Accueil Revues Revue Numéro Résumé

Travaux de linguistique

2014/1 (n°68)


ALERTES EMAIL - REVUE Travaux de linguistique

Votre alerte a bien été prise en compte.

Vous recevrez un email à chaque nouvelle parution d'un numéro de cette revue.

Fermer

Article précédent Pages 49 - 63 Article suivant

Résumé

Français

L’article est consacré à la description du fonctionnement en français contemporain de la collocation V de N (de type Hurler de rage, rayonner de bonheur, mourir d’ennui …, où le substantif est un nom d’affect, d’état psychologique ou de sensation, et le verbe en désigne une manifestation observable). L’examen du corpus des textes du web francophone permet de constater le passage de l’interprétation initiale en termes de cause/conséquence vers celle où le substantif joue le rôle du prédicat central, et le verbe a la fonction d’intensifieur.

English

This paper deals with collocations of the type V de N (e.g. hurler de rage, rayonner de bonheur, mourir d’ennui…, in which the noun denotes an emotion, a psychological condition or a sensation, and the verb its manifestation). On the basis of a corpus of French texts published on the Web, we can conclude that the initial interpretation in terms of cause vs. consequence gradually shifts to one in which the noun acts as the main predicate, and the verb as an intensifier.

Plan de l'article

  1. 1 - Hurler de rage, rayonner de bonheur… (plus de) vingt ans après
    1. 1.1 - Corpus de Leeman (1991)
    2. 1.2 - Corpus de Pilecka (2010)
  2. 2 - Quand de N n’est plus un complément circonstanciel
  3. 3 - Vers l’emploi intensifiant pur
    1. 3.1 - Cadres syntaxico-lexicaux favorisant l’interprétation intensive
    2. 3.2 - Incompatibilité sémantique comme indice de l’emploi intensif du verbe
    3. 3.3 - Marqueurs épilinguistiques
  4. 4 - Remarques finales

Accéder à cet article
© 2010-2018 Cairn.info
Chargement
Connexion en cours. Veuillez patienter...