CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Né à Valence en 1913, Paul Ricœur perd très tôt sa mère, puis son père, et devient ainsi pupille de la nation. Sa vie entière va être consacrée à l’étude et à l’enseignement de la philosophie. Il sut même mettre à profit l’épreuve de la captivité (1940-1945) pour approfondir sa connaissance de l’allemand et commencer des travaux qui aboutirent à une soutenance de thèse en 1950. Ce qui lui permit de devenir un universitaire de renom, à Strasbourg d’abord, puis en Sorbonne et à Nanterre, avant que les événements de 1968 ne le conduisent à Louvain et à Chicago. Le tragique ne lui fut d’ailleurs pas épargné, avec le suicide en 1986 de l’un de ses fils. Il s’éteint le 21 mai 2005, huit ans après le décès de son épouse Simone.
Ce grand travailleur laisse derrière lui une œuvre considérable, tant au point de vue strictement philosophique, où elle établit notamment des ponts entre les diverses traditions de la pensée contemporaine, qu’au point de vue religieux, où elle a fortement contribué aux explorations herméneutiques des écritures bibliques. Pour l’aborder de manière (trop) synthétique, je choisis une double entrée. La première concerne l’unité problématique d’un cheminement qui s’est comme acharné à multiplier les « détours », au risque de différer toujours les questions ultimes. La deuxième porte sur la « guerre intestine » qui s’est livrée en lui entre deux régimes de discours : la rationalité critique de la philosophie pouvait-elle rester sans fin à distance des convictions issues de la foi biblique …

Français

Dans cet article, Francis Guibal[*] souligne que, tenant les détours par le dehors pour la voie la plus courte de soi à soi, Ricœur ne s’est résolu que tardivement à poser explicitement la question du rapport entre sa philosophie anthropologique sans fondement absolu et sa foi biblique sans prétention spéculative. Sans jamais se confondre, probité critique et convictions existentielles se révèlent alors susceptibles de se provoquer et de se renforcer dans une cohérence herméneutique toujours relancée.

Francis Guibal
Dernière publication diffusée sur Cairn.info ou sur un portail partenaire
Il vous reste à lire 96 % de cet article.
Acheter cet article 5,00€ 18 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
S'abonner à cette revue link Via la page revue
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 20/06/2017
https://doi.org/10.3917/etr.0922.0393
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Institut protestant de théologie © Institut protestant de théologie. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...