oktar soit le seul auteur de tous les livres et articles signés « Harun Yahya », étant donné leur nombre (plus de 270) et son anglais pour le moins hésitant, alors que la plupart de ses sources sont rédigées dans la langue de Shakespeare. Nombre de ces ouvrages ont probablement été composés par certains de ses disciples ou par des gens du BAV. On peut les classer d’après les trois grands thèmes qu’il aborde : « historico-politique » (principalement le complot judéo-maçonnique), « scientifique » (anti-darwinisme et théologie naturelle) et religieux (surtout éthique et apocalyptique). Ceux-ci donnent lieu à des séries distinctes mais dont les contenus se chevauchent souvent ; ainsi la critique du darwinisme est présente dans la quasi-totalité de ses livres [10][10] Pour la liste de ses œuvres, voir ses sites Internet..... Il se dit également disciple de Said Nursi.

20

Son curieux pseudonyme « Harun Yahya » est tiré des noms Harun (Aaron), frère et aide de Moïse, et Yahya (Jean le Baptiste) qui baptisa Jésus, deux adjoints de grands prophètes juifs de l’islam qui, dit il, « ont lutté contre la pensée impie. [11][11] http:// www. harunyahya. org/ sss/ sss_yazar02. ht » Sur la couverture de la plupart de ses ouvrages figure le sceau du Prophète : tout comme le Coran est le dernier livre révélé par Dieu, et Muhammad, le Sceau des Prophètes, l’auteur a pour but de « réfuter une par une les prétentions des systèmes de pensée impies et de dire le dernier mot en réduisant au silence les objections envers la religion. » Comme on le voit, Harun Yahya a une très haute idée de sa mission quasi-messianique : il se présente comme l’instrument de ralliement privilégié pour ramener les croyants à l’observance des commandements de Dieu, en ces temps qui sont les derniers, et un instrument de combat contre ceux qu’il qualifie d’impies et d’ennemis de la religion. S’il ne rechigne pas devant les moyens à utiliser, l’origine de ses fonds demeure mystérieuse …

21

De manière plus générale, en ce qui concerne la querelle créationniste en Turquie, le jeu commença à se calmer au début des années 2000. Les médias ne parlèrent plus guère de la théorie de l’évolution jusqu’en 2005, où le débat reprit avec entre autre les journaux Radikal et Zaman comme porte-flambeau de chacune des deux positions. Mais le créationnisme scientifique laissait alors la place à son successeur et concurrent : l’Intelligent Design.

Un successeur au créationnisme : l’Intelligent Design (ID)

22

Prenant le relais du créationnisme scientifique, l’ID est plus subtil, mais présente la même confusion épistémologique entre science et sens, et il est doté d’une finalité politique identique à son prédécesseur. Il accepte en effet l’évolution du vivant, mais introduit un facteur surnaturel, un Designer, directement dans le processus évolutif lui-même, à partir du concept de complexité irréductible des structures du vivant, en lequel il trouve en quelque sorte la signature de ce Designer. Qu’il s’agisse de la complexité d’un œil ou de celle du flagelle bactérien, il fait intervenir ce Designer pour en rendre compte, là où le scientifique explique la genèse progressive d’une telle structure par les mécanismes habituels de l’évolution. Né aux Etats-Unis, l’ID a pour vocation d’assurer l’hégémonie de la religion sur les sciences, et ainsi sur la société. Il refuse cependant officiellement d’identifier ce Designer à « Dieu », afin d’éviter les foudres de la justice américaine qui l’empêcherait alors d’être enseigné dans les écoles.

23

De même que le créationnisme « scientifique » s’appuyait sur des organisations comme l’ICR, ce mouvement s’appuie sur des organisations financées également par des Eglises et supportées par des groupes politiques : la Foundation for Thought and Ethics au Texas et surtout le Discovery Institute à Seattle dont le Center for Science and Culture a pour objectif de « lutter contre le matérialisme scientifique » et d’opérer une « révolution scientifique et culturelle ». Notons ici que le contexte politique était plutôt porteur. Tout comme Reagan, en 1980, Georges Bush précise en effet sa position en août 2005. A l’occasion d’une table ronde à la Maison Blanche avec des journalistes du Texas, il affirmait en effet que l’ID devrait figurer aux programmes scolaires au même titre que le darwinisme [12][12] « Ces deux théories doivent être correctement enseignées.... On retrouve ici une stratégie du Discovery Institute appelée « Teach the controversy theory », qui consiste à répandre l’idée qu’il existe une controverse. Car une fois cette idée répandue, l’introduction de l’ID dans le curriculum scolaire devrait être plus facile…

24

La bataille juridique décisive de l’ID va se dérouler à l’occasion du procès de Dover en Pennsylvanie. A la rentrée 2004 en effet, l’ID est présenté aux étudiants de ce district. La réaction ne tarde pas. Un procès est intenté par des parents et en décembre 2005, le juge conclut que l’ID n’a rien de scientifique : c’est une opinion religieuse, une nouvelle appellation du créationnisme, en vue d’échapper à la résolution de la Cour suprême de 1987 [13][13] Sur tout cela, voir les actes du procès : Tammy Kitzmiller,....

25

Quelques mois avant ce procès, en mai 2005, le Conseil de l’éducation de l’Etat du Kansas, dominé par des partisans de l’ID, avait organisé une série d’auditions [14][14] Kansas Evolution Hearings, Topeka, Kansas, 5-12 mai... afin de pousser à des changements dans l’enseignement des sciences. Les membres de la communauté scientifique ayant refusé de cautionner ces échanges, la majorité des intervenants étaient des partisans de l’ID. Parmi ceux-ci, on trouve les grandes vedettes des deux instituts mentionnés plus haut, mais aussi un Turc musulman, Mustafa Akyol : l’occasion de montrer que l’ID n’est pas lié à une religion particulière…

L’Intelligent Design arrive en Turquie

26

Au début des années 2000, la théorie de l’évolution n’était plus guère objet de débat dans les médias turcs, même si un député du parti d’Erbakan interpellait en mai 2002 le ministre de l’Education de l’époque en disant : « Dans beaucoup d’états des Etats-Unis, la théorie de l’évolution a été déclarée non scientifique et a été ainsi retirée des programmes scolaires. Alors pourquoi en Turquie cette théorie est-elle enseignée comme une thèse scientifique ? Ne peut-on pas penser à la retirer du programme scolaire ? Quand annoncera-t-on que la théorie de l’évolution n’est pas scientifique ? [15][15] Radikal, 23 mai 2002. »

27

C’est en 2005 que l’on recommence à parler de la théorie de l’évolution dans le contexte de ce qui se passe aux Etats-Unis, entre autres dans des quotidiens comme Radikal (tendance néo-kémaliste) ou Zaman (appartenant au groupe néo-nurcu de Fethullah Gülen), ou l’hebdomadaire Aksyon (appartenant également à ce groupe). Les journaux du groupe de Gülen évoquent l’influence grandissante de l’ID aux Etats-Unis et demandent qu’on y fasse droit aussi en Turquie. Radikal fait valoir de son côté que les pays « scientifiquement avancés », le Vatican ou la justice américaine sont opposés à l’ID.

28

Un des plus ardents défenseurs turcs de l’ID est probablement Mustafa Akyol (1972- ). Journaliste et conférencier, il fut dans sa jeunesse un disciple de Harun Yahya et contribua probablement à la rédaction de certains de ses livres [16][16] Il déclare cependant avoir rompu ses liens avec lui.... Disciple de Said Nursi, il encourage la collaboration entre musulmans et chrétiens pour qu’ils luttent ensemble contre le matérialisme. Cette collaboration se traduit autant dans ses actes que dans ses paroles. Nous avons déjà décrit sa participation aux auditions de 2005 au Kansas. Cette année là, il fut également nommé membre du conseil d’administration de l’Intelligent Design Network, une organisation établie au Kansas qui joua un rôle important dans ces auditions. Un bon résumé de sa pensée pourrait être l’article intitulé « Why Muslims should support Intelligent Design » publié en septembre 2004 sur Islam Online où il décrit et justifie pour ses coreligionnaires le transfert de l’ID du christianisme à l’islam. Résumé par ses sous-titres, cela donne : « Faisons face à la modernité – Le matérialisme est notre adversaire – Le christianisme, notre allié – L’Intelligent Design, notre cause commune – Un appel à l’action. [17][17] http:// www. islamonline. net/ english/ Contemporary/... »

29

Dans ce contexte, la querelle sur les programmes scolaires reprend de plus belle. Ainsi, par exemple, dans le programme de biologie de la 8e année primaire de septembre 2005, les paragraphes relatifs à la théorie de l’évolution ont été enlevés par le ministère de l’Education nationale, parce que la théorie de l’évolution dépasserait les capacités de compréhension des élèves de l’école primaire [18][18] Radikal, 25 septembre 2005..

30

Tout cela aboutit, fin 2005, à une pétition à l’initiative de l’Üniversite Konseyleri Derne?i, signée par 700 universitaires, pour que toute référence au créationnisme soit enlevée des programmes scolaires. Elle reflète typiquement l’univers mental des opposants les plus actifs au créationnisme : la tradition des « Lumières » luttant contre un pouvoir « obscurantiste » et « réactionnaire » (c’est-à-dire, selon eux, opposé aux réformes kémalistes et voulant retourner à l’Ancien Régime : il s’agit d’un terme régulièrement employé par les kémalistes dans le débat politique en Turquie). C’est que la Turquie est un pays extrêmement polarisé et que l’on entre rarement dans les nuances : « Les disputes concernant l’évolution sont l’objet d’un scénario obscur dont les acteurs sont le pouvoir AKP et des cercles réactionnaires… Ce combat commencé contre la théorie de l’évolution est le produit de pensées obscurantistes moyenâgeuses. Ce combat commencé en prenant pour cible la théorie de l’évolution atteint le point du refus de la pensée scientifique. Nous, hommes de sciences, qui travaillons pour que la Turquie parvienne aux Lumières, pensons que ce tableau doit changer rapidement. [19][19] On peut en trouver le texte, ainsi que celui de la... »

31

Quant au ministre de l’Education Hüseyin Çelik, appartenant au parti AKP d’Erdo?an, voici ce qu’il répondit en mars 2006 à des journalistes qui l’interrogeaient à ce sujet lors d’une réception. On y retrouve, comme chez Georges W. Bush, une belle application de la Teach the controversy theory[20][20] Radikal, 5 mars 2006.:

32

Il y a beaucoup de théories reliées à la création. Parmi elles, la théorie de l’évolution. Est-ce une attitude scientifique que d’expliquer aux enfants la théorie de l’évolution sans expliquer les autres ? […] Il n’est pas correct d’inculquer aux enfants des pensées fixes. C’est dogmatique. Les personnes qui se plaignent, si elles montrent une attitude scientifique, doivent être préoccupés de la diversité et de la pluralité. Nous avons fait préparer le programme scolaire par des scientifiques. Présenter côte à côte des vues opposées […] est l’approche la plus scientifique.

33

L’atmosphère générale est donc toujours assez porteuse pour le créationnisme idéologique en Turquie. Rappelons que c’est aussi à cette époque que Harun Yahya et son organisation, malgré le procès qui l’accable, reprend du poil de la bête avec ses « musées de la création » dans des grandes surfaces, avant de lancer sa campagne internationale en 2007 avec l’Atlas de la création, puis de faire bloquer en Turquie les sites Internet qui osent s’opposer à lui.

Notes

[*]

Cet article est le résumé d’un chapitre rédigé par l’auteur dans l’ouvrage collectif : Maréchal, Brigitte (éd.), Adam et les théories de l’évolution. Islam et christianisme confrontés aux sciences, Académia-Bruylant, Louvain-La-Neuve, à paraître en mai 2009.

[1]

Rappelons que le créationnisme est différent de la foi en un Dieu créateur, qui est le propre de toutes les religions monothéistes. Celle-ci est d’abord une tentative de réponse à la question du sens ultime de l’univers. Elle signifie fondamentalement pour le croyant, poser qu’au « commencement », il y a un « Quelqu’un » (« Dieu ») qui a librement posé dans l’être un « quelque chose » autre que lui, en vue d’une « relation » au sein de laquelle le croyant choisit d’inscrire sa vie en retour.

[2]

Mustafa Kemal Atatürk, « Ö?retmenlere, 27 Ekim 1922 » Atatürk’ün Söylev ve Demeçleri [« Aux enseignants, 27 octobre 1922 », dans Discours et déclarations d’Atatürk].

[3]

Rassemblés dans sa Risale-i Nur (Epître de la Lumière), une somme composite théologique et mystique. Pour une édition intégrale : Bediüzzaman Said Nursi, Risale-i Nur Külliyat?, Nesil Yay?nlar?, Istanbul, 2006, 2 vol. Les parties les plus importantes ont été traduites en anglais et publiées par Sözler Ne?riyat en quatre volumes (The Words, Letters, The Flashes, The Rays).

[4]

Ronald Reagan, durant la campagne présidentielle de 1980, dit à un groupe de chrétiens évangéliques, à propos de l’évolution: « C’est une théorie, ce n’est qu’une théorie scientifique, et elle a été remise en question par le monde scientifique ces dernières années. La communauté scientifique ne la considère plus aussi infaillible qu’elle le crut autrefois. » Cf. Science, 1980, p. 1214.

[5]

McLean v. Arkansas Board of Education, 529 F. Supp. 1255, 1258-1264 (ED Ark. 1982).

[6]

Edwards, Governor of Louisiana et al. v. Aguillard et al., 482 U.S. 578 (1987).

[7]

Devlet Planlama Te?kilat?, Milli Kültür Raporu, Ankara, 1983, p. 539.

[8]

T.C. Milli E?itim Gençlik ve Spor Bakanl???, Evrim Teorisi Hakk?nda Rapor Özeti, Milli E?itim Bas?mevi, Ankara, 1985, p. 3.

[9]

« Adnan Hocayla Konu?ma », Zaman, 28 janvier 1988.

[10]

Pour la liste de ses œuvres, voir ses sites Internet. Le principal, en turc (www. harunyahya. org), renvoie à toutes les versions linguistiques. Son site en version française se trouve sur www. harunyahya. fr

[12]

« Ces deux théories doivent être correctement enseignées de manière à ce que les gens saisissent la nature du débat… Je pense qu’un des buts de l’éducation est d’exposer les gens à différentes écoles de pensée. » Cf. Elisabeth Bumiller, « Bush Remarks Roil Debate on Teaching of Evolution », New York Times, 3 août 2005.

[13]

Sur tout cela, voir les actes du procès : Tammy Kitzmiller, et al. v. Dover Area School District, et al., 400 F. Supp. 2d 707 (M.D. Pa. 2005).

[14]

Kansas Evolution Hearings, Topeka, Kansas, 5-12 mai 2005.

[15]

Radikal, 23 mai 2002.

[16]

Il déclare cependant avoir rompu ses liens avec lui depuis 2003 : cf. Mustafa Akyol, dans « Letters from the week », The Pitch, Kansas City, 19 mai 2005.

[18]

Radikal, 25 septembre 2005.

[19]

On peut en trouver le texte, ainsi que celui de la lettre envoyée au ministère de l’Education le 3 mars 2006, accompagnée de la réponse de ce dernier, dans les annexes de l’ouvrage : Özgür Genç (éd.), Evrim, Bilim ve E?itim, Nâz?m Kitapl???, Istanbul, s.d., p. 301-309.

[20]

Radikal, 5 mars 2006.

Résumé

Français

Le créationnisme est au départ une doctrine élaborée par les protestants fondamentalistes américains. Son transfert à l’islam en Turquie s’explique en grande partie par sa transformation en créationnisme scientifique, qui a neutralisé la plupart des références explicites au christianisme.

Plan de l'article

  1. La réception de Darwin en Turquie
  2. La naissance du créationnisme scientifique aux Etats-Unis
  3. L’importation du créationnisme scientifique américain en Turquie
  4. Un successeur au créationnisme : l’Intelligent Design (ID)
  5. L’Intelligent Design arrive en Turquie

Pour citer cet article

Balhan Jean-Marc, « Le créationnisme américain en Turquie », Études, 4/2009 (Tome 410), p. 485-495.

URL : http://www.cairn.info/revue-etudes-2009-4-page-485.htm


Article précédent Pages 485 - 495 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback