Accueil Revues Revue Numéro Article

L'information psychiatrique

2010/6 (Volume 86)


ALERTES EMAIL - REVUE L'information psychiatrique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 539 - 547 Article suivant

Introduction

1

L’essor des thérapeutiques biologiques en psychiatrie commence classiquement en 1952, date à laquelle la chlorpromazine (Largactil®) est découverte comme prototype des neuroleptiques. Il s’agit d’une époque considérée comme charnière, marquant le développement de la psychopharmacologie moderne. Pourtant, avant cette révolution de 1952, des traitements chimiques existaient et étaient utilisés avec plus ou moins de succès en psychiatrie. Durant la première moitié du XIXe siècle, la recherche de la sédation passe par l’utilisation de substances d’origine naturelle : opium, hachisch et belladone. La seconde moitié du XIXe siècle est celle de l’essor de l’industrie chimique, diverses substances synthétiques sont alors testées puis couramment prescrites : bromure par Locock dès 1851, paraldéhyde depuis 1882, avec des effets plus ou moins heureux sur les patients. Le début du XXe siècle marque un nouveau tournant avec l’apparition des cures de sommeil sous barbituriques, ainsi que les « traitements de choc » : la malariathérapie (Von Jauregg en 1917), les cures de Sakel (en 1933), la convulsivothérapie au Cardiazol® (Von Meduna, 1934). Durant cette période sont par ailleurs découverts et développés 2 traitements qui sont toujours prescrits de nos jours : les amphétaminiques dans le trouble hyperkinétique de l’enfant et les sels de lithium dans les troubles bipolaires.

2

Dans cet article, nous proposons une plongée au cœur de l’histoire des thérapeutiques biologiques sur une période bien délimitée (seconde moitié du XIXe siècle et première moitié du XXe siècle), avec en toile de fond les hypothèses physiopathologiques qui en ont permis l’émergence.

Traitements de la seconde moitié du XIXe siècle

La narcothérapie

3

Le XIXe siècle a vu le développement de ce que les aliénistes appelaient la contention chimique. Cette nouvelle thérapeutique avait pour but de limiter le recours aux méthodes physiques telles la contention mécanique ou l’utilisation des chambres d’isolement. Les traitements pharmacologiques peuvent avoir une indication sédative (traitement de l’agitation psychomotrice) ou être administrés à visée hypnotique pour lutter contre l’insomnie. Mais dans la majorité des cas, les deux objectifs sont recherchés conjointement. Le concept de « cure de sommeil » voit alors le jour : le malade mental est plongé dans un état sub-comateux pendant plusieurs heures par jours. Plusieurs molécules ont été testées puis prescrites en routine dans cette indication, soit seules ou en association. L’utilisation de ces traitements ne poursuivait pas le but d’agir directement sur le délire du malade : seule la contention chimique était recherchée.

Opiacés

4

Les premiers psychotropes utilisés dans la narcothérapie furent les opiacés. Ils pouvaient être administrés per os sous forme d’opium ou de sirop de morphine. Dans ce dernier cas la posologie usuellement préconisée était de 30 grammes toutes les 2 heures. La principale indication reste les états d’agitation observés chez les sujets souffrant de paralysie générale comme le suggère Luys : « On arrive ainsi, chez certains paralytiques, à calmer le délire et à produire une période de calme [24]. » Les autres indications sont les états de mélancolie avec anxiété ou insomnie et les manies aiguës. Dans ce dernier cas l’efficacité de la morphine n’est pas constante et le recours à d’autres sédatifs pouvait être nécessaire. Enfin, l’opium ou le sirop de morphine n’avaient que peu d’efficacité dans les cas de lypémanie ou de folie circulaire [34].

5

Les opiacés pouvaient également être administrés par voie parentérale. Les injections hypodermiques de chlorhydrate de morphine étaient le recours privilégié lors du refus du traitement per os chez les sujets en proie à une agitation violente.

6

Comme le souligne Luys, l’efficacité des opiacés se limitait à une sédation sans aucun effet antipsychotique : « C’est principalement comme somnifère que je conseille la morphine, je ne lui reconnais pas d’action au point de vue de la modification de la forme du délire [24]. » Pinel de son côté préconise dès le début du XIXe siècle l’utilisation de l’opium dans les cas de « mélancolie avec atonie importante » [30].

Chloral

7

Le chloral est un agent aux propriétés hautement mutagènes clairement établies à ce jour. Ce psychotrope est un puissant agent irritant, provoquant des ulcérations cutanées ou gastriques. La dose létale est atteinte dès la posologie de 10 grammes en une prise. Pourtant, la posologie prescrite par les aliénistes pouvait s’élever jusqu’à l’administration de 8 grammes par heure. En cas de refus du traitement, le chloral était administré par sonde œsophagienne le plus souvent dans des patients atteints de « manie aiguë ou chronique » [16].

8

Le chloral était l’un des traitements sédatifs de référence depuis la moitié du XIXe siècle jusqu’au développement des premiers barbituriques au début du XXe siècle. Il s’agissait initialement d’un traitement préconisé dans le delirium tremens. L’efficacité du traitement a conduit les médecins à l’utiliser chez des patients mélancoliques, ainsi que dans les agitations des paralysies générales. Le chloral était surtout apprécié pour la durée d’action de son effet sédatif nettement supérieure à celui de la morphine. Toutefois il ne modifiait en rien l’évolution du trouble mental, comme le soulignait Jastrowitz en 1870 : « Une fois sortis de leur sommeil, la plupart des malades se trouvaient dans le même état qu’auparavant ; les maniaques criaient, les mélancoliques se lamentaient tout autant, quelquefois même plus violemment encore qu’ils ne le faisaient avant [16]. »

Sulfonal

9

Il s’agissait d’un traitement n’ayant aucune propriété dépressive sur la fonction cardiaque ou respiratoire, aussi était-il couramment prescrit en cas de contre-indication aux opiacés ou au chloral. Le sulfonal était utilisé avec succès chez des patients « maniaques, hypocondriaques et morphinomanes » alors même que le paraldéhyde restait sans effet [32]. Son spectre d’activité s’étendait même aux sujets souffrant de « folie circulaire ». Au final, il pouvait être administré dans tout état d’agitation quel qu’en soit l’origine : « démences, mélancolie, manie aiguë ou chronique, épilepsie avec manie ». Lailler rapporte par ailleurs que ce traitement était particulièrement bien toléré chez les femmes hystériques : « Chez les femmes hystériques, le chloral produit des effets excitants que ne donne pas le sulfonal qui se trouve alors indiqué [21]. »

Trional

10

Le trional est proche du sulfonal, faisant partie du groupe des sulfones. Cette molécule a été développée par Kast dès 1890. Il a d’abord été testé avec succès chez « les mélancoliques et les hypocondriaques privés de sommeil » [6]. Son administration provoque un état d’ivresse initial auquel succède une puissante sédation. La communauté médicale semble satisfaite de cette nouvelle molécule comme le souligne Brie : « Le trional est l’hypnotique par excellence. Il est appelé à remplacer le sulfonal. » Son utilisation est particulièrement appréciée dans « la démence sénile et la démence paralytique » [6]. Emile Kraepelin de son côté préconise le recours à ce traitement dans les cas d’excitation maniaque empêchant la mise en place du traitement physique (tels les bains de nuit) [19].

Paraldéhyde

11

Le paraldéhyde a été introduit dans la pratique clinique par le médecin italien Vincenzo Cervello dès 1882. Son indication première était de faciliter le sommeil chez des patients souffrant de delirium tremens. Son utilisation s’est ensuite diversifiée.

12

Depuis 1883, les malades mentaux agités bénéficiaient de traitement à base de paraldéhyde aussi bien par voie orale que par injections hypodermiques ou lavements en cas de refus du traitement. Il était préféré au chloral car mieux toléré [11]. Il n’entraînait pas d’irritation de gorge ni d’ulcères gastriques, et le sommeil provoqué était calme et sans cauchemars. Son utilisation s’est rapidement étendue aux « manies aiguës, delirium tremens, insomnie alcoolique, et la morphinomanie » [21]. Il s’agissait également d’un remède dans les cas de tétanos et d’éclampsie. Le seul effet indésirable découvert tardivement était un effet antabuse : en cas de prise minime d’alcool, un rash cutané massif était régulièrement observé [36]. Kraepelin recommandait lui aussi le recours à cette thérapeutique dans les cas d’excitation maniaque majeurs de patients souffrant de psychose maniaco-dépressive [19].

Somnal

13

L’efficacité et les indications du somnal (ou uréthane) ont fait couler beaucoup d’encre dès les années 1880. Il s’agit d’un traitement dont l’action hypnotique était précédée d’une phase d’exaltation ainsi que d’épisodes de masturbation particulièrement chez « les sujets d’âge avancé » [21]. Deux auteurs sont en opposition quant aux indications de l’uréthane. Pour Mairet, le somnal est inefficace dans les cas de manie aiguë et les paralysies générales. Dans les cas de paralysie générale, l’utilisation de l’uréthane est un « insuccès affirmé, dans les cas où chloral et bromure procurent aisément le sommeil ». Par ailleurs, son action reste douteuse dans les cas de démence sénile. Mairet conclut qu’il s’agit en revanche du « traitement de référence dans les lypémanies aiguës » [1]. Il en va autrement pour Kraeplin, qui a testé l’uréthane dans diverses pathologies mentales dont un groupe de femmes aliénées. Pour lui, le somnal doit surtout être utilisé chez les sujets paralytiques et les mélancoliques anxieux [18]. Son indication doit être réservée en priorité « chez les personnes débilitées et dans les cas d’excitation et de dépression avec dénutrition » [1]. En revanche, l’action hypnotique reste inefficace dans les cas de delirium tremens, auquel cas la prescription de paraldéhyde est recommandée.

14

L’ensemble des traitements présentés pouvaient être administrés seuls ou en association. Ainsi Luys recommande ce qu’il appelle sa « portion triple » pour les sujets les plus agités. Il s’agit d’un traitement associant du bromure, de la morphine et du chloral chacun utilisé à pleine dose : « une sédation très notable est obtenue au bout de 24 heures » [24].

Le bromure de potassium

15

Le brome est découvert par Balard en 1826, alors qu’il effectue sa thèse de pharmacie. Cet agent est initialement testé comme anti-infectieux et utilisé dans le traitement de la syphilis secondaire et tertiaire. Mais il va subir un échec retentissant dans cette indication. De nombreux effets indésirables avaient été observés à cette occasion : stupeur, somnolence, « torpeur des organes génitaux », perte de connaissance : « effets dont la thérapeutique pourra tirer en maintes occasions un parti utile… » [41]. Ces effets indésirables conduiront ainsi certains médecins à le tester dans le traitement des maladies nerveuses. C’est précisément la découverte par les Dr Otto-Graff et Huette de l’influence sédative du bromure sur l’appareil génital qui va conduire Locock en Angleterre à l’employer dans l’hystérie et l’hystéro-épilepsie en 1851 [41]. Ayant démontré son efficacité dans cette indication, son utilisation est rapidement étendue à l’épilepsie et à l’éclampsie en Angleterre [37]. Toutefois, une certaine réticence à l’utiliser est constatée chez les médecins français, hormis le cas de Brown-Séquard. Ce dernier l’emploi avec efficacité dans les cas d’épilepsies sévères.

16

Rapidement, les médecins constatent que les troubles psychiques concomitants aux épilepsies sont jugulés par le brome : cette molécule est active aussi bien sur les manies et les mélancolies associées à l’épilepsie [2, 27]. De plus, comme le souligne Otto-Graf, le brome agit sur « l’égoïsme, la méfiance, l’irritabilité qui caractérisent les épileptiques » [27]. Finalement le bromure de potassium va être utilisé dans de nombreux troubles mentaux : delirium tremens en adjonction de bains frais, paralysie générale, somnambulisme [24, 31]. Toutefois son utilisation fréquente conduit à l’observation d’intoxications [41]. Des tableaux de bromisme aigus sont décrits : il s’agit d’un syndrome confusionnel, avec urines rouges puis anurie totale et déshydratation aiguë. Le décès survient rapidement en cas de poursuite du brome. Des cas de bromisme chronique sont également publiés : les sujets présentent une pâleur cutanée, des troubles digestifs sévères avec diarrhées incoercibles, une hypertrophie gingivale puis un coma.

Le bromure de lithium

17

Simultanément au traitement précédent, le bromure de lithium est utilisé dans le traitement des maladies mentales. Hammond, le premier a noté une efficacité singulière de cette association dans le traitement des épisodes aigus de manie et de mélancolie [44]. Le lithium était dès lors l’un des traitements de référence des troubles de l’humeur. L’utilisation du lithium va perdurer dans de nombreuses indications et sous diverses présentations (dont des eaux minérales), avec l’observation des premiers cas d’intoxication : diarrhées massives, tremblements, ataxie, coma… ce qui va entraîner une diminution progressive de sa prescription, qui sera très limitée durant la période de 1900 à 1949.

Les atropiniques

18

Les molécules de cette classe étaient initialement utilisées à des seules fins de narcothérapie. Toutefois, d’autres bénéfices thérapeutiques ont pu être individualisés.

19

L’une des premières molécules utilisée était la hyoscamine, qui n’est autre que la scopolamine. Lawson a constaté son efficacité chez des sujets « maniaques chroniques déchireurs », qui arrachaient leurs vêtements [22]. La hyoscamine a ensuite été utilisée avec succès dans les démences avancées et les paralysies générales.

20

Une molécule proche, la hyoscine, a été évaluée comme supérieure aux autres sédatifs comme le chloral ou la morphine. Drapes l’a administrée à de nombreux patients et a pu remarquer une influence directe sur la désorganisation idéative en plus des effets hypnotiques [10].

21

Enfin, la duboisine a fait l’objet de nombreux travaux. Il s’agit d’un alcaloïde extrait d’un arbre australien. Son action sédative efficace dans les maladies mentales est découverte par le Dr Belmondo en 1892. Administrée par voir hypodermique, la duboisine se révèle être efficace dans tous les cas d’excitation psychique ou motrice. Une réduction des délires après la phase de sédation a également été observée [21]. Pour le Dr Marando de Montyel, la duboisine a un effet positif sur l’agitation diurne des vésaniques et des paralytiques : « La duboisine s’est révélée un merveilleux sédatif dans tous les cas d’agitation maniaque et lypémanique, vésanique, paralytique et très souvent de substituer une tranquillité absolue à la surexcitation ou à l’anxiété la plus violente [21]. » Toutefois son utilisation sera rapidement restreinte du fait de nombreux effets indésirables : accoutumance rapide avec toxicomanie, ainsi qu’une action dénutritive avec états de cachexie des malades traités par duboisine.

Traitements à action cardiovasculaire

Nitrite d’Amyl

22

L’utilisation de cette catégorie de traitements est fondée sur les premières hypothèses physiopathologiques de la folie. Meynert est le premier médecin à utiliser l’amylnitrite dans les cas de mélancolie. L’hypothèse qu’il élabore au sujet des causes de la mélancolie est simple. Ce trouble mental serait secondaire à un « empêchement » de la force vitale : une anémie cérébrale expliquerait donc la symptomatologie observée [15]. Meynert suppose donc qu’un grand afflux sanguin au cerveau rétablirait l’équilibre, via une dilatation des artères cérébrales. Le nitrite d’Amyl est donc administré dans ce but aux sujets mélancoliques par inhalation de 5 gouttes versées sur de la ouate. Les premiers effets obtenus sont ceux d’un état d’ivresse aigu : « L’individu devient plus gai, s’anime, parle avec volubilité, parfois même est pris d’un rire qui revêt un véritable caractère convulsif [33]. » Passée cette première phase, la dépression mélancolique fait place à un état d’indifférence, voire de sérénité : « Cette amélioration disparaît quelques heures après l’inhalation, et le malade retombe dans son ancien état [33]. » Malgré une certaine efficacité du traitement, les médecins s’interrogent sur les relations de causalité entre vasodilatation cérébrale et efficacité clinique : « Il est donc prouvé que le nitrite d’amyle procure une dilatation des artères cérébrales (cf. expériences sur des rats trépanés), mais il est impossible de dire si les symptômes psychiques qui en découlent sont le résultat de cette dilatation même [33]. » Ce traitement sera également testé chez les sujets épileptiques, mais avec un échec retentissant [26].

Digitaline

23

La digitaline, connue pour son action bradycardisante était administrée dans ce but pour calmer l’agitation des sujets maniaques. Le ralentissement du rythme cardiaque était censé faire revenir le sujet à une période plus propice au calme. Son action s’est révélée efficace dans cette indication [3, 42], puis a été employée avec succès dans les états maniques associés aux épilepsies [3]. Finalement, son utilisation s’est diversifiée à d’autres troubles mentaux : démences, paralysie générale, mélancolies anxieuses. Dans tous les cas une efficacité soit sur l’agitation avec retour au calme, soit sur l’intensité des cris a été constatée [12]. Toutefois son utilisation a rapidement été associée à l’opium afin d’en améliorer la tolérance. En effet, utilisée seule, la teinture de digitale était mal tolérée avec troubles digestifs et syndromes confusionnels sévères.

24

Parallèlement, Luys préconisait la prescription de digitale dans la mélancolie sur la base d’une hypothèse se rapprochant de celle de Meynert. Pour ce dernier, la mélancolie peut être secondaire à une mauvaise pression sanguine cérébrale. L’administration de digitaline aura l’effet d’élever cette « pression sanguine affaiblie chez les mélancoliques » et amener un retour au calme [24].

Les traitements de la première moitié du XXe siècle

La narcothérapie

25

La mise en œuvre des cures de sommeil est véritablement bouleversée dès le début de ce siècle, avec l’apparition des barbituriques. Cette nouvelle classe thérapeutique va supplanter rapidement toutes les molécules utilisées avec succès jusqu’ici : paraldéhyde, chloral, uréthane… Le Véronal (ou Barbital®) est synthétisé en 1903 par Von Mering en Allemagne : le premier barbiturique est créé. Il est le fruit d’une intense recherche dans le domaine de l’anesthésie. C’est le suisse Jacob Klaesi qui va introduire dès 1922 le concept de cure de sommeil à l’aide des barbituriques dans le domaine des pathologies mentales.

26

L’amytal sodique est synthétisé pour la première fois en Allemagne en 1923, mais il faudra attendre 1930 pour que Bleckwenn l’utilise dans le traitement des psychoses. Cette molécule n’est initialement utilisée que dans une optique de contention chimique. Ses indications reconnues sont la schizophrénie et les psychoses d’involution [38]. Toutefois l’indication phare reste la maladie maniaco-dépressive, surtout en phase maniaque [28]. L’amytal sodique peut s’administrer par voie orale, sous cutanée ou intraveineuse. Les malades traités dorment jusqu’à 20 heures par jour ; la cure est classiquement prescrite pour une dizaine de jours.

27

Par ailleurs, une efficacité autre que sur l’agitation est observée : les barbituriques amélioreraient le contact des psychotiques, diminueraient le délire et rendraient le patient plus sensible à la psychothérapie [28]. L’amytal aurait un effet bénéfique sur la cognition des patients schizophrènes, améliorant les résultats mesurés aux batteries d’évaluation cognitive. Une organisation plus riche au test du Rorschach est même décrite [23].

28

Afin d’expliquer ces effets antipsychotiques, des hypothèses sont développées. L’amytal agirait sur la dilatation des artères cérébrales, diminuant la pression cérébrale, donc diminuant la consommation d’oxygène par les cellules nerveuses [28] : la théorie vasculaire du XIXe siècle était simplement reprise.

Les traitements par sels minéraux

29

Les premiers essais en maladie mentale sont réalisés avec le chlorure de calcium. Il s’agissait d’un traitement efficace dans le domaine digestif, puisque utilisé comme antispasmodique. Administré à des sujets « déséquilibrés du sympathique, atteints de petits maux : instables, émotifs, anxieux » le traitement réduisait les symptômes somatiques associés tels les spasmes et les coliques [29]. Les injections de chlorure de calcium ont été ensuite testées dans des troubles mentaux plus sévères, telles les mélancolies ou les délires hypocondriaques. Aucune efficacité n’a pu être observée. Des tentatives de traitement par chlorure de manganèse ont vu le jour sur les mêmes bases pathogéniques, avec le même échec [14].

30

C’est dans ce domaine particulier des sels minéraux que va être développé un traitement efficace toujours d’actualité de nos jours. Il s’agit des sels de lithium, introduits en santé mentale par Hammond en 1871. Du fait d’une importante toxicité, son utilisation s’est rapidement réduite jusque vers la fin des années 1940. Le lithium est à nouveau introduit dans le traitement des phases maniques de la psychose maniaco-dépressive par John Cade, psychiatre australien, dès 1949 [7]. Mais il faudra attendre 1971 pour que la Food and Drug Administration (FDA) autorise l’utilisation de ce traitement aux États-Unis dans l’indication des troubles bipolaires, suite aux travaux de toxicité réalisés par Mogens Schou. Ce dernier a permis de déterminer le fameux intervalle thérapeutique compris entre 0,5 et 1 mmol/L.

L’association des sels d’or à la pyrothérapie

31

Ce traitement a été élaboré non pas suite à une observation empirique mais d’après l’élaboration d’une nouvelle hypothèse pathogénique de la schizophrénie. Comme le souligne Henri Ey, co-auteur d’un travail sur le sujet, le « virus tuberculeux serait impliqué dans la pathogénie de la démence précoce » [8]. À cette même époque, les sels d’or, ou chrysothérapie était l’un des traitements anti-infectieux de référence contre « les ultra virus de la tuberculose ». Le protocole consistait en une injection d’huile soufrée tous les 4 à 6 jours pour déclencher un accès de fièvre. Les injections de sels d’or de façon intercalaire étaient réalisées au décours des accès fébriles. Selon les commentaires des auteurs de la communication, des résultats intéressants étaient obtenus dans le traitement de la démence précoce [8].

Les traitements par matériel biologique

Lactothérapie

32

Ce traitement a été développé sur des bases empiriques : l’administration de lait s’est révélée efficace pour traiter les états d’agitation sous toutes ses formes. La lactothérapie est administrée par injection hypodermique, entre les 2 omoplates. Le matériel biologique recommandé est le lait de vache frais et stérilisé par ébullition. Quatre à 6 heures après l’injection survient une hyperthermie qui peut s’étendre sur 24 heures. L’agitation psychomotrice est alors jugulée en quelques heures. L’efficacité d’action n’a pu se mesurer qu’à court terme chez les patients schizophrènes. En revanche une efficacité à long terme a été décrite dans les cas de psychose puerpérale et les confusions d’origine alcoolique [35].

Hématoporphyrine

33

Isomère de la bilirubine, l’hématoporphyrine a été employée depuis 1929 par Hübmerfeld et Fink dans le traitement des états dépressifs et la mélancolie anxieuse. Ce dernier préconise une utilisation limitée aux « mélancolies psychogènes », dont les accès de dépression sont jugés « légitimes » [43].

34

Le mode d’action supposé de ce traitement était de modifier les proportions de calcium et de potassium utilisés dans la circulation sanguine. Or il était admis à cette époque une « certaine importance de ces 2 éléments dans les psychoses ». L’administration d’hématoporphyrine était de « ramener à la normale les taux de calcium et de potassium sanguins » [43]. Les meilleurs résultats cliniques ont donc été obtenus chez des sujets mélancoliques simples. En revanche, dans les états plus complexes tels les délires agités, ou des associations schizo-dépressives, l’efficacité est limitée. L’excitation maniaque constitue une contre indication absolue à ce traitement.

35

Ce traitement était jugé comme dépourvu de toute toxicité, et devait supplanter l’emploi des barbituriques dans le traitement des mélancolies, ce qui n’arriva jamais.

Thérapeutique hémoplacentaire

36

La principale hypothèse qui a sous tendu cette pratique pour le moins particulière consiste en une croyance que le sang des femmes enceinte aurait un effet bénéfique sur les psychoses. Il est couramment admis que ce sang contient des hormones circulantes stimulant la croissance fœtale : c’est cette hormone, nommée « gravidane » qui aurait une action thérapeutique [45]. En 1929, les docteurs Achheim et Zondeck ont isolé de l’urine des femmes enceintes cette fameuse gravidane, qu’ils nomment prolane, afin de traiter les psychoses. Toutefois, la méthode de purification reste complexe et une autre technique est mise en point. Le sang est prélevé directement sur le cordon ombilical immédiatement après l’accouchement [45]. Les injections de sang placentaire sont réalisées dans le dos, entre les 2 omoplates chez des patients schizophrènes tous les 2 à 3 jours. Une courte période d’excitation sexuelle est constatée dans le décours immédiat des injections. Une efficacité d’action est clairement reconnue à cette méthode aussi bien sur l’état mental que somatique des malades [39]. Ce traitement semble agir surtout dans les cas de schizophrénie catatonique et les dépressions des psychoses maniaco-dépressives, mais l’est moins dans les psychoses dites paranoïdes.

Transfusions de sang

37

Des transfusions de sang de patients malades mentaux convalescents étaient réalisées chez des patients en mauvais état général. Le concept de départ était fort simple : un apport de sang devait assurer son concours aux défenses de l’organisme transfusé, via l’apport de « phagocytes, d’antitoxines et d’anticorps apportés au patient, car c’est particulièrement cette action qui est recherchée chez les aliénés affaiblis, en état de dénutrition ou d’anémie » [9].

38

Les premiers tests effectués le furent sur des patients souffrant de paralysie générale avec état physique défectueux, transfusés avec du sang provenant d’autres patients atteints de paralysie générale mais convalescents [40]. Cette méthode assurait d’après les publications beaucoup de succès sur l’amélioration de l’état général des patients, leur permettant ensuite de supporter les traitements plus « classiques ».

39

Cette thérapeutique a ensuite été appliquée aux malades atteints de démence précoce et aux délirants aigus choisis du fait d’un mauvais état général. Les résultats obtenus ont été jugés bons, avec une reprise de poids et une amélioration de l’appétit des patients. Néanmoins, les médecins reconnaissaient une totale inefficacité sur les troubles mentaux [40].

Transfusion de sérum intrarachidien

40

Cette thérapeutique s’inspire de la précédente. Du sérum est prélevé chez des malades mentaux convalescents et directement injecté par voie intrarachidienne aux patients traités. L’hypothèse de bas reprend la théorie infectieuse des psychoses. Les troubles mentaux ne seraient que l’expression d’une infection de l’encéphale par des « virus filtrants » ou d’une origine toxique. Le sérum est prélevé chez des sujets convalescents car supposé riche en « produits de défense utile ». Des malades atteints de démence précoce et des délirants chroniques ont été traités par cette méthode avec succès. Une amélioration nette de l’état physique ainsi que de leurs symptômes mentaux a été rapportée par les auteurs en question [9].

Les traitements chocs

41

La plupart de ces traitements visent à provoquer un choc : thermique pour la malariathérapie, convulsif pour les cures de Sakel et au Cardiazol®, cardiaque pour le choc acétylcholinique.

La malariathérapie

42

En 1917 à Vienne, Julius Von Jauregg introduit la pratique de l’impaludation chez des patients souffrant de paralysie générale. Cette pratique était l’aboutissement de nombreuses observations empiriques concernant l’effet favorable des hyperthermies sur les troubles mentaux. Toutefois, Von Jauregg restreint sa nouvelle thérapie à une indication particulière : celle de la syphilis en phase tertiaire. Seule cette pathologie mentale est retenue pour deux raisons. Le choc thermique n’a qu’une efficacité limitée dans les psychoses alors que les troubles mentaux de la paralysie générale répondent de façon durable à cette méthode. Ensuite, le pronostic de la paralysie générale était sombre, avec une espérance de vie limitée à une moyenne de 2 ans. Ce qui autorisait à employer tout traitement pouvant démontrer une efficacité dans cette pathologie. Le choix du germe infectieux à inoculer se porte sur le paludisme du fait de l’existence d’un traitement efficace par la quinine. Les chocs thermiques consistent en l’impaludation des patients pour obtenir 10 à 12 accès palustres hyperthermiques avant de contrôler les accès par la quinine. L’efficacité clinique avérée sur l’état des patients paralytiques a permis de récompenser Von Jauregg par le prix Nobel de Physiologie et de Médecine en 1927.

La sismothérapie chimique : l’insulinothérapie et le Cardiazol®

43

Les traitements convulsivants sont introduits en pathologie mentale suite à une erreur d’interprétation et d’observation. L’un des dogmes dominant est un antagonisme entre épilepsie et psychose [20]. En effet, de nombreuses observations cliniques font état d’une corrélation négative entre ces 2 troubles mentaux. Cette constatation clinique intuitive a été confirmée par des études épidémiologiques entreprises dans les années 1920 dont les conclusions étaient formelles : la schizophrénie et l’épilepsie sont nécessairement exclusive l’une de l’autre, faisant suspecter un antagonisme biologique entre les 2 affections [13]. D’où l’idée de déclencher des crises convulsives afin de soigner les psychoses.

44

En 1933 à Vienne, Manfred Sakel développait la pratique du choc insulinique. Cette insulinothérapie était initialement utilisée à faible dose, sans provoquer d’épilepsie dans le traitement de la morphinomanie. Partant de l’hypothèse d’un antagonisme entre épilepsie et schizophrénie, des doses importantes d’insuline sont administrées aux patients psychotiques afin d’obtenir un coma puis des convulsions. Il était alors admis des effets nettement favorables de ces cures de Sakel sur les symptômes de la schizophrénie.

45

Avec une année d’écart, le hongrois Von Meduna, directeur de l’hôpital de Budapest introduit les bases de la sismothérapie chimique au Cardiazol®. Le 23 janvier 1934, il réalise ses premiers essais sur l’homme en utilisant initialement une injection d’huile camphrée afin de provoquer une crise d’épilepsie. Le premier patient, souffrant de schizophrénie catatonique est choisi pour son état grabataire désespéré. Après plusieurs injections d’huile camphrée provoquant avec succès des convulsions, le patient sort de sa torpeur [25]. Ce qui incite Von Meduna à poursuivre des travaux et à traiter en routine ses patients schizophrènes par cette méthode. Il remplace l’huile camphrée par le pentylènetétrazol (Cardiazol®) qui présente l’avantage d’avoir un délai d’action plus rapide. Von Meduna, partant des effets favorables de son traitement dans la schizophrénie établit un modèle pathogénique : l’induction des convulsions favoriserait l’hypertrophie des fibres nerveuses dans l’encéphale des schizophrènes, fibres révélées être plus ténues que chez les sujets sains par les études anatomopathologiques.

46

Tandis que ces deux dernières techniques se développent et incitent les Italiens Cerletti et Bini à mettre au point l’électroconvuslivothérapie, l’hypothèse d’un antagonisme entre schizophrénie et épilepsie tend à être abandonnée puis perd tout crédit avec la poursuite des recherches. Néanmoins l’efficacité de la sismothérapie est établie (sur des bases théoriques pourtant erronées) et continue à être employée encore de nos jours avec l’électroconvuslivothérapie, qui a supplanté la sismothérapie chimique.

Le choc acétylcholinique

47

Dès le début du XXe siècle, les deux principaux neurotransmetteurs ont pu être identifiés dans le système nerveux périphérique : l’adrénaline et l’acétylcholine. Progressivement l’hypothèse d’un fonctionnement similaire au niveau cérébral a vu le jour. Dès le début des années 1940, les premiers neurotransmetteurs sont mis en évidence dans le système nerveux central, dont l’acétylcholine. Ce qui a inspiré le choc acétylcholinique mis au point par le psychiatre italien Adamo Maria Fiamberti. La méthode consistait à injecter un agoniste cholinergique pour déclencher une crise, nommée « la burra vascolare », entraînant secondairement un arrêt cardiaque d’une dizaine de secondes [17]. D’après son auteur, il s’agissait d’un traitement efficace pour soigner la schizophrénie.

L’essor des amphétamines

48

Dès 1937, Bradley tente l’utilisation de la benzédine afin de soulager des céphalées survenant après les ponctions lombaires. Au cours de cette administration à des enfants, il remarque que ces jeunes patients présentent moins d’agitation et moins d’opposition aux soins. Suite à cette observation triviale, Bradley étant l’utilisation de la benzédine puis des amphétamines aux troubles du comportement du comportement des enfants. Il publie alors la première étude de ce type dans la littérature internationale [4, 5], qui sera le point de départ de la prescription ultérieure de la Ritaline® dans les troubles hyperkinétiques de l’enfant.

Conclusion

49

Avant l’émergence des traitements psychotropes actuels, force est de constater que la pharmacopée était diversifiée et relativement efficace pour limiter certains symptômes observés dans les maladies mentales. La plupart avaient un rôle uniquement sédatif, limité à la notion de « contention chimique ». Toutefois c’est durant la première moitié du XXe siècle que vont être découverts et développés deux traitements toujours d’actualité : la Ritaline® et le lithium.

50

À cette période va succéder un considérable essor de la psycho pharmacologie moderne. La découverte du Largactil® en 1952 marque un tournant dans la thérapeutique psychiatrique. Premier neuroleptique antipsychotique, il va révolutionner la prise en charge des patients schizophrènes et éviter le recours aux traitements de choc et aux cures de sommeil sous barbituriques. Le Largactil® va également permettre un changement de paradigme psychiatrique, en introduisant la théorie dopaminergique comme cause des symptômes psychotiques, balayant les théories infectieuses (ultra virus tuberculeux) ou ionique (mauvaise balance entre sodium et potassium). L’autre année charnière sera 1957, avec la découverte simultanée des benzodiazépines et des antidépresseurs. La découverte des benzodiazépines sera dû au hasard : Leo Sternbach, travaillant sur la synthèse d’un colorant synthétise le chlordiazépoxide plus connu sous le nom de Librium®, première benzodiazépine. Il en va de même pour la synthèse des inhibiteurs de la synthèse des monoaminoxydase (IMAO). L’essai d’un antituberculeux, l’Iproniazide n’aura d’autre effet que de plonger les malades dans un état d’euphorie.

51

Nous ne pouvons que constater que le passage des traitements essentiellement sédatifs de la période ciblée aux traitements dits modernes s’est réalisé dans le cadre d’expérimentations certes, le hasard restant toutefois le moteur principal de cette révolution des années 1950.


Références

  • Adam A, De. l’emploi de l’uréthane comme hypnotique chez les aliénés. Ann Med Psychol 1888 ; 8 : 216-9.
  • Bécoulet E, De. l’emploi du bromure de potassium dans la folie épileptique. Ann Med Psychol 1869 ; 1 : 238-47.
  • Bigot V, De. l’influence de la digitale à petite dose sur l’agitation maniaque à petite dose, particulièrement chez les épileptiques. Ann Med Psychol 1874 ; 12 : 179-94.
  • Bradley C. Behavior of children receiving benzedine. Am J Psychiatry 1937 ; 94 : 577-85.
  • Bradley C, Bowen M. Amphetamine (benzedine) therapy of children’s behavior disorders. Am J Orthopsychiatry 1941 ; 11 : 92-102.
  • Brie R, De. l’emploi du trional comme hypnotique. Ann Med Psychol 1895 ; 2 : 329-30.
  • Cade JF. Lithium salts in the treatment of psychotic excitement. Med J Aust 1949 ; 2 : 349-52.
  • Claude H, Ey H, Dublineau J. Pyrothérapie soufrée et chrysothérapie dans le traitement de certaines démences précoces, 4e Congrès de thérapeutique. Paris : Doin, 1933.
  • Daussy H. Transfusion de sang et sérum de convalescents intrarachidien en thérapeutique mentale. Ann Med Psychol 1933 ; 1 : 636-41.
  • Drapes T. Hyoscin in insanity. BMJ 1889 ; 1 : 942.
  • Dujardin-Beaumetz M. Àpropos du paraldéhyde. Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie 18 janvier 1884 : 56.
  • Dumesnil E, De. l’association de la digitale à l’opium contre l’excitation dans diverses formes d’aliénation mentale. Ann Med Psychol 1868 ; 11 : 70-6.
  • Glaus A. Uber Kombinationen von Schizophrenie und Epilespie. Zeitschrift für die gesamte. Neurologie und Psychiatrie 1931 ; 135 : 450-500.
  • Hoskins RG. The manganese treatment of schizophrenic disorder. Journal of Nervous and Mental Disease 1934 ; 79 : 59-62.
  • Hostermann W, De. l’emploi de l’amylnitrite dans la mélancolie. Ann Med Psychol 1875 ; 13 : 460-1.
  • Jastrowitz D. Sur l’action thérapeutique de l’hydrate de chloral. Ann Med Psychol 1870 ; 3 : 34-52.
  • Koupernik C. Choc acétylcholinique. Ann Med Psychol 2005 ; 163 : 305-9.
  • Kraeplin E. Des effets de l’uréthane. Ann Med Psychol 1888 ; 8 : 470-1.
  • Kraepelin E. (trad. Géraud M). La Folie maniaco-dépressive. Bordeaux : Éditions Mollat, 1997.
  • Krapf E. Epilepsie und schizophrenie. Archiv für psychiatrie und Nervenkrankheiten 1928 ; 83 : 547-86.
  • Lailler MA. Revue de thérapeutique appliquée au traitement des maladies mentales. Ann Med Psychol 1895 ; 2 : 391-416.
  • Lawson D, De. l’efficacité de l’hyoscamine. Ann Med Psychol 1880 ; 4 : 134-5.
  • 23. Layman JW. A quantitative study of certain changes in schizophrenic patients under the influence of sodium amytal. J Gen psychiatry 1940 ; 22 : 67-86.
  • Luys J. Le Traitement de la folie. Paris : Rueff et compagnie éditeurs, 1893, 334 p.
  • Meduna LJ. Von Uber experimentelle Campherepilespie. Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 1934 ; 102 : 333-9.
  • Otto Graf E. Sur le nitrate d’amyle. Ann Med Psychol 1877 ; 18 : 136.
  • Otto Graf E. Kaliumsbromids im epilepsie. Archiv für psychiatrie, 1874 ; 5 : 32-8.
  • Palmer HD, Braceland FJ. Six years experience with narcosis therapy in psychiatry. Am J Psychiatry 1937 ; 94 : 37-57.
  • Pichard H, Casaubon RA, Gabrielli I. Action du chlorure de calcium associé à l’hyposulfite de magnésium dans divers syndromes neuropsychiatriques. Ann Med Psychol 1934 ; 22 : 59-64.
  • Pinel P. Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale ou la manie, 2nde édition. Paris, 1809, p 346.
  • Rousseau EE. Du traitement de l’alcoolisme et du délire aigu par les bains frais et le bromure de potassium. Ann Med Psychol 1880 ; 4 : 161-7.
  • Ruschervegh T. Mode d’administration et effets du sulfonal. Ann Med Psychol 1892 ; 15 : 313-4.
  • Schramm E. Des effets du nitrite d’amyle dans la mélancolie. Ann Med Psychol 1877 ; 17 : 277-80.
  • Silomon T. Des injections de morphine chez les aliénés. Ann Med Psychol 1877 ; 18 : 133-6.
  • Silva R, Pinero H. La lactothérapie dans les états d’agitation. Ann Med Psychol 1933 ; 2 : 279.
  • Sommer MM. Effets de la paraldéhyde. Ann Med Psychol 1888 ; 8 : 469-70.
  • Stark F. Observations sur l’action du bromure de potassium chez les fous épileptiques. Ann Med Psychol 1877 ; 18 : 139-40.
  • Sullivan DJ. Psychiatric uses of intravenous sodium amytal. Am J Psychiatry 1942 ; 99 : 411-8.
  • Susmann Galant I. Meine ersten Ergebnisse der Behandlung von Schizophrenien mit Plazentablut. Münchener medizinische Wochenschrift 1934 ; 20 : 158-72.
  • Szegöcly E. Therapeutische versuche mit Bluttransfusion bei progressive Paralyse. Psychiatrisch-Neurologische Wochenschrift 1933 ; 23 : 246-68.
  • Voisin A. Étude historique et thérapeutique sur le bromure de potassium. Archives générales de médecine 1873 ; 21 : 35-53.
  • Vernois M, De. l’emploi de la digitaline dans le traitement de la manie. Ann Med Psychol 1862 ; 8 : 457.
  • Vinchon J, Bourgeois P. Essai de traitement de la mélancolie par l’hématoporphirine. Ann Med Psychol 1933 ; 2 : 279.
  • Yeragani VK, Gershon S. Hammond and lithium : historical update. Biol psychiatry 1986 ; 21 : 1101-2.
  • Zaitzew A. Thérapeutique hémoplacentaire des psychoses. Ann Med Psychol 1933 ; 2 : 82-4.

Notes

[1]

Centre hospitalier spécialisé de Sarreguemines, Unité malades difficiles, 1, rue Calmette, 57200 Sarreguemines, France

<alexandrebaratta@aol.com>

[2]

Centre hospitalier spécialisé d’Erstein, Secteur de psychiatrie adulte G11, Erstein, France

Résumé

Français

Au fil des siècles, l’histoire de la médecine s’est nourrie des influences réciproques entre l’utilisation de diverses thérapeutiques (physiques ou biologiques) et les hypothèses anatomophysiopathologiques : les maladies mentales n’ont pas échappé à ce courant. En délimitant nos recherches aux seules thérapeutiques biologiques, sur une période bien précise, nous avons souhaité connaître les moyens (molécules ou principes actifs) utilisés spécifiquement entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Durant cette période, les médecins ont employé des substances, d’abord d’origine naturelle puis synthétiques avec l’avènement de la chimie. Les objectifs thérapeutiques, tout comme les hypothèses physiopathologiques à l’origine des troubles sur lesquels ces traitements sont censés agir, ont évolué. Ainsi, la recherche initiale de la sédation de l’agitation a progressivement cédé sa place, sans jamais totalement disparaître, à la recherche d’effets plus ciblés comme l’action antipsychotique par exemple. Cette revue nous incite à confronter avec humilité nos pratiques actuelles à la question essentielle : que traitons-nous dans les maladies mentales et sur quelles bases physiopathologiques ?

Mots-clés

  • pharmacopsychologie
  • thérapeutique médicamenteuse
  • psychiatrie
  • histoire
  • évolution
  • xixe siècle
  • xxe siècle

English

Biological treatment in psychiatry between the second half of the nineteenth century and the first half of the twentieth centuryOver the centuries, the history of medicine has been nourished by reciprocal influences between the use of various therapies (physical or biological) and anatomy and physiopathological hypotheses: mental illness has not escaped this trend. By limiting our research to biological therapeutics alone and for a very specific period, we wanted to discover the means (molecules or active principles) specifically used between the late nineteenth and early twentieth century. During this period, physicians used substances, first of a natural origin and then later synthetic, with the advent of synthetic chemistry. Therapeutic goals, as well as the pathophysiological hypotheses behind these disorders by which these treatments are expected to act, have subsequently evolved. Thus, the initial search for the sedation of agitation has gradually given way, without ever completely disappearing, to search for more targeted effects such as antipsychotic action for example. This review has prompted us to compare our current practices with humility and to ask the essential question: what do we in fact treat in mental illness and on what pathophysiological basis?

Keywords

  • pharmacopsychology
  • drug therapy
  • psychiatry
  • history
  • evolution
  • 19th century
  • 20th century

Español

Los tratamientos biológicos en psiquiatría entre la secunda mitad del siglo XIX y la primera mitad del XXA lo largo de los siglos, la historia de la medicina se ha nutrido de las influencias recíprocas entre utilización de diferentes terapeúticas (físicas o biológicas) y las hipótesis anatomofisiopatológicas : las enfermedades mentales no se han librado de esta corriente. Al ceñir nuestra investigación sólo a las terapeúticas biológicas, en un periodo exactamente delineado, hemos deseado conocer los medios (moléculas o principios activos) específicamente usados entre el final del siglo XIX y principios del XX. Durante este periodo, los médicos emplearon substancias, primero de origen natural luego sintéticas con el advenimiento de la química. Han evolucionado los objetivos terapeúticos, así como las hipótesis fisiopatológicas causantes de los trastornos sobre los que se supone que estos tratamientos van a actuar. Así es como la investigación inicial sobre sedación de la agitación fue cediendo paulatinamente su lugar, sin desaparecer nunca totalmente, a la búsqueda de efectos más delimitados como la acción antipsicótica por ejemplo. Este repaso nos lleva a cotejar humildemente nuestras prácticas actuales con la siguiente pregunta : ¿ qué es lo que tratamos en las enfermedades y sobre qué bases fisiopatológicas ?

Palabras claves

  • farmacopsicología
  • terapeútica medicamentosa
  • psiquiatría
  • historia
  • evolución
  • siglo XIX
  • siglo XX

Plan de l'article

  1. Introduction
  2. Traitements de la seconde moitié du XIXe siècle
    1. La narcothérapie
    2. Opiacés
    3. Chloral
    4. Sulfonal
    5. Trional
    6. Paraldéhyde
    7. Somnal
    8. Le bromure de potassium
    9. Le bromure de lithium
    10. Les atropiniques
    11. Traitements à action cardiovasculaire
      1. Nitrite d’Amyl
      2. Digitaline
  3. Les traitements de la première moitié du XXe siècle
    1. La narcothérapie
    2. Les traitements par sels minéraux
    3. L’association des sels d’or à la pyrothérapie
    4. Les traitements par matériel biologique
      1. Lactothérapie
      2. Hématoporphyrine
      3. Thérapeutique hémoplacentaire
      4. Transfusions de sang
      5. Transfusion de sérum intrarachidien
    5. Les traitements chocs
      1. La malariathérapie
      2. La sismothérapie chimique : l’insulinothérapie et le Cardiazol®
      3. Le choc acétylcholinique
      4. L’essor des amphétamines
  4. Conclusion

Article précédent Pages 539 - 547 Article suivant
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...