CAIRN.INFO : Matières à réflexion

1Dans son livre intitulé en français L’Esprit design[1], qui a fait découvrir à de nombreux lecteurs le design thinking, Tim Brown, le PDG d’Ideo, distingue dans tout projet trois phases essentielles qu’il nomme inspiration, idéation et implémentation.

2La phase d’inspiration est celle au cours de laquelle des problèmes ou des opportunités sont identifiés. Dans la mesure où l’objectif d’un designer est de satisfaire des utilisateurs, cette phase nécessite souvent des recherches sur le terrain afin de mieux connaitre leurs besoins, leurs pratiques ou leurs modes de vie. Pour ce faire, les designers font feu de tout bois et ils mobilisent des techniques très variées : des méthodes quantitative (basées sur des sondages et des statistiques) aussi bien que des méthodes qualitatives (basées sur des entretiens ouverts, des observations et des descriptions). L’essentiel est d’accumuler un maximum d’informations mais également de dépasser les chiffres bruts ou les simples déclarations verbales pour mettre à jour des pratiques profondément ancrées chez des utilisateurs mais qui peuvent être invisibles à première vue.

3La phase d’idéation consiste ensuite, à partir du matériau recueilli sur le terrain, à générer des solutions et des idées nouvelles et à les rendre concrètes le plus rapidement possible. C’est au cours de cette phase que l’on emploie les techniques créatives auxquelles on réduit souvent un peu vite le design thinking, comme la réalisation de prototypes ou les séances de brainstorming au cours desquels des murs entiers sont recouverts de post-it.

4Une séance de brainstorming ne s’improvise pas : elle nécessite des compétences et une vraie préparation de la part de l’animateur ou du facilitateur, qui doit à la fois construire la séance et s’assurer que les participants suivent bien les règles du brainstorming (ne pas se censurer, ne pas critiquer les idées des autres participants mais rebondir dessus, essayer de produire un maximum d’idées plutôt que de trouver une seule idée de génie).

5La réalisation de prototypes est l’un des traits les plus frappants du design thinking. Un prototype n’est pas forcément une réalisation complexe qui nécessite des talents manuels ou artistiques : c’est avant tout un moyen de rendre des idées tangibles pour pouvoir les tester le plus vite possible. Un simple dessin, un croquis ou un storyboard peuvent déjà être considérés comme des prototypes.

6Pour finir, la phase d’implémentation consiste à améliorer les idées qui ont été ébauchées et les prototypes qui ont été réalisés grâce à une série de tests qui nécessiteront à nouveau de retourner sur le terrain, d’observer ce qui se passe et de générer de nouvelles idées. À partir de là, les étapes précédentes vont se répéter, aussi longtemps que nécessaire. Le design thinking est une méthode itérative : c’est à travers un cycle de recherches, d’essais et d’erreurs qu’un projet est progressivement mis en place. Il faut d’ailleurs préciser qu’en anglais, Tim Brown ne parle pas de « phases » mais « d’espaces » pour bien marquer le fait qu’inspiration, idéation et implémentation ne sont pas des étapes qui s’enchaînent de façon linéaire mais des modes de travail entre lesquels il est possible et même nécessaire d’aller et venir.

Fig. 1

Le processus de design pour Tim Brown

Fig. 1

Le processus de design pour Tim Brown

Trois façons de visualiser le processus de design

7Ce canevas des trois « i » constitue la vulgate du design thinking mais il est également possible de trouver des descriptions un peu différentes du même processus. La d.school entre par exemple davantage dans les détails et identifie neuf étapes différentes [2]. Le Design Council britannique [3] (une institution publique qui prend en charge les questions de design de service au Royaume-Uni) propose un schéma plus original intitulé le « double diamant » où alternent des périodes de pensée divergente (où l’on cherche à produire un maximum d’idées) et des périodes de pensée convergente (où les idées sont triées et sélectionnées). Le point de départ de la divergence et le point d’arrivée de la convergence sont les mêmes : c’est le réel, le terrain, les utilisateurs, dont il faut s’éloigner dans un premier temps – pour voir les choses sous un jour nouveau ou trouver de nouvelles idées – pour mieux y revenir ensuite.

8On doit à Damien Newman (un designer d’Ideo) une représentation visuelle du processus qui est particulièrement parlante et qui est souvent citée. Il s’agit d’un dessin qui prend la forme d’un gribouillis confus (représentant la période de divergence et le tâtonnement initial du projet) qui s’affine progressivement pour devenir une seule ligne claire et nette (le produit ou le service auquel on aboutit).

Design thinking et conduite de projet

9La ligne de Newman, le double diamant du Design council ou les trois espaces de Tim Brown sont trois façons possibles de visualiser le processus de design. Dans tous les cas, il s’agit d’un cheminement qui permet de passer d’une situation problématique ou gênante à une situation plus satisfaisante, bref de mener un projet. Mais, dans ce cas, qu’est-ce qui distingue le design thinking de la conduite de projet traditionnelle ?

10Il faut insister en premier lieu sur les points communs : que l’on fasse du design ou pas, un projet démarre avec une commande ou un « brief. » Un projet nécessite presque toujours de rompre avec la routine du quotidien, de former un groupe de travail et de mobiliser des compétences transversales. Il est généralement limité dans le temps et il donne lieu à une évaluation. Ce n’est pas sur ces aspects que le design thinking innove.

Fig. 2

Les quatre temps du « double diamant » du Design Council

Fig. 2

Les quatre temps du « double diamant » du Design Council

11En revanche, alors que la conduite de projet traditionnelle est un processus linéaire qui met l’accent sur la planification et qui est rythmé par les décisions d’un comité de pilotage, le design est, comme on l’a vu, un processus itératif, qui met l’accent sur la créativité et qui consiste à produire un foisonnement de solutions mises à l’épreuve du terrain. Comme le souligne Donald Norman, c’est une façon de faire très inhabituelle et qui distingue les designers d’autres professionnels du projet : « Les ingénieurs et les commerciaux sont formés pour résoudre des problèmes. Les designers, eux, sont formés pour découvrir les vrais problèmes […] C’est pour cela que, plutôt que de chercher à converger vers une solution, ils commencent par diverger, par étudier les gens et ce qu’ils essaient de faire, générant idées après idées. Ça rend les managers fous ! Les managers veulent des progrès alors que les designers donnent l’impression d’avancer à reculons. » [4]

12Dans l’absolu, l’approche des designers n’est pas plus légitime que l’approche plus courante des ingénieurs et des managers, tout dépend en fait du problème que l’on souhaite résoudre. Lorsqu’un problème est bien connu, lorsque la situation à atteindre a été identifiée et fait consensus, lorsqu’une solution a fait ses preuves ou que sa faisabilité a été attestée, il vaut mieux s’en tenir aux outils traditionnels de conduite de projet et à un rétroplanning rigoureux. En revanche, le design thinking est la méthode idéale pour s’atteler à ce que Horst Rittel et à sa suite Richard Buchanan ont qualifié de « problèmes retors » (« wicked problems » en anglais) [5]. Il s’agit de problèmes dans lesquels le facteur humain tient une place prépondérante, qui impliquent des acteurs multiples, et dont la formulation varie en fonction du point de vue que l’on adopte. Les wicked problems sont des problèmes dont on ne connaît pas la solution tant qu’on ne l’a pas trouvée. Pour être démêlés, ils nécessitent une approche centrée sur l’humain et par petits pas.

13Les disciplines de l’information et de la communication regorgent de problèmes retors : organiser des informations pour des individus ou des groupes nécessite en effet de prendre en compte la culture des utilisateurs finals, leur vision du monde, leurs intentions, leurs pratiques, leurs compétences, leurs besoins latents et d’y répondre en utilisant des technologies variées. Il ne peut pas s’agir d’un processus purement rationnel, linéaire ou abstrait. Sans cela, le designer, l’ingénieur, le concepteur – qui n’est pas un utilisateur comme les autres – risquerait de projeter sa propre vision dans les outils qu’il conçoit et de mettre en place une solution inadaptée.

Fig. 3

Le « squiggle » de Damien Newman

Fig. 3

Le « squiggle » de Damien Newman

La boîte à outils du designer

14Le tâtonnement prôné par le design thinking est un tâtonnement qui est rigoureux à sa manière et qui est abondamment outillé. Certaines techniques employées sont issues du design en tant que tel (comme les différentes méthodes permettant de modéliser l’expérience d’un utilisateur : persona, cartographie d’expérience, etc.). D’autres proviennent de domaines et de disciplines variés. Les designers empruntent aux anthropologues leurs techniques de recherche ethnographique (entretien, observation, immersion), aux créatifs les méthodes de brainstorming qui permettent de générer des idées, aux facilitateurs visuels les représentations graphiques qui permettent de rendre des idées tangibles, aux makers la culture du « faire » et les projets marathons en forme de « sprints. »

15Les articles qui suivent sont rédigés par des designers ou des experts du design thinking, des bibliothécaires et des facilitateurs. Ils reviennent chacun à leur façon sur ces différentes composantes de la boîte à outils du design thinking.

Notes

Français

[éclairage] Le design thinking peut être défini comme une philosophie et un état d’esprit mais c’est surtout une méthode, un processus, composé d’un certain nombre d’étapes à suivre et d’outils à employer pour atteindre un objectif. C’est de là que découle une partie de son succès (il suffit de suivre le « mode d’emploi »). Mais cet aspect peut également susciter une certaine méfiance (comme n’importe quelle « recette » qui semble un peu trop simple). En quoi consiste le processus de design et de quelle façon le design thinking se distingue-t-il d’autres méthodes de résolution de problème et de conduite de projet ? Les contributions réunies dans ce pôle répondent à ces questions en détaillant plusieurs méthodes et outils qui peuvent être employés dans le cadre d’un projet de design.

English

Leading a Project with Design Thinking

Leading a Project with Design Thinking

Design thinking can be defined as a philosophy or a state of mind, but above all it is a method, a process composed of several stages and specific tools to reach a given objective. This explains part of its success - just follow the instructions. But this aspect (like any overly simple recipe) can also lead to distrust. What exactly is the design process and how does Design Thinking distinguish itself from other methods of problem resolution and project management? Our contributions address these questions, describing in detail several methods and tools that can be used in the framework of a design project.

Español

Gestión de un proyecto con el "design thinking"

El "design thinking" puede definirse como una filosofía y un estado de ánimo, pero sobre todo es un método, un proceso compuesto por cierto número de etapas que deben seguirse y herramientas que deben utilizarse para alcanzar un objetivo. De ahí dimana una parte de su éxito (basta con seguir el "modo de empleo"). Pero este aspecto también puede suscitar cierta desconfianza (como cualquier "receta" que parezca demasiado sencilla). ¿En qué consiste el proceso de diseño y en qué sentido se diferencia el "design thinking" de otros métodos de resolución de problemas y de ejecución de proyectos? Las aportaciones recopiladas en este polo responden a estas preguntas detallando cierto número de métodos y herramientas que se pueden utilizar en el marco de un proyecto de diseño.

Deutsch

Ein Projekt mittels Design Thinking durchführen

Design Thinking kann als Philosophie oder Einstellung definiert werden, aber es ist vor allem eine Methode und ein Prozess mit verschiedenen Abschnitten und Werkzeugen, um ein Ziel zu erreichen. Daraus ergibt such auch zum Teil sein Erfolg (denn es genügt der „Bedienungsanleitung“ zu folgen). Gleichzeitig kann dieser Aspekt auch ein gewisses Misstrauen hervorrufen (wie alle „Rezepte“ die etwas zu einfach scheinen). Woraus besteht der Design-Prozess, und in welcher Weise unterscheidet sich das Design Thinking von anderen Methoden der Problemlösung und des Projektmanagements? Die Beiträge dieses Abschnittes beantworten diese Fragen, indem sie diverse Methoden und Werkzeuge vorstellen, die im Rahmen eines Designprojekts benutzt werden können.

Mis en ligne sur Cairn.info le 01/04/2017
https://doi.org/10.3917/i2d.171.0036
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour A.D.B.S. © A.D.B.S.. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...