Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Finance

2014/3 (Vol. 35)


ALERTES EMAIL - REVUE Finance

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 53 - 96 Article suivant

Résumé

English

We build a market sentiment index based solely on the changes over time in the number of different stocks held by individual investors. No prices, returns or trading volumes enter the definition and trades of unwealthy and underdiversified investors are overweighted in our sentiment index. Using the trades and portfolios of a large sample of 87,373 French investors over a eight-year period, we show that our index outperforms other usual indices (based on surveys, macro-economic variables or buy-sell imbalances) in predicting short-term returns on long-short portfolios based on size or on the book-to-market ratio. An increase of one standard deviation of our market sentiment index in a given month implies a decrease of 1.05% of the return on such a long-short size based portfolio the following month. A simple dynamic strategy driven by our sentiment index delivers a Sharpe ratio higher than that of random dynamic strategies in 99.6% of cases and a much higher Sharpe ratio than the one of a buy-and-hold strategy.

Français

Dans cet article, nous construisons un indice de sentiment de marché, uniquement à partir des variations dans le temps du nombre de titres différents détenus par des investisseurs individuels. Ni les prix ou les rentabilités d’actions, ni les volumes globaux de transactions sur lesdites actions n’interviennent dans la construction de l’indice. En revanche, les transactions des « petits » investisseurs sont surpondérées dans le calcul de notre indice de sentiment. À partir des transactions réalisées par 87373 investisseurs individuels sur une période de huit années (1999-2006), nous montrons que notre indice surperforme les autres indices usuels (sur données d’enquêtes, données macro-économiques ou sur les déséquilibres achat/vente) dans la prévision des rentabilités mensuelles de portefeuilles long-short fondés sur la taille des firmes ou le ratio book-to-market.
Un accroissement d’un écart-type de notre indice de sentiment sur un mois donné entraîne une baisse de rentabilité de 1,05 % du portefeuille « taille » le mois suivant. Une stratégie dynamique élémentaire guidée par notre indice conduit à un ratio de Sharpe supérieur à celui de stratégies dynamiques aléatoires dans 99,6 % des cas et à un ratio de Sharpe très supérieur à celui d’une stratégie buy-and-hold.

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. 1 - The model
    1. 1.1 - The Markov chain of diversification levels
    2. 1.2 - Steady-state equilibrium of diversification levels
    3. 1.3 - An illustration
    4. 1.4 - A formal definition of the market sentiment index (MSI)
    5. 1.5 - Buy-Sell imbalance
  3. 2 - Data and descriptive statistics
    1. 2.1 - Investors data
    2. 2.2 - Stock data
  4. 3 - Empirical study
    1. 3.1 - Correlation analysis
    2. 3.2 - The predictive-regression approach
      1. 3.2.1 - Portfolios based on size
      2. 3.2.2 - Portfolios based on the book-to-market ratio
    3. 3.3 - Economic relevance of the market sentiment index
  5. 4 - Robustness checks
    1. 4.1 - The number of states and the minimum wealth
    2. 4.2 - The horizon of prediction
  6. 5 - Concluding remarks
© 2010-2017 Cairn.info