Accueil Revues Revue Numéro Article

Revue française de gestion

2008/8 (n° 188-189)

  • Pages : 456
  • ISBN : 9782746223196
  • DOI : 10.3166/rfg.188-189.307-324
  • Éditeur : Lavoisier

ALERTES EMAIL - REVUE Revue française de gestion

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 307 - 324 Article suivant

INTRODUCTION

1

Construit sous la direction de Ferdinand de Lesseps et ouvert à la circulation maritime en 1869, le canal de Suez est une des grandes réussites du XIXe siècle. Jusqu’alors, les routes maritimes mondiales d’un océan à l’autre, passaient par l’hémisphère sud. En permettant aux navires d’éviter la pointe du Cap de bonne espérance, le canal de Suez raccourcit les distances entre l’Asie et l’Europe et un premier verrou contraignant les navires à de longs voyages a sauté. Mais il existait un autre verrou de même nature : le passage de l’ouest du continent américain à l’est, de l’océan Pacifique à l’océan Atlantique (Siegfried, 1940). Fort de son premier succès, tel un général vainqueur de la première bataille, Ferdinand de Lesseps a souhaité faire une seconde tentative, qui paraissait d’autant plus réalisable après une analyse superficielle que la distance à creuser à Panama était à peine la moitié de celle de Suez. Mais Suez était une région connue des Européens, plate, bien balisée. Panama était l’inconnu, avec ses montagnes, ses sols instables et son climat insalubre. Lesseps a, selon son habitude, forcé le destin pour créer la compagnie française du canal de Panama, mais sa volonté n’a pas suffi à éviter la débâcle financière et un scandale de premier ordre. Ferdinand de Lesseps, après son succès de Suez a tout connu : l’amour, l’argent, la gloire. Quelques jours après l’inauguration de canal de Suez par l’impératrice Eugénie, il épousait en secondes noces Louise-Hélène Autard de Bragard [1][1] Sa première femme, Agathe Delamalle, lui avait donné.... Il avait 64 ans, elle en avait 21. Elle lui donnera 12 enfants (6 garçons et 6 filles), le dernier naîtra l’année de ses 80 ans. Peu d’hommes n’ayant pas de fonctions gouvernementales ont reçu autant de récompenses et d’honneurs pendant les quinze années qui suivront. Membre de l’Académie des sciences, membre de l’Académie française où il est parrainé par Victor Hugo lui-même, il est reçu sous la coupole par Ernest Renan. Ses confrères sont Hippolyte Taine, Louis Pasteur et Alexandre Dumas. Plus prestigieux qu’un chef d’État, il préside la délégation française à l’inauguration de la statue de la liberté de Bartholdi, offerte par la France aux États-Unis. Et pourtant, on n’a pas l’impression que tous ces honneurs tournent la tête à Ferdinand de Lesseps qui doit en permanence surveiller les finances du canal de Suez, vulnérable et prêt à être dépecé à la moindre occasion pas des spéculateurs sans états d’âme. Panama est encore loin de ses pensées. « Suez est au carrefour de trois continents, qui ont appartenu de tout temps à l’histoire de notre civilisation, mais à Panama, le milieu est strictement américain, ce qui va nous imposer dans cette étude un dépaysement complet. » (Siegfried, 1940, p : 147).

MÉTHODOLOGIE

Comme source primaire, nous avons utilisé les documents déposés aux Archives nationales du monde du travail décentralisées à Roubaix depuis 1993. Les documents de la Compagnie universelle du canal de Panama figurent sous la rubrique 7AQ. Les plus riches sont celles référencées ci-dessous.

7AQ2 : Condition d’émission des emprunts de 1880,1882,1883,1884,1886,1887,1888, assemblées générales de la Compagnie universelle du canal interocéanique, rapports du conseil d’administration.

7AQ3 : AQ11 : Bulletins du canal interocéanique, 9 volumes.

7AQ12 : Jugement prononçant la liquidation de la Compagnie universelle du canal interocéanique.

7AQ14 : Loi relative à la liquidation de la Compagnie universelle du canal interocéanique du 1er juillet 1893, nomination de M. Lemarquis et de M. Gautron, co-liquidateur.

7AQ17 : Procès de Panama.

7AQ46 : Dossier historique sur l’affaire de Panama, articles de presse, jugements, arrêts, consultations juridiques.

Ces archives abondantes, ont été amputées de nombreux dossiers techniques, quand les Français ont cédé la concession du canal aux Américains le 16 avril 1904. Les archives de la Compagnie universelle du canal interocéanique et de sa liquidation ont été données par M. Lemarquis, chargé de la liquidation le 4 juillet 1893, administrateur de la Société Générale dans les années 1950, aux Archives nationales le 3 octobre 1950. M. Lemarquis s’était engagé à conserver ces archives une vingtaine d’années. Nous avons utilisé quelques sources secondaires pertinentes comme : R. Courau, Ferdinand de Lesseps, Paris, Grasset, 1932 et A. Siegfried, Suez-Panama et les routes maritimes mondiales, Paris, Librairie Armand Colin, 1940, complétées par quelques autres, écrits avec moins d’élégance, mais qui ne manquent pas d’intérêt, tels que : P. Bunau-Varilla, Panama : création, destruction, résurrection, Paris, Plon, 1912 ou : L. N. B. Wyse, Canal Interocéanique de Panama, Mission de 1890,1891 en Colombie, Rapport général accompagné du plan et du profil du projet à 6 écluses groupées en deux échelles avec plafond du bief supérieur, Paris, Éditions Achille Heymann, 1891.

I – LE TEMPS DES GRANDES ESPÉRANCES : COULEUVRE À TRANCHER ET COULEUVRES À AVALER

2

Le canal de Panama actuel a environ 77 kilomètres de long. Entre la baie de Colomb (Aspinwall), située sur l’océan Atlantique et la baie de Panama, sur l’océan Pacifique, il traverse une montagne, la Couleuvre en français et la Culebra en espagnol, qui culmine à 98 mètres au-dessus du niveau de la mer. Faire une tranchée dans cette montagne était la difficulté majeure du percement du canal, et une des raisons de l’échec de la société interocéanique du canal de Panama. La profondeur de la tranchée finalement réalisée est de 55 mètres et sa longueur est de 13 kilomètres. Ferdinand de Lesseps voulait construire, comme à Suez, un canal à niveau, mais pour diminuer le volume des excavations, les ingénieurs qui lui ont succédé ont préféré un canal à écluses, et ils ont considérablement réduit le volume des matériaux à évacuer. Il existe deux séries d’écluses du côté Pacifique (Pedro Miguel Locks, Miraflores Locks), séparant un lac central situé à 26 mètres au-dessus du niveau de la mer à Gatún. À l’opposé, il y a trois séries d’écluses [2][2] Le meilleur plan du canal (carte et plan de coupe)... côté Atlantique (Gatún Locks).

3

Évoquons un instant les origines de Panama. En 1513,21 ans après la découverte du nouveau continent par Christophe Colomb, Vasco Nuñez de Bilbao arrive, avec une poignée de mercenaires, face à l’océan Pacifique qu’ils appelleront la Mer du Sud. Elle est si proche de l’océan Atlantique qu’on est tenté de croire à un passage entre les deux. Mais ce passage n’existe pas et Magellan sera obligé de faire un large détour pour conquérir le Pacifique. Après Magellan, Philippe II d’Espagne donne mission à deux ingénieurs flamands d’étudier un projet de canal, tout en se méfiant des possibilités apportées à l’Espagne mais surtout à ses ennemis convoitant l’or et l’argent du nouveau monde. Les Espagnols gardant le secret de leurs routes océanes ne peuvent cependant pas empêcher le flibustier Morgan de brûler et piller l’isthme de Panama avant de se réfugier aux Antilles. Ensuite, Panama s’enfonce dans l’indifférence et redevient la terre inhospitalière et marécageuse qu’il a toujours été. Quelques décennies plus tard, en 1804, Humboldt visite le site et croit à la possibilité d’un canal. Évoquée par Goethe, l’idée est reprise par les Français qui vont d’échec en échec : le syndicat d’étude Salomon (1838), la mission envoyée par le roi Louis-Philippe en 1843 (Garella, 1845), le projet Louis-Napoléon (1846), la compagnie française pour la construction d’un chemin de fer (1847) sont autant de revers non concrétisés (Liot, 1849). Les Américains ne sont pas en reste : le Panama Rail Road (1848) reprend immédiatement la concession française [3][3] Archives nationales 7AQ33 : Contrat pour la concession..., le Syndicat Vanderbilt (1850) songe à un canal du Nicaragua, une commission officielle américaine (1872) confirme sa préférence pour le tracé du Nicaragua, plus facile à contrôler par les Américains, cinq fois plus long mais moins coûteux. La Société Française de Géographie, en 1876, décide enfin de reprendre un projet de canal plus sérieusement et envoie à Panama Lucien Napoléon Bonaparte Wyse et une équipe d’ingénieurs (Wyse, 1886,1891), dont plusieurs ne reviendront pas. Le véritable sort du canal de Panama en est jeté.

1. Création de la société française du canal

4

Bonaparte Wyse [4][4] Lucien Napoléon Bonaparte Wyse était l’arrière petit..., mandaté par la Société de géographie de Paris, fait avec son équipe un relevé topographique précis [5][5] Sur les huit ingénieurs de son équipe, trois mourront... et prépare un projet comportant des tunnels et des écluses [6][6] On avait le choix entre un tunnel à écluses, demandant.... Une première discussion l’oppose à Ferdinand de Lesseps, convaincu depuis Suez de la supériorité et de la simplicité du canal à niveau. Wyse termine sa mission en passant un accord avec le Panama Rail Road, titulaire de la concession du chemin de fer depuis 1848 et avec le gouvernement Colombien [7][7] Le 18 mai 1878, date de l’octroi de la concession,... pour la concession du canal interocéanique (Wyse, 1886,1891). Ces préliminaires menés à bien, Wyse passe la main à Lesseps, qui a 74 ans et qui est toujours absorbé par l’activité du canal de Suez qui fait périodiquement l’objet de crises financières [8][8] Cession par la Société civile du canal interocéanique....

5

Lesseps décide de préparer un Congrès International d’études du canal interocéanique, qui se réunit à Paris en mai 1879. Cinquante projets différents sont présentés par 98 délégués (Lesseps, 1879; Société de géographie, 1879; Brau de Saint Paul, 1879; Reclus [9][9] Armand Reclus a été le premier directeur des travaux..., 1881): canal à Panama, au Honduras, au Nicaragua, canal à écluses, canal à niveau, chemin de fer associé aux navires, etc. Deux projets préliminaires sont retenus, un projet au Nicaragua, avec un tracé long et d’un coût de 770 millions de franc-or et un projet au Panama, au tracé cinq fois plus court mais évalué à plus d’un milliard de franc-or. Lesseps penche pour le second projet nécessitant une tranchée très profonde, soutenu par une large majorité d’admirateurs. Certains ingénieurs et non des moindres, comme Gustave Eiffel préfèrent le canal à écluses. Le congrès évalue à 12 ans la durée de construction, en remarquant que le projet peut être réalisé en 8 ans si on ne lésine pas sur les moyens matériels. Le congrès de Paris choisit un projet où la longueur prévue du canal est de 74 kilomètres, sa profondeur de 8 mètres et sa largeur de 22 mètres. Le coût approximatif du projet est fixé à 1,174 million de francs avec un budget de 612 millions pour les travaux, 153 millions pour les charges imprévues, 130 millions pour les charges d’entretien, 38 millions pour les charges administratives et les frais bancaires, 241 millions pour les intérêts à courir sur les emprunts [10][10] Pour le moment le projet ne prévoit pas encore le nombre.... Le congrès plébiscite Ferdinand de Lesseps (Courau, 1932) et lui accorde un blanc-seing, alors qu’il n’a encore aucune légitimité à construire ce second canal. Malgré les mises en garde de sa famille et de son fils Charles en particulier, il décide de tenter une nouvelle aventure : « Si l’on demande à un général qui a gagné une première bataille s’il veut en gagner une seconde, il ne peut pas refuser » [11][11] Séance de clôture du congrès de mai 1879. Le compte.... Les événements vont ensuite se précipiter.

6

En mai 1879, un consensus se dégage pour le tracé d’un canal à niveau sur l’isthme de Panama et Ferdinand de Lesseps accepte la direction de l’entreprise. Très vite, en juin 1879 Lesseps apporte les deux millions de francs nécessaires à payer au gouvernement colombien le droit de concession et à payer les premiers frais d’établissement. Ne disposant pas de liquidités personnelles, Ferdinand de Lesseps fait appel à des amis à qui il concède, devant notaire, des parts de fondateur de la future société. Le 5 juillet 1879, il rachète, pour le compte de la société à venir, la concession de Bonaparte Wyse, ses études, ses plans et ses contrats passés avec la Panama Rail Road. Voulant profiter d’une dynamique de succès, les 6 et 7 août 1879 la première émission d’actions portant sur 400 millions est proposée au public : elle n’a pratiquement pas de souscripteurs (30 millions souscrits) et l’émission n’étant pas couverte, on rembourse les premiers versements. La communication prend le relais de la finance : le 1er septembre 1879 le premier numéro du Bulletin du canal interocéanique est édité et cet événement est suivi, en octobre et en novembre, d’une tournée de conférences, en France, de Ferdinand de Lesseps pour présenter son projet [12][12] Archives nationales 7AQ3,1er tome des Bulletins du.... Ces conférences sont prolongées, en décembre, par le voyage de Lesseps à Panama pour étudier le projet sur place. Accompagné d’une commission technique internationale, il renforce sa crédibilité. En janvier 1880, le premier coup de pioche symbolique est donné par la jeune Fernanda de Lesseps, pour lancer le percement du canal [13][13] Les travaux ne commenceront effectivement, après les.... La communication est complétée, de février à septembre 1880 par une seconde tournée de conférences, en Amérique du Nord, en Angleterre, en Belgique, en Hollande. Au cours de ces conférences, des subventions et des pots de vin, pudiquement qualifiées de « largesses » sont versées à la presse et aux banques. En octobre 1880, la société du canal bénéficie enfin des efforts de Ferdinand de Lesseps. La seconde émission d’actions est un succès [14][14] Acte syndical pour la souscription des actions, archives... : les 300 millions de franc-or soit 1,5 milliard de franc-papier demandés sont largement souscrits. L’émission est doublement couverte (600 millions de franc-or), mais on a déjà pris la mauvaise habitude de payer la presse, les banques et les personnes susceptibles de faire des difficultés. La Compagnie universelle du canal interocéanique reprend les actifs de la Société civile du canal interocéanique du Darien, fondée sous l’impulsion de Louis Napoléon Bonaparte et animée par L. N.B. Wyse (Wyse, 1886,1891). Dans ces actifs, certains sont particulièrement inutiles et encombrants, comme la société Panama Steamship, propriétaire d’une flotte de vapeurs ancrés dans le pacifiques et à l’activité incertaine, et surtout la Panama Rail Road, entreprise de chemins de fer aux recettes quasi inexistantes (Chadeau, 1988, p. 169-182).

2. Début des travaux à la Culebra

7

Les études de1880 et1882 estimaient de 75 à 120 millions de mètres cubes les déblais à réaliser pour un canal à niveau. Le canal à écluses aurait économisé 40 millions de mètres cubes [15][15] Ces chiffres prévisionnels présentent des écarts énormes.... Fin 1888, la compagnie du canal avait déblayé 55 millions de m3. Il en aurait encore fallu 30 millions. Sur les 55 millions de m3 des Français, les Américains en ont utilisé 23 millions et ils ont encore extrait 259 millions de m3, soit 4 fois plus que pour le canal de Suez. Les Américains ont abaissé le fond du canal à 12 mètres, au lieu des 8 mètres initialement prévus. Le moins qu’on puisse dire est que les études préalables ont été conduites avec légèreté. Longtemps les spécialistes du management ont considéré que la gestion efficace des entreprises et des projets devait se fonder sur 3 piliers : la production, la finance, le marketing. Dans le cas du canal de Panama version Lesseps, chacun des trois piliers présentait des défauts importants :

  • La production : d’abord, le manque d’études préalables : comme Lesseps se méfie des ingénieurs, même ceux qui sont de bon conseil, comme Gustave Eiffel ou Philippe Bunau-Varilla qui ont toujours préféré l’option du canal à écluses, il écoute les conseils d’hommes soi-disant d’expérience comme les Belges Couvreux et Hersent, qui feront à la fois preuve de leur incompétence, de leur sournoiserie et de leur réalisme au service de leur intérêt bien compris, en plus d’une absence avérée de conscience professionnelle [16][16] Forts de leurs références acquises à Suez, ils pousseront.... Ce manque d’études préalables portant sur les volumes et les coûts, a ensuite été aggravé par la négligence sur le calcul des temps. Longtemps après, dans une autre œuvre humaine immense, la conquête de l’espace, les Américains du projet Polaris ont prouvé que la prévision des délais (méthode Pert) et l’articulation des délais et des coûts (méthode Pert Cost) étaient des facteurs déterminants de succès qui leur permit, à partir de l’année 1958, de rattraper les Russes qui, les premiers, avaient envoyé Spoutnik dans l’espace en 1957 et de les devancer en 1969 pour le premier voyage d’Apollo sur la Lune. Or dans le projet Panama, il n’y a pas eu de conceptualisation précise du projet, pas de préparation véritable du chantier (étude des temps, étude des gammes d’opération, coordination des travaux d’excavation, de transfert des déblais, de consolidation des berges), pas d’approche scientifique avant la lettre. Les grands auteurs en organisation, F.W. Taylor, H. Fayol, E. Mayo, viendront plus tard. Comme les études préalables et la mise en place du chantier n’a pas été pensée, on ne s’est pas donné les moyens de contrôler les écarts sur coûts et les écarts sur temps. On pourrait objecter que c’était la même chose à Suez. Mais Suez est un projet pharaonique (Prat dit Hauret, 2005) qui ressemble plus à la construction des pyramides ou des cathédrales, où tous les coûts ne sont pas internalisés, qu’à un projet industriel moderne. Le projet Panama est ancré dans le présent de l’industrie moderne et de ses trois impératifs de moyens, coûts et délais. Ce que les ingénieurs du chemin de fer anglais ont réussi au début du XIXe siècle, les ingénieurs de Panama, quelques années plus tard, n’ont pas pu le reproduire (Cernoise, 1886). Les responsables de la compagnie du canal n’ont pas utilisé toute la science du génie civil et industriel qui était disponible de leur temps, même s’ils étaient d’excellent niveau, comme l’ont reconnu, entre 1904 et 1914 les ingénieurs américains qui ont pris leur suite.

  • La finance : la palette des moyens financiers et boursiers à la disposition de Lesseps était réduite et rudimentaire : actions, parts de fondateur ou obligations [17][17] Dans les archives référence 7 AQ 2, toutes les conditions.... Sur cela il n’y a rien à dire, mais ces moyens ont été mal utilisés. Les titres de propriétés et les parts de fondateur ont été distribués avec trop de libéralité, les titres de créance ont été assortis de conditions trop favorables, même si elles ne sont pas scandaleuses, par rapport au marché financier de l’époque, marché qui était loin d’être efficient et d’assurer des choix optimaux.

  • Le marketing et la communication : Lesseps a une conception toute personnelle du marketing : voyages offerts à Panama, grandes réceptions, grandes fêtes, banquets, cadeaux financiers, chèques aux hommes politiques, aux journalistes. Même s’il n’était pas pertinent, dans le contexte du temps, de parler d’abus de biens sociaux, il y avait une grande ambiguïté des sommes versées aux journalistes et aux hommes politiques (qui avaient parfois les deux casquettes, comme Clémenceau) que l’on pouvait qualifier de frais de publicité, mais aussi de tentative de corruption. Ferdinand de Lesseps, obsédé par le canal, pensait souvent que la fin justifie les moyens.

  • Les imprévus :

  • La fièvre jaune. Environ 27500 personnes sont mortes [18][18] 21900 ouvriers moururent entre 1882 et 1888, avec certains... sur les deux chantiers, français et américain, du canal de Panama entre 1882 et 1914, en particulier de la fièvre jaune sans que l’on sache vraiment ce qu’était cette épidémie. Ce n’est qu’au début du XXe siècle qu’on a pu vraiment en discerner les causes et que les Américains, successeurs des Français, ont résolu ce problème à la fois majeur et imprévu, qui n’existait pas à Suez. La fièvre jaune apportait tous les jours son lot de cadavres, et donnait aux survivants un sentiment de précarité qui les incitait à brûler la vie par tous les bouts, les incitait au jeu, à la prise de drogues et à l’usage de la prostitution [19][19] Robert Coureau (1932, p. 149) note que 27 ingénieurs.... La main-d’œuvre du canal, solvable, attirait la lie de l’humanité qui voyait là une occasion unique de faire fortune à bon compte. Il n’était pas facile, pour les dirigeants, les cadres et les contre-maîtres de gérer au jour le jour les temps de travail et les temps de loisir d’une population laborieuse mais peu disciplinée que chaque difficulté, chaque mort, rappelait à sa condition humaine. Les rixes étaient fréquentes entre les ouvriers colombiens qui ne quittaient jamais leur machette et les ouvriers jamaïcains qui achetaient, à leur première paye, un revolver. Les ouvriers de race blanche, à la mortalité élevée, sont rapidement remplacés par des ouvriers noirs des Antilles françaises considérés comme des travailleurs médiocres, qui sont finalement remplacés par des noirs Jamaïcains « ouvrier de rendement tout juste passable », mais « immunisé contre la fièvre jaune » (Siegfried, 1940, p. 180).

  • Les conditions géographiques : le climat à Panama se résume à sept mois de pluies torrentielles et cinq mois de sécheresse. D’une saison à l’autre, il est difficile de reconnaître le pays. L’option avait été prise d’orienter le canal nord-sud (verticalement par rapport aux deux pôles), alors que les relations Atlantique-Pacifique sont du type est-ouest (horizontalement par rapport aux deux pôles). Pendant la saison des pluies, la rivière Chagres déborde et lors de la construction du canal, elle entraînait avec elle le travail déjà réalisé. À la Culebra, le terrain est surtout argileux et très instable à la saison de pluies. Il fallait à la fois préserver le travail accompli chaque année avant la saison des pluies, pour qu’il ne soit pas à recommencer l’année suivante et dériver le Chagres, la saison venue, pour limiter au maximum son pouvoir destructeur. On a constaté plus tard que du côté Atlantique, il pleut six fois plus au Panama qu’en France, quatre fois plus côté Pacifique.

  • Les révolutions d’Amérique centrale : il y a toujours eu, depuis la découverte de l’Amérique, des guerres et des révolutions en Amérique centrale, et même de nos jours, la paix politique et sociale est loin d’être assurée. Mais la période de construction du canal est aussi une période de révolutions intenses, entre la Colombie et les révolutionnaires Panaméens. Le risque pays était alors considérable. Il a été négligé, mais par miracle, les révolutions se sont faites à côté du canal, en particulier la principale, qui a abouti à la séparation de la Colombie, qui exerçait sa souveraineté sur l’isthme, et de la nouvelle république de Panama.

3. Quelques couleuvres financières difficiles à avaler

8

Le devis initial prévu par le congrès de 1879 était de 1 milliard de francs-or, revus à la baisse pas Ferdinand de Lesseps pour 658 millions. Un canal à écluses aurait coûté en 1888 environ 1,5 milliard de francs-or. Fin 1888, il aurait encore fallu investir :

9
  • travaux : 400 millions

  • frais financiers et frais généraux : 200 millions.

10

Pour ceci, on avait prévu un emprunt obligations à lots de 720 millions assortis de 120 millions de garanties légales.

11

Ces prévisions ne valaient que pour une tranchée de 40 m au-dessus du niveau de la mer. Pour une tranchée de 25 m, il aurait fallu 580 millions pour les travaux au lieu de 400 et 320 millions pour les charges au lieu de 200. Les magistrats, de mauvaise foi et peut-être contrôlés par le pouvoir politique, ont sciemment mélangé les deux projets pour condamner de Lesseps (Courau, 1932, p. 232).

II – LE TEMPS DE LA DÉTRESSE FINANCIÈRE ET DE LA FUITE EN AVANT

12

Les plus grands travaux industriels des deux derniers siècles, complexes et ambitieux, n’ont pu être menés à bien que parce que leur financement a été rationnellement conçu et correctement assuré. Le canal de Suez, le déplacement du temple d’Abou Simbel au-dessus d’un barrage, les projets Apollo, en sont des exemples. Le non-res-pect de l’orthodoxie financière provoque encore de graves difficultés, comme dans le cas du tunnel sous la Manche financé par des capitaux privés. Une des erreurs fatales du canal de Panama, version française a été, avant tout, une somme d’erreurs financières.

1. Contraintes techniques et technique des obligations

13

On a quatre périodes à la Compagnie du canal interocéanique (Courau, 1932; Siegfried, 1940, p. 186): la première où le financement est normal, la seconde où on a des difficultés, la troisième celle de la crise ouverte et enfin la quatrième, celle de la débâcle.

La période du financement normal (1880-1885) [20][20] Archives nationales réf. 7 AQ 2.

14

On avait prévu un capital initial de 300 millions de francs et les frais représentaient 7,5 % du total, soit 22,5 millions dont 9 millions pour les commissions du syndicat financier. Le montant de ces frais n’est pas exorbitant pour l’époque. Les commissaires aux apports considéraient que les frais représentaient 3,76 % du capital, mais ils calculent le pourcentage sur 600 millions et non pas sur 300 millions. Le syndicat de placement a une position particulièrement confortable : le syndicat ne donnait pas de garantie de souscription. Il s’engageait à faciliter l’émission et il payait 4 francs par action (pour 10000 actions soit 40000 francs). Si l’émission réussissait, le syndicat était remboursé de sa mise et recevait en plus 20 francs par action, soit au total 240000 (montant net 200000). Si l’émission échouait, le syndicat perdait 40000 francs. Plus qu’une souscription avec un engagement ferme, c’était, avant la lettre, une option. Les syndicats financiers de l’époque n’étaient pas vraiment impliqués dans les opérations qu’ils étaient censés coordonner. Comme le montre le dossier des Archives nationales 7AQ2, de 1882 à 1884 il y a eu émission de 935 millions d’obligations (1880,1882,1883,1884), plus celle de 720 millions en 1888. Les premières obligations ont une valeur nominale de 500 francs et un taux d’intérêt de 3 %; à partir de 1884, le taux d’intérêt passe à 4 %, avec en plus une prime importante 167francs, ce qui donne un prix d’émission 333 francs et un prix de remboursement 500francs. En 1883, l’émission de 300millions d’obligations ne rapporte net que 171 millions de francs.

La période des premières difficultés (1885-1887)

15

En mai 1885, Lesseps se résigne à l’émission d’emprunts à lots, après l’appel du troisième quart du capital. La crise débute fin 1887. La Compagnie a déjà obtenu un total de 935 millions dont 225 millions en actions et 710 millions en obligations, soit un financement du passif tout à fait anormal pour l’époque : un tiers de capitaux propres et trois quarts de capitaux étrangers. Et dans les trois quarts de capitaux étrangers, il n’y a pas beaucoup d’actifs en contrepartie.

La période de la crise aiguë (1887-1888)

16

En 1888, il fallait absolument émettre des obligations : on a choisi des obligations à lots : les besoins à couvrir étaient de 600 millions auxquels s’ajoutaient 120 millions de dépôt de garantie (légalement affectés à l’achat de rentes ou de titres garantis pas le gouvernement français). Les 2 millions d’obligations émises à 360 francs étaient remboursables à 400 francs et à la fin de 1888, la compagnie avait obtenu 1,271 milliard de francs.

2. Le krach financier

Le manque de discernement dans la gestion des emprunts

17

E. Chadeau (1988, p. 183) qualifie les dirigeants de l’entreprise de « professionnels de l’amateurisme ». Ces professionnels de l’amateurisme auront de graves lacunes dans la gestion des emprunts. Comme nous l’avons vu plus haut, le 20 octobre 1880 (Archives 7AQ2) on a constitué la Compagnie universelle du canal interocéanique au capital de 300 millions de francs. Les premiers fondateurs devaient recevoir 15 % des futurs superdividendes et les administrateurs (20 membres) devaient recevoir 280000 francs durant les années de construction, et ensuite 3 % des bénéfices. Pour se procurer des liquidités, la compagnie a émis 4 emprunts obligataires entre 1880 et 1884 alors que les actions ne sont libérées que de moitié. Lors de l’assemblée générale du 29 juillet 1885, on a rappelé le chiffre de 1,3 milliard de dépenses. À partir de mai 1885 on a choisi le système des obligations à lots, dont l’émission doit obligatoirement être autorisée par une loi, ce qui rend indispensable la nomination d’une commission ad hoc, se faisant prier pour délivrer son avis. La commission, composée de 11 membres, accepte en définitive le projet (le bruit court que le 11e membre qui fait la majorité a été soudoyé par F. de Lesseps), Lesseps doit négocier avec la commission, mais aussi, sans doute, avec certains membres du gouvernement. Après trois ans de discussions, le gouvernement refuse le projet, sans appel après un discours du ministre des Finances du 27 avril 1888. Avant cela, une nouvelle tentative d’émission avait été faite en juillet 1886 : obligations à prime remboursables au double de leur valeur de souscription : émission de titres pour 600 millions mais seuls 200 millions trouvent preneurs. Un nouvel appel presque désespéré est fait en juillet 1887, mais la souscription est partiellement couverte. Il existe sur le marché un milliard de francs d’actions et d’obligations résultant des opérations successives, et la possibilité d’émission d’emprunts à lots (à revenu fixe) fait perdre 50 % de la valeur des actions (à revenu pour le moins aléatoire) qui souffrent de la comparaison. Les attaques se multiplient contre Ferdinand de Lesseps, de nombreux journaux lui sont hostiles, des adversaires malveillants mettent les titres en bloc sur le marché, ce qui assure leur chute vertigineuse, ses ennemis vont même jusqu’à envoyer des télégrammes annonçant sa mort dans la plupart des grandes villes de France. Le dernier appel de fonds de novembre 1888 est presque désespéré : il aurait fallu 400000 obligations souscrites pour que la compagnie vive (elle concerne 350000 épargnants). Lesseps obtient l’appui du gouvernement pour proroger les échéances des dettes de 3 mois, mais la chambre des députés, le 15 décembre 1988, repousse la proposition du gouvernement par 256 voix contre 181. En décembre 1988, Lesseps télégraphie à Panama qu’on arrête les travaux. Il sait alors qu’il a perdu, qu’il a tout perdu. Il aura encore un léger sursis, car pendant presque deux ans, la société entre dans sa phase de liquidation, sans histoire, avant que le scandale éclate (Siegfried, 1940, p. 195).

La chute contestable de la maison Lesseps

18

Le 5 février 1889, le tribunal de la Seine prononce la dissolution de la Compagnie universelle du canal interocéanique [21][21] Jugement du 4 février 1889, Archives 7 AQ 12.. Ferdinand de Lesseps a été victime de sa propre négligence, mais aussi des milieux de la haute finance, qui s’étaient réservés les avantages des émissions de Panama [22][22] Dans le syndicat financier il y avait 9 banques aux... et de députés sans scrupules avides d’argent. Le gouvernement était réticent à porter au grand jour l’affaire du canal, mais le parlement, divisé, pensait différemment. Les nationalistes représentés par Paul Déroulède, les socialistes par Georges Laguerre et les royalistes par le baron de Mackau étaient divisés entre eux, mais se réunissaient à l’occasion contre Clémenceau, radical dont le seul but était souvent de détruire le gouvernement, et il était haï même dans son propre parti. Les difficultés de la compagnie du canal servaient souvent aux hommes politiques à trouver des arguments pour lutter contre leurs adversaires.

19

Le gouvernement avait essayé d’étouffer l’affaire en juin 1890 (attaque par le député Provost de Launay), en mars 1891 (attaque par le député Gauthier de Clagny), en juin 1891, quelques jours avant que la compagnie du canal ne soit déchue de sa concession si elle ne reprend pas les travaux. Le gouvernement, sous la pression des députés, accepte seulement d’ouvrir une instruction. Le député Gauthier revient à la charge pour demander où sont passés 718 millions sur les 1500 dont la compagnie ne peut justifier l’emploi. Gauthier est relayé par le député Delahaye qui dénonce nombre de ses confrères (les chéquards). Il finit par obtenir une commission d’enquête, la commission des 33. La commission, qui a peu de pouvoir, établit notamment que Reinach, principal corrupteur du parlement, a reçu 9879145 francs (témoignage du conseiller Prinet) et qu’il a distribué 4390475 francs de chèques divers (témoignage du banquier Thierrée). Le gouvernement lui-même a reçu 300000 francs (témoignage de Georges Laguerre). De septembre à novembre 1882, les journalistes prennent le relais et essaient d’achever la compagnie [23][23] En particulier Édouard Drumont dans son journal La.... Pour apaiser les esprits, le 17 décembre 1892, Charles de Lesseps, Fontanes et Cottu, administrateurs, sont incarcérés, en compagnie de Sans-le-Roy, 11e député de la commission sur les emprunts à lots.

20

Le conseiller Prinet, chargé d’instruire l’affaire de la Compagnie, remet son dossier définitif en juin 1892 au Procureur général, en étant conscient de la relative faiblesse de son argumentation.

3. Vrais et faux procès

Le principal procès en escroquerie

21

Jusqu’au 15 novembre 1892, il est fortement question de classer une affaire où de nombreux députés et ministres sont impliqués. Ce classement serait d’autant plus bienvenu que ce sont surtout les députés de la majorité qui ont touché des chèques corrupteurs de la compagnie du canal. Le 19 novembre les administrateurs de la compagnie reçoivent des citations à comparaître et dans la nuit du 19 au 20 le baron de Reinach s’empoisonne.

22

Le lendemain, le procès en escroquerie des administrateurs de Panama est officiellement engagé.

23

Ferdinand de Lesseps, grand-croix de la Légion d’honneur, doit être jugé selon la procédure particulière en vigueur à l’époque : c’est la cour d’appel siégeant en formation correctionnelle qui instruira son procès (Courau, 1932). De fin novembre 1892 à mi-février 1893,13 audiences auront lieu. De Lesseps, malade et diminué, n’assistera pas à son propre procès, au grand dam des journalistes qui auraient aimé « du sang, de la sueur et des larmes » de la part du grand homme de la nation. Sa famille lui a même caché ses propres citations à comparaître.

24

Le 10 janvier 1893, la cour présente l’affaire du « Ministère public contre De Lesseps et autres ». Les administrateurs de la compagnie du canal sont accusés :

  • de s’être conjointement, depuis moins de 3 ans avant le premier acte de poursuite, en employant des manœuvres frauduleuses pour persuader l’existence de fausses entreprises, fait remettre ou délivrer par diverses personnes des souscriptions suivies de versement de fonds et d’avoir, par ces moyens, escroqué tout ou partie de la fortune d’autrui;

  • d’avoir conjointement à l’émission d’obligations du 12 décembre 1888, tenté d’escroquer tout ou partie de la fortune d’autrui;

  • d’avoir conjointement détourné ou dissipé, au préjudice de la Compagnie de Panama et de ses obligataires, des effets et deniers qui ne leur avaient été remis qu’à titre de mandat ou de dépôt, à charge d’en faire un emploi et un usage déterminé.

25

Le code pénal d’alors prévoyait de 1 à 5 ans de prison et une amende de 50 à 3000 francs.

26

Tout le procès reposait sur la personne de Charles de Lesseps, qui lors de ses interrogatoires donna des explications sur la destination des sommes disparues (3850000 francs remis au banquier Hugo Obendoerfer [24][24] Archives nationales 7 AQ 21 : Procès Hugo Oberndoerfer,..., 6800000 francs au baron de Reinach, 8millions au Crédit lyonnais et à la Société générale, pour frais de guichet et commissions supplémentaires) et sur le comportement de certains hommes publics (375000 francs remis au ministre des Travaux publics, M. Charles Baïhaut, qui demandait un million pour faire voter la loi sur l’emprunt à lots de 1886). Le reste de la matière fut apporté par M. Flory, expert en comptabilité (voir la Gazette des tribunaux, 13 et 14 janvier 1893), par M. Rousseau ingénieur ayant travaillé à Panama et M. Monchicourt, liquidateur de la Compagnie.

27

L’avocat général, M. Rau, fera un réquisitoire brillant sur la forme, mais biaisé sur le fond qui l’amènera à demander une condamnation pour un triple motif :

  • un délit d’escroquerie fondé sur l’existence de prétendus syndicats financiers et sur les spéculations engagées pour éviter l’effondrement des cours;

  • une tentative d’escroquerie à propos de l’émission de 1888, ultime effort pour renouer la société;

  • un abus de confiance envers les actionnaires conduisant à dilapider leur argent auprès des syndicats de banquiers, de la presse, et d’avoir accepté les extorsions de fonds de Reinach, d’Obendoerfer et de Baïhaut.

28

Pour l’avocat général, le fait que les prévenus n’aient pas détourné les fonds de l’entreprise à leur profit est un détail qui n’est même pas une circonstance atténuante.

29

Les avocats de la défense M. du Buit bâtonnier de l’Ordre des avocats, MM. Barboux et Martini, anciens bâtonniers, et Waldeck-Rousseau promis à un futur destin national qui était l’avocat de Gustave Eiffel plaideront durant les 5 dernières audiences du procès, de la 9e à la 13e. La plaidoirie de Barboux, qui a réfuté point par point l’accusation de l’avocat général est longtemps restée un modèle du genre.

30

Le 9 février 1893, la cour rend son arrêt (Gazette des tribunaux 10 février):

  • Gustave Eiffel est relaxé du chef de complicité d’escroquerie mais il est condamné au chef d’abus de confiance pour n’avoir pas livré le matériel spécial prévu dans son contrat; il est condamné à 2 ans de prison et 20000 francs d’amende ;

  • Ferdinand de Lesseps (par défaut) et Charles de Lesseps sont condamnés à la peine maximum : 5 ans d’emprisonnement et 3000 francs d’amende;

  • MM. Cottu et Fontanes sont condamnés à 2 ans de prison et 2000 francs d’amende.

31

De nombreux journaux, dès le lendemain dénoncent l’attitude des juges [25][25] Le Matin, Le Figaro, Le Petit journal, Le Gaulois,... qui ont chargé au maximum les administrateurs alors que les plus condamnables des ministres, tel Rouvier, n’ont pas été inquiétés. Le premier président de la cour, soucieux de ménager son avancement, n’a pas opposé de résistance à la volonté du garde des Sceaux de faire porter l’entière responsabilité du scandale aux administrateurs du canal.

32

Mais Ferdinand de Lesseps n’ira jamais en prison. Selon l’article 479 du code d’instruction criminelle spécialement visé par la loi du 20 avril 1810 relative aux grands officiers de la Légion d’honneur, il aurait du faire l’objet d’une citation directe, la seule qui aurait pu interrompre la prescription qui courait depuis 1888. Or l’acte du procureur général, qui avait procédé par simple réquisitoire, n’a pas interrompu la prescription, et au moment du jugement, tous les faits reprochés étaient prescrits, et les prévenus ont été remis en liberté le 16 juin 1893, « s’ils n’étaient pas retenus pour une autre cause ». L’honneur de Ferdinand de Lesseps aura été diffamé, mais il l’aura conservé jusqu’au bout.

Le procès accessoire en corruption

33

C’en était terminé pour Ferdinand de Lesseps, mais son fils Charles avait encore des épreuves à affronter. Condamné comme son père à 5 ans de prison par le tribunal correctionnel, il est accusé devant la cour d’assises du crime de corruption de fonctionnaires. Le second procès, en corruption, se déroule du 9 au 22 mars 1893. L’enquête de la commission des 33 sur les faits de corruption et l’instruction judiciaire qui les concernait, avaient entraîné l’arrestation de 3 administrateurs de la Compagnie de Panama : Charles de Lesseps, Cottu et Fontanes et une demande d’autorisation de poursuites avait été présentée contre dix parlementaires et cinq ministres. Après examen, la Chambre des mises en accusation prononce un arrêt de non-lieu en faveur de M. Cottu et de quatre parlementaires (dont le ministre Rouvier). Les autres prévenus sont renvoyés en Cour d’Assises pour crime de corruption, malgré le pourvoi en cassation de Charles de Lesseps qui soutient le fait qu’il n’y a pas eu corruption mais extorsion de fonds par des fonctionnaires.

34

La plupart des faits concernant ce procès ont été évoqués lors du procès en escroquerie, les interventions et demandes de Reinach et de Herz [26][26] Archives 7 AQ 20 : Procès contre Cornélius Herz et..., le comportement coupable du ministre Baïhaut [27][27] Archives 7 AQ 22 : Procès Baïhaut : état civil, liquidation... qui avoue ses fautes lors de la deuxième audience, les agissements du député Sans-le-Roy qui avait emporté la décision de la « Commission des 11 » et qui a reçu des sommes importantes lui permettant de régler ses lourdes dettes. Des témoins exceptionnels, comme Georges Clémenceau ou le ministre de la Justice lui-même, M. Bourgeois, viennent pimenter des débats où le réquisitoire de l’avocat général Lafon semble dicté par le ministre. Malgré les 9 avocats de la défense, le 22 mars la Cour d’Assises rend son arrêt. Elle inflige à Baïhaut la dégradation civique 750000 francs d’amende et 375000 francs de dommages-intérêts au civil, à Charles de Lesseps un an de prison se confondant avec les 5 ans du procès en escroquerie infligés par le Tribunal correctionnel, 2 ans de prison à M. Blondin, reconnu comme corrupteur de Baïhaut. L’administrateur Fontanes est acquitté. Charles de Lesseps, se pourvoira en cassation, rejugé, sera condamné à un an de prison, qu’il ne fera pas compte tenu de ses longs mois de préventive et sera radié par la Grande chancellerie des cadres de la Légion d’honneur. N’ayant plus rien à faire dans un pays qui a détruit sa vie, il s’exilera à Londres avant la mort de son père.

35

Comme dans beaucoup de procès qui mêlent les affaires et la politique, on peut se demander si ce sont bien les vrais coupables qui ont été condamnés. Dans les affaires de Panama, il y a un échec cuisant de Ferdinand de Lesseps et de son fils, mais il y a surtout un échec des mœurs politiques de la République et de sa justice.

CONCLUSION

36

Ferdinand de Lesseps est mort le 7 décembre 1894, à 89 ans, 25 ans et 20jours après l’inauguration du canal de Suez. Sa fortune personnelle n’a pas permis de payer les dépens des différents procès, et Mme de Lesseps et ses jeunes enfants n’ont pu survivre que parce que les actionnaires de Suez ont voté une dotation spéciale en sa faveur. Mais le canal de Panama sera tout de même achevé et le 15 août 1914, il fut ouvert officiellement à la navigation internationale. Pratiquement tombé en déshérence en 1888, la concession colombienne arrive à son terme en 1893 et elle est prolongée de manière précaire jusqu’en 1903. Les Américains avaient vu, lors de la guerre contre l’Espagne, l’intérêt de faire intervenir rapidement leurs navires de guerre sur les théâtres d’opération, mais la Chambre des représentants préférait un canal au Nicaragua. Philippe Bunau-Varilla, polytechnicien qui avait secondé de Lesseps à Panama (Anguizola, 1980), lassé par le chantage du gouvernement colombien, profita du mécontentement des Panaméens pour les pousser à une révolution contre la Colombie [28][28] Pour accélérer la révolution, Manuel Amador Guerrero,... (Bunau-Varilla, 1892,1912). Le 3 novembre 1903, la république de Panama est fondée, nomme Bunau-Varilla ambassadeur à Washington et en quelques semaines il fait reconnaître le Panama par les États-Unis et signe un traité pour la poursuite de la construction du canal selon le projet français [29][29] Certains membres influents du parti républicain américain.... Le 4 mai 1904 les travaux reprennent [30][30] De nombreux documents préparatoires à cette reprise,.... Ils coûteront deux milliards de francs-or aux États-Unis, ce qui fait un total de trois milliards et demi. En définitive, le projet de Ferdinand de Lesseps était viable, puisque le canal a été construit selon ses conceptions. Mais le côté financier, indispensable à la vie de tout grand projet, avait été trop négligé : plus de trois milliards de francs, c’était trop pour l’épargne française privée. Seuls des capitaux publics étaient à la hauteur des ambitions.


BIBLIOGRAPHIE

  • Anguizola G.A., Philippe Bunau-Varilla, the Man Behind the Panama Canal, Burnham Inc Publishing, Chicago, 1980.
  • Bates LindonW., The Panama Canal, with General Plans and Profiles of the Waterways, the Regulation Works and the Terminal Harbours, Privately Published, 1905.
  • Barboux H., Plaidoiries au procès de Panama, SA de Publications périodiques, 1893.
  • Bouvier J., Les deux scandales de Panama, Paris, Julliard, 1964.
  • Belly F., Percement de l’isthme de Panama par le canal du Nicaragua. Exposé de la question, Bureaux de la direction du canal, 1858.
  • Bennet I.E., History of the Panama Canal : Its construction and builders, Washington DC Historical Publishing, 1915.
  • Beverstock E.J., Panama Canal, Topographic, Diagramatic, and illustrative, Washington, 1903.
  • Brau de Saint Paul L., « Percement de l’isthme de Panama », Le congrès de Paris, Dentu, Paris, 1879.
  • Bunau-Varilla P., Panama, le passé, le présent, l’avenir, Paris, Masson, 1892.
  • Bunau-Varilla P., Panama : création, destruction, résurrection, Paris, Plon, 1912.
  • Cano y de Leon M., Brockmann y Abarzuza G., Noticias sobre las obras del Canal de Panama, Extracto de la obra el canal interoceanico, Imprinta del memorial de ingenieros, Madrid, 1887.
  • Cermoise H., Deux ans à Panama, notes et récits d’un ingénieur du Canal, Marpon C. et Flammarion E., Paris, 1886.
  • Chadeau E., L’économie du risque, chapitre 6 : De Lesseps et Panama, un canal de trop, Olivier Orban, 1988.
  • Chandler W.E. et al., “Letter of the Secretary of the Navy, transmitting in answer to Senate resolution or Feburary 26, Reports of the United States Officers Respecting the Progress of Work on the Ship Canal at the Isthmus of Panama”, Washington, GPO 1884,48th Congress, 1st Session, SED 123,1884.
  • Charles-Roux J., L’Isthme et le canal de Suez, Paris, 2 volumes, Hachette, 1901.
  • Consulat général de France à Barcelone, Ferdinand de Lesseps entre terre et mer, Barcelone, 2005.
  • Courau R., Ferdinand de Lesseps, Paris, Grasset, 1932.
  • DansetteA., Les Affaires de Panama, Paris, Perrin, 1934.
  • Deschanel P., La politique Française en Océanie, à propos du Canal de Panama, Berger-Levrault, 1884.
  • Diesbach G. (de), Ferdinand de Lesseps, Paris, Perrin, 1998.
  • Edgar-Bonnet G., Ferdinand de Lesseps, le diplomate, le créateur de Suez, Paris, Plon, 1951.
  • Eiffel G., Monsieur G. Eiffel et le Canal de Panama, Mareteux, Paris, 1903.
  • Garella N., Projet d’un canal de jonction de l’Océan Pacifique à l’Océan Atlantique à travers l’isthme de Panama, Carillan-Goeury et Dalmont V., 1845.
  • Goethals G.W., The Panama Canal, an engineering treatise, a series of papers covering in full detail the technical problems involved in the construction of the Panama Canal, Mc Graw Hill, 1916.
  • Haskins F.J., The Panama Canal, Doubleday, Page and Company, Garden city, 1913.
  • Jeans J.S., Waterways and water Transport in Different Countries, With a description of the Panama, Suez, Manchester, Nicaraguan and others canals, London, F.N. Spon, 1890.
  • Journal Officiel – Débats parlementaires, 5 janvier 1892,22 novembre 1892,14,21, 24 décembre 1892,14 juillet 1895.
  • Lesseps A. (de), Après Suez, le pionnier de Panama, Paris, Plon, 1959.
  • LessepsA. (de), Moi, Ferdinand de Lesseps, Paris, Olivier Orban, 1985.
  • Lesseps F. (de), Le canal interocéanique (Panama) et le Congrès de géographie, 1879.
  • Liot W.A., Panama, Nicaragua, and Tehuantepec; or considerations upon the question of communication between the Atlantic and Pacific Oceans, Simkin 1 Marshall, London, 1849.
  • Lloyd (Lt. Colonel) J.A., “On the facilities for a ship canal between the Atlantic and the Pacific oceans through the isthmus of Panama”, Institution of Civil Engineers, Minutes of the proceedings, London, vol. IX, 1850.
  • Mollier J.Y., Le Scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991.
  • Muret C., Le Canal Interocéanique d’après les documents officiels, Librairie Charles Delagrave, 1885.
  • Pepper C.M., Panama to Patagoina. The Isthmian Canal and the West Coast Countries of South America, Mc Clurg A.C. and Co, Chicago, 1906.
  • Prat dit Hauret C., « Les comptes du canal de Suez : analyse d’un investissement pharaonique (1859-1869) », L’entreprise et le droit, itinéraires parallèles, itinéraires croisés, J.G. Degos éditeur, 11e journées d’histoire de la comptabilité et du management, Bordeaux, 2005, p. 287-303.
  • Reybaud L., The first plans of Panama canal. La Polynésie et les îles Marquises; voyage et marine, accompagnés d’un voyage en Abyssinie et d’un coup d’œil sur la canalisation de l’isthme de Panama, Senlis et Paris et Durriez Ch., 1843.
  • RousseauA., Rapport présenté au ministre des Travaux publics par Armand Rousseau sur sa mission à Panama, Canal de Panama, May et Motteroz, Paris, 1886.
  • Shepherd W.R., Historical Atlas, Holt and Co, 1923.
  • SiegfriedA., Suez-Panama et les routes maritimes mondiales, Paris, Librairie Armand Colin, 1940.
  • Société de géographie, Congrès international d’études du canal interocéanique, comptes rendus des séances du 15 mai au 29 mai 1879, Paris, 1879.
  • Taft W. H., Secretary of War, “Report of the Board of Consulting Engineers for the Panama Canal”, Washington, 1906.
  • Tesson T., Ferdinand de Lesseps, Paris, Lattès, 1992.
  • Wyse L.N.B., Canal de Panama, l’isthme américain. Exploration, comparaison des tracés étudiés. Négociations, état des travaux, Paris, Librairie Hachette, 1886.
  • Wyse L.N.B., Canal Interocéanique de Panama, Mission de 1890,1891 en Colombie, Rapport général accompagné du plan et du profil du projet à 6 écluses groupées en deux échelles avec plafond du bief supérieur, Paris, Éditions Achille Heymann, 1891.

Notes

[1]

Sa première femme, Agathe Delamalle, lui avait donné cinq fils, dont l’aîné, Charles (1849-1923), fut administrateur de la Compagnie universelle du canal interocéanique et au cœur du scandale financier. Charles a été le second aviateur à traverser la Manche en 1910 et en 1914-18 il a été décoré pour ses exploits militaires.

[2]

Le meilleur plan du canal (carte et plan de coupe) est celui dressé en 1923 par William R. Shepherd dans son atlas historique.

[3]

Archives nationales 7AQ33 : Contrat pour la concession du chemin de fer Panama Rail Road de Panama à Colon, protocoles et contrats divers.

[4]

Lucien Napoléon Bonaparte Wyse était l’arrière petit fils de Lucien Bonaparte. C’était avant tout un grand entomologiste, de nationalité irlandaise, lieutenant de vaisseau. Il atteint sa maturité d’entomologiste au XXe siècle.

[5]

Sur les huit ingénieurs de son équipe, trois mourront à Panama.

[6]

On avait le choix entre un tunnel à écluses, demandant moins de terrassement, et un tunnel à niveau, requérant le creusement d’une tranchée profonde. Le second était plus coûteux.

[7]

Le 18 mai 1878, date de l’octroi de la concession, la République du Panama n’existait pas encore et c’est la Colombie qui avait la souveraineté sur l’isthme. Archives nationales 7AQ1.

[8]

Cession par la Société civile du canal interocéanique à Ferdinand de Lesseps, juillet 1879, Archives nationales 7AQ1.

[9]

Armand Reclus a été le premier directeur des travaux du canal de Panama et son ouvrage fait le récit des explorations de 1876 à 1878 pour déterminer le tracé du canal.

[10]

Pour le moment le projet ne prévoit pas encore le nombre de mètres cubes à excaver (de 75 à 120 millions), qui seront pendant plusieurs années l’objectif de la direction du canal.

[11]

Séance de clôture du congrès de mai 1879. Le compte rendu des séances (Société de géographie, 15-29 mai 1879) figure aux archives 7AQ1 sous la forme d’un volume de 664 pages (1879).

[12]

Archives nationales 7AQ3,1er tome des Bulletins du canal interocéanique (9 volumes de 7 AQ 3 à 7 AQ 11).

[13]

Les travaux ne commenceront effectivement, après les études préliminaires, qu’en janvier 1882. Archives 7 AQ 2.

[14]

Acte syndical pour la souscription des actions, archives 7 AQ 2.

[15]

Ces chiffres prévisionnels présentent des écarts énormes avec les réalisations.

[16]

Forts de leurs références acquises à Suez, ils pousseront à la réduction des budgets, s’engageront sur ces budgets qu’ils contribuèrent à réduire, ne firent pas le travail demandé mais conservèrent les sommes reçues à titre d’avance et de dédit.

[17]

Dans les archives référence 7 AQ 2, toutes les conditions des émissions d’emprunt (que nous n’avons pas fini d’exploiter) figurent, entre 1880 et 1888 et même l’émission du liquidateur en 1889. Nous consacrerons un futur article à l’étude financière détaillée de ces emprunts.

[18]

21900 ouvriers moururent entre 1882 et 1888, avec certains jours 40 décès, mais sous la direction américaine, il y eut encore 5600 morts entre 1904 et 1914, soit environ 27500 au total. Les Américains avaient fini par résoudre le problème de la fièvre jaune, mais la malaria, la tuberculose, le choléra, la diphtérie, la peste bubonique ont continué à faire des ravages. Rappelons à titre de comparaison que la construction du château de Versailles a causé plus de 100000 morts.

[19]

Robert Coureau (1932, p. 149) note que 27 ingénieurs de l’école Centrale sont arrivés en 1885 et 1886, et que 11 étaient déjà morts en 1887.

[20]

Archives nationales réf. 7 AQ 2.

[21]

Jugement du 4 février 1889, Archives 7 AQ 12.

[22]

Dans le syndicat financier il y avait 9 banques aux exigences parfois exorbitantes : Le Comptoir d’escompte, La Société générale de crédit industriel et commercial, la Société des dépôts et des comptes courants, la Société générale, la Banque de Paris et des Pays-Bas, le Crédit lyonnais, la Société financière de Paris et enfin la Banque d’escompte de Paris.

[23]

En particulier Édouard Drumont dans son journal La libre parole. Drumont avait déjà donné en 1886 le pamphlet antisémite « La France juive »; le journal boulangiste La cocarde accompagne La libre parole dans son entreprise de démolition. En faisant la liaison entre La France juive, les juifs et le scandale de Panama, Drumont aura une lourde responsabilité dans le développement de l’antisémitisme en France, avec le point culminant de l’Affaire Dreyfus en 1895. Les archives 7 AQ 15 et 7 AQ 16 présentent le rapport fait au nom de la commission d’enquête et les dépositions devant la commission.

[24]

Archives nationales 7 AQ 21 : Procès Hugo Oberndoerfer, audience des 18 avril et 2 mai 1894, jugement condamnant le banquier à restituer les sommes reçues de la compagnie de Panama (3931354 francs).

[25]

Le Matin, Le Figaro, Le Petit journal, Le Gaulois, L’Éclair, The Daily Graphic.

[26]

Archives 7 AQ 20 : Procès contre Cornélius Herz et vente de ses propriétés, chantage de Herz contre Reinach, dossier Reinach, assignation de sa succession, transaction Reinach-Herz, etc.

[27]

Archives 7 AQ 22 : Procès Baïhaut : état civil, liquidation du patrimoine, extrait de journaux décrivant l’audience du 16 décembre 1896 (Le droit, Le Figaro, Le Journal), renseignements sur les immeubles possédés par Baïhaut à Alger. Charles Baïhaut, un des auteurs du « Projet de loi ayant pour objet d’autoriser la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama à faire une émission d’obligations à lots, présenté… par M. Sarrien, par M. Sadi Carnot, et par M. Baïhaut. » du 17 juin 1886, Chambre des députés. 4e législature, session de 1886. N° 841, Paris, A. Quantin, a aussi écrit ses souvenirs de prison à Mazas, la Conciergerie, Étampes : C. Baïhaut, Impressions cellulaires, 1893.

[28]

Pour accélérer la révolution, Manuel Amador Guerrero, un des principaux meneurs, reçoit 100000 US dollars et l’assurance de la reconnaissance des États-Unis et de la France.

[29]

Certains membres influents du parti républicain américain se partageront 60000 US dollars pour faire voter le projet.

[30]

De nombreux documents préparatoires à cette reprise, en particulier les conditions de répartition du prix entre l’ancienne compagnie de Panama et la nouvelle, la sentence arbitrale relative au partage et à la liquidation, le rapport de l’Attorney General Knox, les protestations françaises contre la vente du canal aux États-Unis figurent au dossier 7 AQ 35 des archives nationales.

Résumé

Français

Le canal de Suez est une des grandes réussites du XIXe siècle. Fort de son premier succès, Ferdinand de Lesseps a souhaité faire une seconde tentative, qui paraissait, après une analyse superficielle, d’autant plus réalisable que la distance à creuser à Panama était moindre. Mais alors que Suez était une région connue des Européens, Panama était l’inconnu. Lesseps a, selon son habitude, forcé le destin pour créer la compagnie française du canal de Panama, mais sa volonté n’a pas suffi à éviter la débâcle financière et un scandale de premier ordre. Après le temps des grandes espérances, avec la fondation de la société française du canal, il y eut le temps des lendemains qui déchantent, avec une cohorte de problèmes financiers et techniques imprévus qui entraînèrent un krach financier et un scandale hors norme. Échec définitif d’un homme illustre, le canal sera tout de même terminé, donnant raison, au-delà de la mort, à son inspirateur.

English

The failure of Panama canal, from the great expectations to the financial distress The Suez canal was one of the great successes of the 19th century. After his first success, Ferdinand de Lesseps wished to make one second attempt, which appeared all the more realizable after a not very thorough analysis that the distance to be dug in Panama was half of that of Suez. But Suez was a well known country by Europeans, flat, well marked. anama was unknown, with its mountains, its unstable grounds and its unhealthy climate. Lesseps, according to its practice, forced the destiny to create the French company of Panama canal, but he will was not enough to avoid the financial failure and a scandal of first order. There was initially a time to the great expectations, with the foundation of the French Company of the Channel, and a time of the dark following days which, with a troop of unresolved technical and financial problems. The sumof the unforeseen difficulties involved a financial crash and a scandal out of standard. Final failure of a famous man, the canal, thanks to American engineers, will be built all the same, and its inspirer will be right, after his death.

Plan de l'article

  1. INTRODUCTION
  2. I – LE TEMPS DES GRANDES ESPÉRANCES : COULEUVRE À TRANCHER ET COULEUVRES À AVALER
    1. 1. Création de la société française du canal
    2. 2. Début des travaux à la Culebra
    3. 3. Quelques couleuvres financières difficiles à avaler
  3. II – LE TEMPS DE LA DÉTRESSE FINANCIÈRE ET DE LA FUITE EN AVANT
    1. 1. Contraintes techniques et technique des obligations
      1. La période du financement normal (1880-1885)
      2. La période des premières difficultés (1885-1887)
      3. La période de la crise aiguë (1887-1888)
    2. 2. Le krach financier
      1. Le manque de discernement dans la gestion des emprunts
      2. La chute contestable de la maison Lesseps
    3. 3. Vrais et faux procès
      1. Le principal procès en escroquerie
      2. Le procès accessoire en corruption
  4. CONCLUSION

Article précédent Pages 307 - 324 Article suivant
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...