Accueil Revue Numéro Article

Nouvelle revue de psychosociologie

2014/1 (n° 17)

  • Pages : 232
  • ISBN : 9782749241265
  • DOI : 10.3917/nrp.017.0189
  • Éditeur : ERES

ALERTES EMAIL - REVUE Nouvelle revue de psychosociologie

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 189 - 189 Article suivant
1

Nous avons perdu un ami, un collègue et un membre du cirfip, tous ses proches l’ont accompagné dans son dernier trajet le 7 février. Nous étions tous tristement conscients d’être quittés par un être de qualité que nous avions aimé pour la jeunesse de son cœur, son intelligence aiguisée par une curiosité vive, pour sa présence affectueuse et son humour malicieux. C’était un praticien, un clinicien humain, l’esprit en éveil et vigilant mais les bras grands ouverts pour accueillir l’autre, que celui-ci cherche un peu d’amitié ou qu’il souffre.

2

Étudiant, chargé de cours, collègue depuis plus de quarante ans, il a suivi un itinéraire qui ne l’a jamais éloigné de nous, de Paris-7, en sciences humaines cliniques dans les années qui suivirent 68, dans nos associations de cliniciens des pratiques de groupe, au Laboratoire de psychologie clinique et sociale. Il était aussi membre du Laboratoire de changement social. C’était un membre fidèle du cirfip où on avait pu l’entendre lors de conférences qu’il y avait données accompagné du psychiatre J.-P. Martin. Depuis les années 1970, il s’était affirmé comme un psychologue ardemment défenseur des pratiques innovantes soit dans le soin des maladies mentales (expérience du Vouvray, de psychiatrie dans la ville, avec psychiatres, psychanalystes et artistes), soit dans la formation appliquée dans un cadre associatif à des milieux divers, soit en institution au chs de Maison-Blanche ou à l’hôpital Esquirol (centre d’accueil, expériences d’alternative thérapeutique, ateliers, réunions communautaires). Il s’est beaucoup investi ces dernières années dans le groupe « Squats » de Médecins du Monde sur la trace des marginaux. Le psychanalyste qu’il était dans le privé avait investi cette pratique comme une autre face de la clinique, s’y consacrant avec la même générosité. Sa curiosité, sa soif d’écouter et d’accompagner l’ont conduit à s’intéresser et à se former à des méthodes plus actives comme le rebirth ou les techniques du clown. Il a publié dans plusieurs revues de psychologie et, avec C. Jallan, Psychanalyse et dynamique du souffle, chez Dunod, en 1988. Une âpre maladie l’a finalement emporté trop peu de temps après son soixante-dixième anniversaire.

3

Adieu notre ami.


Article précédent Pages 189 - 189 Article suivant
© 2010-2017 Cairn.info