Accueil Revues Revue Numéro Article

Revue française de gestion

2007/11 (n° 180)

  • Pages : 224
  • ISBN : 9782746220317
  • DOI : 10.3166/rfg.180.45-59
  • Éditeur : Lavoisier

ALERTES EMAIL - REVUE Revue française de gestion

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 45 - 59 Article suivant
1

Si l’autonomie dans le travail est souvent valorisée comme une source d’efficacité organisationnelle, elle reste une notion difficile à définir et à mesurer. Cet article propose des critères permettant, à partir de comportements typiques, d’évaluer les niveaux d’autonomie des individus dans leur travail, et soulève également la question des impacts des niveaux d’autonomie sur les pratiques de management.

2

Depuis une période relativement récente, l’autonomie dans le travail est présentée comme un levier d’efficacité et de compétitivité des organisations. L’autonomie dans le travail renvoie communément à l’idée de capacité d’initiatives, de discernement, d’auto organisation, voire de « liberté » dans le travail (Everaere, 1999a). Elle suppose intelligence et réflexion pour réagir rapidement à des situations plus ou moins imprévisibles, quel que soit le niveau hiérarchique des individus, même si le niveau d’autonomie tend à augmenter avec celui des classifications.

3

Les chiffres fournis par la DARES confirment ainsi nettement la corrélation entre l’autonomie et les groupes socioprofessionnels : 85% des cadres se déclarent très autonomes. Ce chiffre décroît à mesure que l’on « descend » dans les niveaux hiérarchiques : déclarent être très autonomes 65 % des professions intermédiaires, 46 % des employés, 37 % des ouvriers qualifiés, 21 % des ouvriers non qualifiés (Greenan et al., 2003).

4

Même si les attentes d’autonomie varie sur les niveaux de qualification des collaborateurs, la réflexion proposée peut s’appliquer à n’importe quel type de fonction. C’est au processus d’acquisition et de développement de l’autonomie que nous nous intéressons, avec l’objectif de fournir un moyen permettant d’évaluer le niveau de progression de l’autonomie d’une personne dans son travail. Les principales contributions de l’autonomie dans le travail à l’amélioration des performances de l’entreprise peuvent être synthétisées de la façon suivante :

  • une capacité de décision plus rapide et mieux adaptée aux problèmes locaux (ce sont les arguments classiques de la décentralisation et de la délégation);

  • une plus grande souplesse dans la gestion individuelle et interactive des aléas (ce sont les arguments classiques de la flexibilité et du décloisonnement);

  • des gains de productivité dans la ligne hiérarchique. En effet, la gestion des aléas, les éventuels compromis autour du respect des règles, l’organisation des tâches, échoient dans une mesure qui peut être assez floue, aux individus appelés à devoir se « débrouiller », sans qu’un supérieur hiérarchique ne leur impose systématiquement « la » solution aux problèmes rencontrés dans la réalisation du travail.

5

Cependant, au-delà du relatif consensus sur l’intérêt de l’autonomie dans le travail, on ne peut qu’être surpris par les propriétés très floues qui rendent difficiles aussi bien la définition que la mesure de l’autonomie : notion subjective faisant appel à des registres très personnels tels que « l’envie de… »; notion parfois reconnue comme un indice d’expérience ou de compétence (autre notion ambiguë) mais qu’il est difficile de jalonner ou de discriminer de façon précise; notion contingente qui dépend de nombreux paramètres organisationnels (particularité du problème à résoudre, niveau d’urgence, disponibilité ou pertinence des consignes, disponibilité des supports hiérarchiques ou d’expertise); notion parfois taboue ou clandestine car elle renvoie aux éventuelles contradictions entre respect des règles et efficacité (de Terssac, 1992).

6

À destination des managers d’équipes opérationnelles et des gestionnaires de ressources humaines, cet article propose un outil d’évaluation des niveaux d’autonomie dans le travail associés à des comportements typiques, ainsi qu’une présentation des enjeux en termes de management que ces différents niveaux d’autonomie peuvent induire pour l’individu et pour l’organisation.

7

Certes, des échelles de niveaux d’autonomie existent déjà, depuis celle de K. Lewin (dépendance/contre-dépendance/interdé- pendance/autonomie), celle de C. Lunacek (1994) qui intègre des considérations plus sociologiques (dépendant/critique/ constructif/apparatchik/franc-tireur/stra- tège) ou les travaux d’enquête sur les conditions de travail menées par la DARES qui mesurent des perceptions relatives aux marges d’initiatives. Les enquêtes « Conditions de travail » ont permis notamment de constater la progression indéniable de l’autonomie perçue par les salariés entre 1991 et 1998. Les chiffres du tableau 1 ci-dessous montrent en effet une progression des marges d’initiative dans le travail corrélée avec le recul des prescriptions.

8

Le protocole d’investigation a consisté à cerner la question de l’autonomie en posant des questions indirectes telles que : les indications données par vos supérieurs hiérarchiques vous disent-elles comment faire votre travail ou vous indiquent-elle plutôt l’objectif en vous laissant choisir la façon d’y arriver ?; Pour faire votre travail correctement, appliquez-vous strictement les consignes ou faites-vous autrement ?; Quand il se produit quelque chose d’anormal au cours de votre travail, faites-vous appel à d’autres pour régler l’incident ou le réglez-vous vous même ? (Bué et Rougerie, 1999).

Tableau 1  - Les niveaux d’autonomie selon les catégories de salariés Tableau 1
9

Mais ces différents niveaux d’autonomie ou ces constats statistiques ne nous semblent pas suffisamment opératoires pour les managers en charge du repérage et du management de proximité des collaborateurs appelés à être autonomes dans leur travail.

10

La contribution vise à proposer quatre niveaux d’autonomie : 0 = incompétence, 1 = poser de « bonnes » questions, 2 = adapter intelligemment les règles, 3 = remettre en cause et améliorer (niveaux qui se lisent du bas vers le haut dans le tableau ci-après). Ces niveaux d’autonomie sont associés à des comportements typiques (identifiés de A à J) qui intègrent à la fois des registres objectifs (capacités : à droite) et des registres subjectifs (volonté ou envie de : à gauche). Les couleurs utilisées dans les tableaux (représentées ici par différentes trames) renvoient à la signalétique classique des feux tricolores : vert pour des comportements très adéquats (vert vif

 -

)

11

ou corrects (vert pâle

 -

) avec les pratiques d’autonomie selon les niveaux; rouge

 -

pour des comportements problématiques; orange

 -

pour des comportements qui appellent la vigilance de la part des managers.

Tableau 2  - Les niveaux d’autonomie et les comportements caractéristiques associés Tableau 2
12

On dispose ainsi de comportements typiques susceptibles d’aider les managers à évaluer le niveau d’autonomie de leurs collaborateurs.

13

Avant de détailler le contenu de cet outil d’évaluation de l’autonomie dans le travail, quelques mots sur les circonstances de son élaboration. Cet outil résulte d’une recherche-action menée dans une organisation qui nous a sollicité pour les aider à former les managers de proximité (animateurs d’équipes et responsables d’agence) au développement de l’autonomie des collaborateurs. Par la suite, l’organisation nous a demandé d’ajouter au dispositif pédagogique des éléments permettant d’aider les managers à évaluer le niveau d’autonomie de leurs collaborateurs. Grâce aux échanges et débats obtenus lors des sessions de formation (chaque session durait une journée et se déroulait en présence d’un effectif limité en taille – entre 15 et 50 personnes – pour permettre des échanges d’expériences interactifs), et en procédant de façon itérative, l’outil a été élaboré, soumis en session de formation et amélioré progressivement. C’est donc le résultat de ce travail, destiné au départ à répondre à la demande d’une organisation pour produire un changement, en l’occurrence par le biais de la formation des managers, qui est l’objet du présent article.

1. Niveau 0 de l’autonomie dans le travail = incompétence

14

Le niveau 0 (« incompétence ») est un peu brutal, mais il rappelle à quel point l’autonomie est indissociable de la compétence. La capacité ou le savoir (compétence) conditionne l’habilitation ou le pouvoir (autonomie). Confier des prérogatives décisionnelles à un individu incompétent constitue un dysfonctionnement organisationnel majeur. En ce sens, la compétence est bien une condition indispensable à l’autonomie. En effet, l’octroi, inhérent à l’autonomie, d’une capacité et d’une légitimité décisionnelle n’a de sens que s’il s’appuie sur des aptitudes, des savoir-faire, des expertises ou des comportements discriminants qui définissent les compétences en même temps qu’ils structurent les affectations.

15

On rejoint ainsi l’idée selon laquelle la compétence est fondamentalement spécifique ou singulière à une situation de travail donnée, ainsi qu’à la personne qui l’occupe : que l’on change de situation de travail et/ou que l’on change de personne, et la compétence disparaît. Ce qui confirme l’importance cruciale du contexte dans lequel s’exprime la compétence qui se construit petit à petit (processus d’apprentissage) par la confrontation progressive et durable de l’individu aux aléas du contexte en question. Ceci nous a amené par ailleurs à poser comme condition indispensable à la compétence, et donc aussi à l’autonomie dans le travail, une relative stabilité à la fois dans l’emploi (donc limiter les formes de flexibilité quantitative externe telles que l’intérim (Everaere, 1999b), ainsi que dans une situation de travail (limiter les déperditions de compétence induites par la polyvalence lorsque celle-ci consiste en une affectation instable des individus à des postes de travail distincts requérant des savoirs hétérogènes ; Everaere, 2000).

16

Si l’on examine les rubriques du tableau, évidemment, l’ensemble des comportements du niveau 0 (A et B) sont problématiques. Mais la distinction registre objectif/registre subjectif rappelle aux managers que si des questions fréquentes et déplacées (comportement A) sont l’indice d’une incompétence rédhibitoire pour l’autonomie, l’absence de questions ne signifie pas forcément que les individus « savent »: ils peuvent ignorer et ne pas oser demander, ce qui est l’indice d’un malaise ou d’une incompétence « silencieuse » (comportement B).

17

Qu’est-ce qu’une question « pertinente » ou « déplacée » appliquée à la réalisation d’un travail ? Il est impossible de répondre à cette question de façon générale. Tout dépend du métier et des connaissances préalables que son exercice requiert. Mais il est sûr que l’on peut rapidement évaluer un individu lors de son entrée dans un poste de travail à la nature des questions qu’il pose – ou non – lors de ses débuts. De fait, certaines questions peuvent être rédhibitoires et alerter celui ou celle qui les entend sur les éventuelles lacunes du nouveau-venu qui les posent. À titre d’exemples, c’est un maçon qui demande l’usage d’un outil courant qu’il devrait a priori connaître du fait des qualifications dont il se prétend titulaire; c’est un comptable qui demande ce qu’est une provision dans un compte de résultats; c’est un cuisinier qui hésite face à une recette basique à réaliser; c’est un chauffeurroutier qui demande ce qu’est un chronotachygraphe, etc. Ces questions sont légitimes pour ceux qui ne sont pas du métier. Mais elles sont suspectes pour des professionnels qui, par la formation qu’ils ont suivie et les diplômes qui sanctionnent leur qualification, devraient le savoir, et donc ne pas avoir besoin de poser ce type de questions.

18

Mais il se peut aussi que les individus, alors même qu’ils connaissent la réponse, éprouvent le besoin de poser la question, par besoin d’être rassurés (c’est le cas C traité dans le tableau 3 ci-dessous). Sachant aussi que les individus peuvent être dans la situation où ils ignorent des choses basiques, sans oser le demander (cas B). Auquel cas, le défaut de questions ne signifie pas forcément connaissance et maîtrise de la situation. D’où la vigilance permanente dont doivent faire preuve les managers pour capter et décoder les signaux forts ou faibles d’ignorance. Lesquels signalent une incompétence rédhibitoire pour l’autonomie.

2. Niveau 1 de l’autonomie dans le travail = poser de « bonnes » questions

19

Pour rester dans le registre subjectif mais en montant dans le niveau 1, des individus peuvent poser beaucoup de questions, alors même qu’ils connaissent les réponses (cas C). Dans ce cas, les individus ne sont pas incompétents, mais ils ont besoin d’être rassurés. Ce cas de figure n’est pas en lui-même problématique, à condition qu’il ne dure pas trop longtemps. D’où la couleur orange (ici

 -

) qui signale un devoir de vigilance de la part des managers quant à la nature et la durée des sollicitations de leurs collaborateurs. Cette phase de besoin de support est typique des processus d’adaptation des individus à des situations qui ne leur sont pas familières; temps d’adaptation plus ou moins long selon les individus et leur capacité à supporter le stress inhérent à des situations de travail plus ou moins nouvelles et évolutives.

20

Autre cas de figure du niveau 1 qui confirme l’importance du registre subjectif, des individus peuvent ne pas poser de questions, tout en réalisant correctement leur travail (cas D). Auquel cas, ils savent et réalisent silencieusement leur travail. D’où peut-être l’indice d’une certaine passivité ou d’un défaut de curiosité ? Un tel comportement est-il compatible avec l’autonomie dans le travail ?

Tableau 3  - Niveau 1 : début de l’autonomie = poser de « bonnes » questions Tableau 3
21

Cherchant à analyser les implications du « modèle de la compétence », C. Dubar (1996) souligne à quel point la notion de compétence – et d’autonomie, rajoutons-nous – signifie l’intensité de la mobilisation personnelle (commitment), de l’engagement subjectif et des capacités cognitives de l’individu pour comprendre, anticiper et résoudre les problèmes de sa fonction. Un sentiment d’implication dans le travail est donc inséparable des pratiques d’autonomie. Ou, formulée par son contraire, la passivité est antinomique de l’autonomie. Il y a effectivement au travers de l’autonomie une sorte de promesse ou d’engagement non pas forcément à respecter scrupuleusement les règles, mais bien plutôt à atteindre les objectifs, et ce de manière potentiellement discordante avec les règles officielles. Ce qui peut être à l’origine de tensions psychiques importantes chez les individus amenés à opérer des arbitrages entre des objectifs contradictoires et des actions risquées. Cette implication inhérente à l’autonomie dans le travail n’est donc pas une sinécure : « Alors que la satisfaction renvoie à l’émergence d’un sentiment de plaisir, l’implication renvoie au fait de se sentir concerné, incertain, voire anxieux à propos de son travail et ses résultats. » (Ripon, 1987, p. 425).

22

Ces éléments théoriques ne permettent pas de répondre exactement à la question de savoir si une exécution silencieuse (sans poser de questions) mais correcte du travail est compatible ou non avec l’autonomie. Ils nous rappellent cependant le coût psychique de l’autonomie dans le travail en termes de stress, notamment en raison des éventuels risques à transgresser des règles, à prendre des initiatives, à imaginer des solutions inédites à des problèmes imprévisibles.

23

Dernier cas de figure dans ce niveau 1 : l’individu pose des questions pertinentes dans des situations particulières, qui méritent précisément des éclaircissements ou des précisions (cas E défini comme idéal, en vert ou

 -

, au niveau 1). Dans ce cas, l’individu montre de la curiosité, une envie d’apprendre et de comprendre, notamment les écarts entre les règles officielles (théoriques) et les cas réels (pratiques); autant de prémices favorables au passage au niveau 2.

24

En considérant les exemples donnés plus haut, des questions pertinentes seraient pour un comptable de s’interroger sur le degré de sincérité des provisions qui apparaissent dans les comptes de résultat des entreprises, et les éventuels doutes que l’on peut avoir sur la capacité des éléments comptables à restituer l’état réel de la situation de l’entreprise. C’est le cuisinier qui interroge sur la fréquence de préparation des différentes recettes compte tenu des attentes de la clientèle régulière du restaurant, etc.

3. Niveau 2 de l’autonomie dans le travail = adapter intelligemment les règles

25

Au niveau 2, il est question de la capacité à adapter les règles; capacité inhérente à l’autonomie comme l’ont montré notamment J.-D. Reynaud (1988), J. Girin et M. Grosjean (1996). Trois cas de figure sont identifiés à ce niveau.

Tableau 4  - Niveau 2 : adapter intelligemment les règles Tableau 4
26

Le cas idéal (cas F) est celui selon lequel l’individu adapte intelligemment les règles, c’est-à-dire qu’il est capable de discerner le degré de pertinence des règles en fonction des situations, et lorsque c’est nécessaire, pour agir efficacement, il les transgresse, mais sans en abuser et en s’assurant le cas échéant du soutien ou de la complicité de sa hiérarchie directe (Delobel, 1995), elle-même indulgente et consciente des limites des règles officielles (ou de contrôle, selon les termes de J. D. Reynaud).

27

Cette capacité de discernement pour apprécier le degré de pertinence des règles est au cœur de l’autonomie dans le travail. C’est-à-dire qu’un individu autonome sera celui (ou celle) capable de dire, en fonction du contexte, si telle règle est obligatoire, facultative, inutile ou nuisible pour réaliser efficacement le travail. Évoquer la possibilité qu’une règle soit nuisible à la réalisation efficace d’un travail peut paraître choquant. Pourtant, qui a déjà travaillé depuis un certain temps, aura sûrement rencontré des situations où les règles supposées définir un mode opératoire, une procédure ou une façon de faire, ne permettent pas de réaliser le travail efficacement dans des contextes sans doute particuliers et heureusement pas trop fréquents, où certaines contingences obligent à des transgressions plus ou moins importantes des règles officielles. Cette capacité à adapter intelligemment les règles suppose une certaine ancienneté dans le poste; laquelle permet de distinguer, selon les contextes et les expériences vécues, le degré de pertinence des règles. Généralement, cette capacité d’adaptation des règles est assimilée à l’« expérience ». Un novice (quelqu’un qui vient d’être affecté à une situation de travail nouvelle pour lui) en est a priori incapable.

28

Pour reprendre les exemples caricaturaux précédents, c’est le cuisinier qui, au bout d’un certain temps, ayant appris à connaître les goûts spécifiques de tel ou tel client fidèle, sera capable d’adapter une recette standard et donc de modifier le mode opératoire pour répondre aux goûts particuliers de chaque client. Ou alors, le même cuisinier qui, privé d’un ingrédient majeur, sera capable de lui trouver un ingrédient de sub-stitution sans que le résultat final ne s’en ressente trop. Il est à ce stade n° 2 capable d’autonomie dans le sens où il adapte intelligemment les recettes en fonction des clients ou des ingrédients disponibles, mais sans faire « n’importe quoi ».

29

Cette capacité de discernement de la pertinence des règles, constitutive de l’autonomie, est fondamentale pour l’efficacité collective, autrement dit pour la compétitivité des entreprises. Pour s’en convaincre, il suffit d’évoquer les conséquences redoutables d’une pratique très astucieuse qui consiste en la grève du zèle. Lorsque des douaniers, par exemple, veulent signaler leur mécontentement, que font-ils ? Ils arrêtent systématiquement, de façon mécanique, sans intelligence, ni discernement tous les véhicules qui transitent au passage de frontière. En faisant cela, ils mettent en suspens, de façon provisoire, leur capacité de discernement qui devraient les amener à arrêter non pas tous les véhicules de façon systématique, mais uniquement ceux qui, en fonction de leur intuition, de leur « flair », ou des informations qu’ils ont reçues au préalable, méritent de l’être parce que ces véhicules, et non pas la totalité, méritent un contrôle plus poussé. Donc, en arrêtant et en contrôlant tous les véhicules, sans discernement, ils font du zèle qui les préserve de toute sanction disciplinaire puisque ainsi les véhicules douteux seront forcément contrôlés. Mais cela nuit considérablement à la fluidité du trafic et occasionne donc rapidement une congestion totale qui sera très vite signalée aux « autorités compétentes ». Lesquelles seront alors amenées à négocier sans délai avec les douaniers mécontents les conditions d’une réactivation de leur capacité de discernement. Donc, en ayant raisonné par défaut, la capacité de discernement (donc l’autonomie) est bien un paramètre essentiel de l’efficacité organisationnelle.

30

Le registre subjectif du niveau 2 requiert une vigilance importante de la part des managers. En effet, à ce stade, les individus sont placés à des situations implicantes pour eux-mêmes et pour les autres. On leur demande de faire des choses plus élaborées, plus complexes et donc plus risquées qu’au niveau 1. Au niveau 2, l’individu peut se trouver grisé par les perspectives d’une action comportant des enjeux et donc des risques plus importants. Or, il peut manquer de lucidité quant au niveau réel des compétences qu’il détient à ce stade (Benner, 1995). On est ici proche du niveau de contre-dépendance défini K. Lewin selon lequel l’individu peut vouloir exister par opposition ou rejet des règles, ou encore par une confiance excessive et prématurée dans ses capacités. C’est une phase classique de conquête de l’autonomie qui procède de l’expérimentation de l’erreur ou de l’excès de confiance en soi. Mais compte tenu des risques pour l’individu et pour l’organisation, cette phase requiert une attention très forte de la part des managers, pour laisser « l’apprenti » commettre la faute, sans qu’elle ne lui porte préjudice tout en expliquant « à chaud » les causes de l’échec de sorte qu’il apprenne à adapter les règles « à bon escient » (cas G).

31

Le troisième cas de figure de ce niveau 2 de l’autonomie est très particulier. Il correspond au cas où un individu transgresse les règles mais sans être conscient des dangers ni pour lui-même ni pour les autres (cas H). En d’autres termes, il n’est pas responsable de ses actes car inconscient ou indifférent à leurs conséquences. Ce cas de figure, a priori exceptionnel, nous permet de souligner un autre lien fondamental qui est celui qui unit l’autonomie et la responsabilité. Après avoir vu qu’il ne pouvait y avoir d’autonomie sans compétence (niveau 0), nous insistons maintenant sur le fait qu’il ne peut y avoir d’autonomie sans responsabilité.

32

La responsabilité est la conséquence directe et inséparable de l’autorité (inhérente à l’autonomie) dévolue à chacun sur son propre travail. Mais cette autorité suppose la capacité à répondre de ses actes et en assumer les conséquences. « La responsabilité, c’est la réponse. Sponsorio, spondere, se porter garant, promettre, s’engager. » (Vacquin, 1994).

33

Cette promesse ou cet engagement oblige à placer l’autonomie nettement plus dans le champ de l’implication que dans celui de la satisfaction. Même si l’un n’empêche pas l’autre : on peut éprouver de la satisfaction à être impliqué. Mais de façon générale, l’implication inhérente à la responsabilité, elle-même essentielle à l’exercice de l’autonomie, induit une charge psychique lourde. La responsabilité, et l’implication dans le travail qui l’accompagne, ne sont donc pas une sinécure pour l’exercice de l’autonomie, comme le montre de façon très éloquente la métaphore de M. Vacquin (1994, p. 12), « la responsabilité est insomniaque et creuse les traits ».

34

Les enquêtes statistiques confirment tout à fait le lien entre autonomie et responsabilité : « Faire appel à l’initiative des salariés, c’est s’appuyer sur leur conscience professionnelle voire la développer par des politiques appropriées de « motivation ». Dans l’enquête menée par la DARES sur la perception des conditions de travail, les salariés manifestent souvent un fort sentiment de responsabilité vis-à-vis de leur travail, comme en témoigne la proportion de ceux qui déclarent qu’une erreur dans leur travail aurait des conséquences dommageables sur la qualité du produit, la satisfaction des clients ou sur les finances de l’entreprise. » (Cézard et Vinck, 1996, p. 218).

35

Le principe de responsabilité suppose donc une tension permanente ou une vigilance continuelle pour travailler de manière la plus efficace possible avec tous les compromis que cela peut occasionner tant sur le plan des objectifs officiels (quantité, coût, qualité, délais, etc.) que sur le plan des objectifs personnels (dépense d’énergie, sécurité, confort, distinction, protection, etc.). La responsabilité constitue la traduction de cet engagement « intime » et psychologiquement très impliquant dans l’action efficace.

36

L’autonomie et la responsabilité sont indissociables car l’autonomie repose fondamentalement sur un acte de responsabilisation et d’identification, lequel acte valide en même temps le principe d’autonomie. En effet, d’un côté, une autonomie sans responsabilité constituerait une erreur organisationnelle majeure, chacun pouvant faire n’importe quoi sans devoir rendre des comptes et assumer les conséquences de ses actes. D’un autre côté, attribuer des responsabilités sans accorder d’autonomie reviendrait, par analogie aux problèmes philosophiques et juridiques posés par l’évaluation du « libre arbitre », à imputer des responsabilités à quelqu’un qui n’a pas conscience de ses actes et de leurs conséquences sur les autres. Auquel cas, l’irresponsabilité s’apparente à la folie [1][1] « Des travaux récents ont fait apparaître que l’expertise... !

37

Lier autonomie et responsabilité est d’autant plus nécessaire que les compétences mises en œuvre dans le cadre d’un fonctionnement autonome relèvent de potentialités difficilement objectivables a priori, puisqu’on se situe par définition dans un contexte d’incertitudes. Or, savoir qui est responsable de quoi dans un contexte instable et évolutif, est indispensable pour l’entreprise autant que pour les salariés. D’où les pratiques de signature, d’identification et de traçabilité.

38

La notion anglo-saxonne de « accountability » que l’on peut traduire par « exposabilité » rend bien compte de cette idée inhérente à la responsabilité qui est de devoir s’engager, s’exposer, rendre des comptes et donc adapter son comportement en conséquence.

39

Pour résumer ce détour théorique, le cas dont il faut souhaiter qu’il reste exceptionnel, selon lequel un individu exerce son autonomie en transgressant les règles, mais sans être conscient de ses actes, ni pour lui-même ni pour autres, autrement dit quelqu’un d’irresponsable (cas H) nécessite de la part du manager une intervention immédiate. C’est un cas pathologique dangereux pour l’individu lui-même et pour l’ensemble de l’organisation.

4. Niveau 3 de l’autonomie dans le travail = remettre en cause et améliorer

40

Le niveau 3 correspond à la capacité et/ou l’envie de remettre en cause dans le sens d’une amélioration des processus, une capacité d’innover et de faire mieux. Remarquons tout d’abord que tous les individus appelés à être autonomes ne franchissent pas forcément ce stade.

41

Nous avons vu qu’adapter intelligemment les règles (niveau 2) demande des efforts (implication, engagement, responsabilité, stress) que tous les individus n’ont pas forcément envie de réaliser.

42

Deux cas de figure peuvent se présenter au niveau 3. Le cas I renvoie au cas idéal d’un individu compétent dans son travail qui, non seulement satisfait aux critères de performance qui lui sont attribués dans ses actions courantes, mais en plus, est force de propositions pour les améliorer. Pour reprendre l’exemple du cuisinier, à ce stade, il imagine des recettes nouvelles, il est en phase d’innovation, pour tester des nouveaux plats ou des nouvelles manières de faire.

Tableau 5  - Niveau 3 : remettre en cause et améliorer Tableau 5
43

Ce cas de figure correspond à ce que l’on pourrait appeler un collaborateur « à potentiel ». L’enjeu est alors pour l’organisation de reconnaître les efforts fournis et d’offrir une trajectoire professionnelle à la hauteur du potentiel. Faute de quoi, le collaborateur innovateur risque de s’essouffler (Alter, 1993).

44

En effet, l’individu autonome qui est force de propositions pour innover prend des risques pour lui-même puisque par définition, il agit dans un contexte d’incertitudes qui fait peser un doute quant à l’intérêt ou aux éventuels dangers de l’innovation. Par ailleurs, l’acteur autonome et innovant peut aussi se retrouver freiné dans son élan par des rigidités inhérentes au système plus ou moins bureaucratique dans lequel il évolue. Enfin, il peut rencontrer l’hostilité frontale des adversaires de l’innovation, c’est-à-dire les acteurs à qui la situation actuelle convient très bien, et dont les avantages, prérogatives, zones d’incertitudes, champs de pouvoir, etc. pourraient être remis en cause par les innovations proposées par l’individu autonome de niveau 3.

45

Si d’un côté, les contreparties aux efforts déployés ne sont pas suffisantes; et si de l’autre, la direction n’affirme pas clairement ses positions en donnant les moyens de l’autonomie, en énonçant clairement les prérogatives, en donnant un droit à l’erreur ou en adoptant une attitude d’écoute par rapport aux sollicitations des acteurs engagés dans des fonctionnements autonomes, alors l’autonomie peut s’apparenter à une forme d’abandon ou à un jeu de dupes bien plus préjudiciable pour l’individu qu’une organisation hyper-prescriptive.

46

Le dernier cas de figure envisagé est celui du cas J correspondant à celui d’un individu compétent dans son travail, qui exploite au mieux son autonomie au quotidien, mais qui n’est pas en mesure ou qui n’a pas envie d’innover ou de proposer des idées d’amélioration. Ce défaut d’esprit d’innovation ou d’amélioration peut être lié soit à des traits de personnalité spécifique à l’individu (manque de curiosité, d’insatisfaction, complaisance dans les fonctionnements en vigueur, etc.), soit au fait qu’il estime que le jeu n’en vaut pas la chandelle. On rejoint alors la question des contreparties que l’organisation peut offrir ou non aux efforts fournis par les individus autonomes capables et/ou désireux, au niveau 3, d’innover ou d’améliorer les choses.

47

Au sujet de l’opportunité et du coût des contreparties à l’autonomie dans le travail, il convient de rappeler qu’un fonctionnement à base d’autonomie et de compétence requiert davantage d’efforts, d’implication et d’attention de la part des individus. Il est donc normal de s’attendre à ce que l’entreprise adapte son système de rétribution en conséquence, c’est-à-dire qu’elle paie davantage un individu compétent capable d’initiatives qu’un individu passif ne faisant qu’obéir aux consignes.

48

Comment légitimer un dispositif de rétribution attractif et adapté aux efforts induits par l’autonomie ? Une piste de réflexion qu’il nous semble opportun d’envisager consiste à mener une analyse comparative de la productivité. Que rapporte et que coûte un individu autonome par rapport à ce que rapporte et coûte un individu non autonome ? Quatre éléments de coût nous amènent à légitimer une politique de rémunération cohérente avec le développement de l’autonomie : un coût de rigidité, un coût d’encadrement, un coût lié au risque d’incompétence, et un d’opportunité lié au défaut d’innovation.

49

Premier argument : un individu non autonome est plus rigide dans son travail, à la fois par rapport à sa capacité d’adaptation plus limitée aux aléas et par rapport à sa latitude de compétences moins développée pour prendre en charge des situations de travail plus ou moins complexes.

50

Deuxièmement, un individu non autonome doit être davantage encadré qu’un individu capable de prendre des initiatives, et ce surcroît d’encadrement coûte.

51

Troisièmement, une capacité d’initiatives défaillante peut coûter cher à l’entreprise si des erreurs sont commises que ce soit vis-à-vis des clients (problèmes de qualité, par exemple) ou vis-à-vis des équipements de production de l’entreprise (plus sophistiqués, mais en même temps plus fragiles et aussi plus chers) par des individus n’ayant pas les compétences ou les capacités d’initiatives requises.

52

Enfin, appliqué aux problématiques d’innovation et d’amélioration, un comportement non autonome dans ce domaine représente un coût d’opportunité qui affecte toute l’entreprise. Il est largement admis que l’efficacité collective procède d’un engagement individuel répandu à l’ensemble du corps social de l’entreprise pour innover et améliorer tout ce qui peut l’être (produit, service, process). C’est le sens du terme japonais de Kaizen que l’on traduit par processus d’amélioration continue, pris en charge aux niveaux les plus décentralisés, par chacun des membres de l’entreprise.

53

Ce dernier développement insiste sur les conditions nécessaires, de la part des managers et de l’organisation, pour créer les conditions favorables à l’autonomie dans le travail surtout au niveau 3 où la recherche d’amélioration et d’innovation induit des efforts importants de la part des individus qui peuvent s’avérer très profitables pour l’entreprise. Compte tenu des enjeux que l’autonomie dans le travail représente pour la compétitivité de l’entreprise (surtout aux niveaux 2 et 3), cette dernière a tout intérêt à adopter une stratégie gagnant-gagnant.

CONCLUSION

54

Cet outil d’évaluation peut permettre à des managers de situer le niveau d’autonomie de leurs collaborateurs à partir de comportements typiques dont nous avons essayé de montrer qu’ils pouvaient relever tantôt de paramètres objectifs (notamment la fréquence et la nature des sollicitations, la capacité à transgresser intelligemment les règles, la capacité à proposer des axes d’amélioration ou d’innovation); tantôt de paramètres subjectifs liés à des éventuels besoins d’être rassurés, des perceptions du risque ou des enjeux liées à l’adaptation des règles et au sentiment de responsabilité qui doit en principe accompagner les pratiques d’autonomie.

55

Prendre en compte à la fois des registres objectifs (capacité à) et des registres sub-jectifs (volonté ou envie de) nous paraît fondamental dans la mesure où en aucun cas, l’autonomie dans le travail ne peut être imposée contre la volonté de ceux qui sont amenés à l’exercer avec toutes les conséquences notamment psychiques que cela peut induire (stress, adaptation, mémorisation, contextualisation, efforts permanents pour évaluer les dangers et l’opportunité de transgresser les règles, opposition de ceux qui n’ont pas envie d’améliorer, etc.).

56

Une limite importante à ce travail est qu’il se situe à un niveau général. Les intitulés définissant les quatre niveaux d’autonomie sont à la fois simples et accessibles : niveau 0 = incompétence, niveau 1 = poser de « bonnes » questions, niveau 2 = adapter les règles, niveau 3 = remettre en cause et améliorer. Mais pour apprécier l’opérationalité de ces critères, il est indispensable de procéder à un exercice de transposition de cette grille théorique à des situations professionnelles précises. Seul le lecteur peut le faire en fonction de sa propre expérience et de son contexte professionnel. Car ce qui est un indice d’incompétence dans un contexte professionnel donné ne l’est pas pour un autre. Il en est de même pour la qualification d’une « bonne » question, ou le degré d’intérêt ou de dangerosité dans la transgression des règles, ainsi que l’ampleur, la nature et la pertinence des innovations.


BIBLIOGRAPHIE

  • Alter N., « La lassitude de l’acteur de l’innovation », Sociologie du Travail, n° 4,1993.
  • Benner P., De novice à expert. Excellence en soins infirmiers, Paris, InterEditions, 1995.
  • Bué J., Rougerie C., « L’organisation du travail : entre contrainte et initiative. Résultats de l’enquête Conditions de travail de 1998 », Premières informations et premières synthèses, DARES, n° 32.1, août 1999.
  • Cézard M., Vinck L., « Contraintes et marges d’initiative des salariés dans leur travail », Données Sociales, INSEE, 1996.
  • Delobel B., « Le rôle du groupe dans le phénomène du changement organisationnel : “étude monographique” d’un atelier de montage des sondes », Cahiers de Recherche de l’IAE de Metz, n° 23/4.95, février 1995.
  • Dubar C., « La sociologie du travail face à la qualification et à la compétence », Sociologie du Travail, n° 2,1996
  • Everaere C., Autonomie et collectifs de travail, Lyon, Éditions de l’ANACT, coll. « Points de repères », 1999a.
  • Everaere C., « Les effets pervers de la flexibilité quantitative », Revue française de gestion, n° 124, juin-août 1999b.
  • Everaere C., « La compétence : un compromis multidimensionnel fragile », Gestion 2000, n° 4, juillet-août 2000.
  • Greenan N., Hamon-Cholet S., Walkowiak E., « Autonomie et communication dans le travail », Premières informations et premières synthèses, DARES, n° 20, mai 2003.
  • Girin J., Grosjean M., (dir.), La transgression des règles au travail, Paris, L’Harmattan, coll. « Langage et Travail », 1996.
  • Lunacek C., La délégation efficace. Pour un nouveau management plus responsabilisant, Paris, ESF Éditeur, 1994.
  • Reynaud J.D., « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de sociologie, XXIX, 1988.
  • Ripon A., « Satisfaction et implication dans le travail », Traité de Psychologie du Travail,
  • Levy-Leboyer C. et Sperandio J.C., Paris, PUF, chapitre XXI, 1987.
  • Terssac G. (de), Autonomie dans le travail, Paris, PUF, 1992.
  • Vacquin M., « Préface », La responsabilité. La condition de notre humanité, Paris, Éditions Autrement, série « Morales », n° 14,1994.

Notes

[1]

« Des travaux récents ont fait apparaître que l’expertise psychiatrique, argument de défense mis en place par les avocats pour plaider l’irresponsabilité de leurs clients, pouvait avoir des effets de mise à mort subjective en empêchant la rencontre avec le jugement, la peine et l’acquittement de la dette. Et l’on a vu des criminels revendiquer leur culpabilité afin de se protéger de l’anéantissement subjectif d’une expertise exonératrice. Un acquittement pour folie peut se confondre avec une condamnation à la folie. » (Vacquin, 1994, p. 11).

Plan de l'article

    1. 1. Niveau 0 de l’autonomie dans le travail = incompétence
    2. 2. Niveau 1 de l’autonomie dans le travail = poser de « bonnes » questions
    3. 3. Niveau 2 de l’autonomie dans le travail = adapter intelligemment les règles
    4. 4. Niveau 3 de l’autonomie dans le travail = remettre en cause et améliorer
  1. CONCLUSION

Article précédent Pages 45 - 59 Article suivant
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...