CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Le rapport sur l’affect présenté par André Green en 1970 a sans doute marqué un tournant dans la métapsychologie de l’affect, et peut-être au-delà dans la réflexion métapsychologie française d’ensemble. Il se situe clairement dans un contrepoint de l’accent mis par Lacan sur le signifiant et le langage verbal et l’influence qu’il a pu avoir sur une large partie des psychanalystes français même en dehors du mouvement lacanien lui-même. Le rapport de Green témoigne à la fois du désir de réévaluer la position de Freud concernant l’affect, largement sous-estimée chez Lacan dans son « retour à Freud », et d’un appui trouvé chez les auteurs anglo-saxons pour redonner toute sa valeur clinique à la « chair du signifiant ».
Mais même une lecture cursive du rapport convainc vite celui qui s’y livre que, si l’affect est bien au centre de la réflexion, les propositions métapsychologiques qui le jalonnent vont bien au-delà de la simple réévaluation de la place de l’affect et annoncent une évolution des axes dominants de la réflexion métapsychologique française, ce que la suite des travaux de Green confirmera largement.
Je pense donc que le rapport de Green a eu une influence importante sur la réflexion clinique et métapsychologique de l’époque – en tout cas a minima sur la mienne –, qu’il a ouvert des voies de réflexion et des problématiques nouvelles ou reformulées de manière novatrice.
Faire retour cinquante ans plus tard sur les chantiers théoriques qu’il ouvre à l’époque, c’est à la fois tenter d’en repérer la nature, mais aussi inévitablement de tenter de mesurer l’évolution qu’ils ont connue pendant ce demi-siècle…

Français

Le rapport de 1970 de Green sur l’affect marque sans doute un tournant dans la métapsychologie française, non seulement par une réévaluation de la place de l’affect dans le fonctionnement psychique, mais par l’impact que cette question implique sur l’ensemble de la pensée psychanalytique. Ma réflexion souligne d’une part les aspects novateurs des propositions de Green dans son rapport, mais aussi comment elles contiennent les prémisses de l’évolution des questions pour toute une partie des psychanalystes français et, au-delà, pour la psychanalyse dans son ensemble.

  • affect
  • objet
  • présence de l’objet
  • absence de l’objet
  • indiscrimination affect/représentation et besoin/désir
Commentaire de
René Roussillon
Professeur émérite de psychologie et psychopathologie clinique, psychanalyste, membre formateur de la SPP et du GLP-RA
4 rue Barrème, 69006 Lyon
Il vous reste à lire 92 % de cet article.
Acheter cet article 3,00€ 8 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
Autres options
S'abonner à cette revue link Via la page revue
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 18/11/2020
https://doi.org/10.3917/rfp.845.1335
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Presses Universitaires de France © Presses Universitaires de France. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...