Accueil Revues Revue Numéro Article

Annales des Mines - Gérer et comprendre

2010/3 (N° 101)

  • Pages : 108
  • ISBN : 9782747217248
  • DOI : 10.3917/geco.101.0095
  • Éditeur : ESKA

ALERTES EMAIL - REVUE Annales des Mines - Gérer et comprendre

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 95 - 96 Article suivant

À propos du livre de Robert R. Janes, Museums in a Troubled World. Renewal, irrelevance or collapse ? Routledge éd., Abingdon (UK) et New York (USA), 2009, 208 pages

1

Depuis une dizaine d’années, les ouvrages de sociologie des organisations et de management portant exclusivement sur les musées se sont multipliés. Pour la plupart, ces travaux identifient un changement radical de paradigme, un basculement des institutions muséales vers une nouvelle ère. La redondance de leurs titres suffirait à s’en convaincre : Towards a New Museum (Newhouse, 1998), The Museum in Transition (Heine, 2000), Reimagining the Museum (Wit comb, 2003), Reinventing the Museum (Anderson, 2004), Le Nouvel âge des musées (Tobelem, 2005), Vers une redéfinition du musée ? (Mairesse et Desvallée, 2007), Museums in Motion (Alexander, 2008) ... Ainsi, l’idée selon laquelle les musées seraient actuellement caractérisés par un mouvement fondamental, une dynamique propre, semble aujourd’hui faire consensus ; seules les propriétés de cette mutation (comme l’introduction de l’art contemporain, l’irruption de la concurrence ou « tournant » marchand, l’importance des missions éducatives et des problématiques liées aux publics, le basculement d’un musée-temple vers un muséeforum ...) sont véritablement discutées. Le livre récent de Robert R. Janes, Museums in a Troubled World, ne constitue pas une énième variation sur cette question du changement organisationnel dans les musées. En ne postulant pas une institution en mouvement, il prend même cette littérature à rebours. Pour Janes, le changement est ailleurs. Ce n’est pas tant le musée qui se transforme que l’environnement dans lequel celui-ci est inséré : face aux bouleversements du monde, le musée reste bien souvent une organisation statique. Construit sur des observations empiriques récentes et documentées, ce livre se distingue avant tout des ouvrages existants par son remarquable effort de mise en contexte (social et environnemental, notamment) des problématiques contemporaines du musée. La compréhension de ces questions apparaît comme un préalable indispensable au chercheur avant d’envisager – éventuellement – un renouveau (renewal), une marginalisation (irrelevance), voire un effondrement (collapse). Robert R. Janes, ancien directeur du Glenbow Museum de Calgary, au Canada, est aujourd’hui rédacteur en chef de la revue scientifique Museum Management and Curatorship et consultant spécialisé en gestion des musées. Ses champs d’études principaux, hérités de trente années de carrière comme praticien, sont les musées nord-américains (États-Unis et Canada), mais l’originalité de ses constats n’est pas contingente à ces institutions et les propositions qu’il formule dans la dernière partie de l’ouvrage paraissent généralisables, notamment aux musées européens. L’auteur défend principalement la thèse selon laquelle les différentes pratiques professionnelles des musées (pratiques des conservateurs, des médiateurs, des mécènes, des dirigeants ...) négligent aujourd’hui l’inscription de cette institution dans la cité, pour ne concentrer leurs efforts que dans un modèle de croissance (de la fréquentation, des collections, de la consommation culturelle ...) dé - passé et peu soutenable. Dans les premiers chapitres de l’ouvrage, consacrés à la « myopie » et à l’« élitisme » des institutions muséales, Robert R. Janes analyse avec précision les objectifs stratégiques formulés par la plupart des établissements, qui sont fondés sur ce modèle de croissance (augmentation de la fréquentation, des revenus, ou encore des acquisitions ...) : il les dépeint comme autant de vaines ambitions que les dirigeants de musées s’infligeraient à eux-mêmes et il souligne l’urgence de développer des indicateurs de performance qualitatifs, qui soient capables de supplanter les mesures quantitatives et marchandes de la performance muséale. Plus loin, dans l’ouvrage, Janes déplore l’absence de lien entre ces orientations et les grandes préoccupations contemporaines du monde : les préoccupations environnementales (comme la dégradation sans précédent de la biosphère, la rareté des ressources naturelles et le réchauffement climatique), économiques (les crises financières et monétaires, la corruption et la remise en cause d’une société de consommation de masse) et sociales (creusement des inégalités, transition démographique et perte de lien social). Déconnecté des enjeux sociétaux et environnementaux contemporains, le musée se condamne à devenir peu à peu hors sujet. Volontiers polémique et écrit dans un style provocateur, Museums in a Troubled World porte la critique sur de nombreux aspects des stratégies contemporaines des musées. Trois de ces critiques retiennent plus particulièrement l’attention du lecteur. Lorsque Janes discute de l’importance du geste architectural dans la conception de nouveaux musées (phénomène en explosion, depuis une dizaine d’années, à la suite de la construction du Guggenheim de Bilbao), il souligne la vanité de l’adage : « If you build it, they will come » (« Construisez-le, ils viendront »). De même, il met en évidence l’absence de véritable activité de recherche et développement (permettant l’expérimentation) dans ces institutions pourtant saturées de discours sur l’innovation et l’avant-garde. Enfin, il s’attaque à l’idée de collections en expansion permanente et propose, en s’appuyant sur les exemples de musées ethnographiques canadiens et néozélandais, de lever les tabous sur l’inaliénabilité et la cession (deaccessioning) des œuvres : souvent envisagée pour des motifs marchands et de financement d’acquisitions futures, l’aliénabilité est ici, au contraire, mise en exergue en tant que pratique génératrice de partage et d’interaction avec la communauté. Dans la dernière partie de son ouvrage, Robert R. Janes jette les bases d’une écologie du musée fondée sur des relations d’interdépendance avec le tissu social et s’appuyant sur une capacité à entretenir les biens collectifs dont il a la charge pour les générations futures, à savoir ses collections. L’auteur est ainsi conduit à replacer le besoin d’intendance (stewardship) de la collection au cœur du projet muséographique. Loin d’être restreinte à une maintenance a minima, il s’agit ici d’une intendance au sens plein du terme, c’est-à-dire de la capacité à prendre soin, à conserver et à actualiser des biens publics et ce, sur le long terme. Janes note que cette durabilité est aujourd’hui largement encouragée en matière de ressources naturelles (protection de la biodiversité ...), mais qu’elle ne l’est pas (ou très peu) pour les ressources matérielles : « Collections will be the key to examining the relevance of this material diversity in contemporary times, and will distinguish museums as the only social institutions with this perspective and the necessary resources. In this respect, museums are as valuable as seed banks »[1][1] « Les collections [des musées] seront la clé permettant... (p. 179). Livre militant qui exhorte les dirigeants de musées à s’engager sur la voie de la responsabilité sociale et de l’engagement citoyen, Museums in a Troubled World: Renewal, irrelevance or collapse?, qui préconise pour ces organisations la mise en œuvre d’un agenda renouvelé, fondé sur les concepts de localité, de témoignage, de durabilité et de diversité. Alors seulement pourrons-nous parler d’institutions en mouvement.


Bibliographie

  • Alexander (E.P.) & Alexander (M.), Museums in Motion, Plymouth, AltaMira Press, 2008.
  • Anderson (G.), Reinventing the Museum: Historical and contemporary perspectives on the paradigm shift, Oxford, AltaMira Press, 2004.
  • Heine (H.S.), The Museum in Transition, Washington, DC, Smithsonian Books, 2000.
  • Mairesse (F.) & Desvallées (A.) (dir.), Vers une redéfinition du musée ?, Paris, L’Harmattan, 2007.
  • Newhouse (V.), Towards a New Museum, New York, The Monacelli Press, 1998.
  • Tobelem (J.-M.), Le Nouvel Âge des musées, les institutions culturelles au défi de la gestion, Paris, Armand Colin, 2007.
  • Witcomb (A.), Reimagining the Museum: Beyond the Mausoleum, London, Routledge, 2003.

Notes

[1]

« Les collections [des musées] seront la clé permettant d’examiner l’importance de cette diversité matérielle pour le temps présent ; elles distingueront les musées en tant que les seules institutions sociales se fixant ce but et dotées des ressources matérielles (permettant de l’atteindre). De ce point de vue, les musées sont aussi précieux que des banques de semences » (notre traduction).

Titres recensés

  1. À propos du livre de Robert R. Janes, Museums in a Troubled World. Renewal, irrelevance or collapse ? Routledge éd., Abingdon (UK) et New York (USA), 2009, 208 pages

Pour citer cet article

Coblence Emmanuel, « Musée modeste, musée moderne ? », Annales des Mines - Gérer et comprendre, 3/2010 (N° 101), p. 95-96.

URL : http://www.cairn.info/revue-gerer-et-comprendre1-2010-3-page-95.htm
DOI : 10.3917/geco.101.0095


Article précédent Pages 95 - 96 Article suivant
© 2010-2014 Cairn.info
back to top
Feedback