Accueil Revue Numéro Article

Idées économiques et sociales

2016/3 (N° 185)


ALERTES EMAIL - REVUE Idées économiques et sociales

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 78 - 78 Article suivant
1

La crise des subprimes de l’été 2007 s’est subrepticement muée en quelques mois en crise des dettes souveraines, comme le cas de la Grèce l’illustre de la manière la plus tragique. Plus généralement dans la zone euro, la réduction de la dette publique – ou plus exactement celle du rapport de cette dette au produit intérieur brut – a été érigée en priorité absolue depuis quelques années. Et pourtant, ce ratio d’endettement public ne cesse de poursuivre sa progression dans presque tous les pays, au contraire de l’activité intérieure et de l’emploi qui eux stagnent désespérément. C’est ce faux paradoxe que se propose d’éclairer ici Bruno Tinel, maître de conférences à l’université de Paris-I, en s’appuyant notamment sur la boîte à outils du courant postkeynésien, c’est-à-dire sur les chercheurs qui, parmi les héritiers revendiqués de Keynes, n’ont pas essayé de faire la synthèse entre ses analyses et celle du courant néoclassique dominant.

2

En résulte un ouvrage à la fois très pédagogique (même si on n’échappe pas à quelques équations) et politiquement affûté, qui vient remettre à l’endroit ce que certains responsables politiques et médiatiques ne cessent de présenter à l’envers. L’auteur propose ainsi dans le premier chapitre un certain nombre de clarifications primordiales sur ce qu’est la dette publique en venant rappeler la spécificité de cet agent économique qu’est l’État – trop souvent assimilé à un ménage ou une entreprise –, ou encore en expliquant par exemple comment le crédit constitue le soubassement nécessaire de toute activité économique et se traduit en contrepartie par un ensemble d’actifs qui fait que, loin d’être endettés dès leur naissance comme aiment à l’ânonner certains commentateurs autorisés des médias, tous les Français.e.s sont en réalité détenteurs d’un patrimoine commun équivalent à près de 10 000 euros par personne.

3

Dans les chapitres suivants, Bruno Tinel expose les principales relations macroéconomiques mises en évidence notamment par Keynes entre déficit public, endettement et cycle économique, pour en arriver à défendre la thèse qu’aujourd’hui, seule une politique de relance budgétaire pourrait permettre de réduire le ratio dette publique/PIB, tandis qu’à l’opposé, les politiques procycliques, c’est-à-dire d’austérité en temps de crise, viennent au contraire alimenter la récession et, ce faisant, à la fois creuser le déficit public et freiner la reprise de l’activité. Il présente en passant, pour les réfuter aussitôt, les quatre objections principales adressées aux politiques budgétaires keynésiennes (loi de Say, primat de la règle de Taylor dans les politiques monétaires, effet d’éviction et équivalence ricardienne), le tout en quelques pages qui auraient peut-être mérité davantage de développements. Enfin, dans une dernière partie, Bruno Tinel met en évidence les enjeux redistributifs sous-jacents au débat sur les dettes publiques. Il souligne plus encore le fait que le conflit en la matière oppose davantage les différentes classes plutôt que les nations, ou même les générations, comme on l’entend parfois dans le débat public, à travers trois dimensions distinctes mais étroitement liées : la structure des prélèvements obligatoires, la politique monétaire et enfin, la financiarisation de la dette publique mise en œuvre dans l’Hexagone il y a maintenant trois décennies, dont le sociologue Benjamin Lemoine a récemment analysé les soubassements [1][1] Voir Benjamin Lemoine,L’Ordre de la dette, Paris, La... .

4

Bref, un petit ouvrage qui réalise tout à fait la promesse de son sous-titre et offre un bel objet pédagogique et polémique sur des enjeux au cœur de nos programmes et, plus encore, du débat public.

Notes

[1]

Voir Benjamin Lemoine,L’Ordre de la dette, Paris, La Découverte, 2016.


Article précédent Pages 78 - 78 Article suivant
© 2010-2017 Cairn.info