CAIRN.INFO : Matières à réflexion

Depuis plusieurs années, la question du consentement se manifeste avec de plus en plus de force au sein des établissements et services accueillant des personnes vulnérables. Pierre d’assise éthique, elle est aussi un impératif juridique depuis la loi du 2 janvier 2002. En effet, cette dernière pose la recherche du consentement de la personne comme une condition nécessaire à la pratique professionnelle, laquelle est perçue non plus comme un acte lui étant destiné mais comme un accompagnement qui lui est proposé sous la forme d’un projet de vie co-construit. Le bénéficiaire d’antan, devenu usager, est désormais pensé comme l’acteur central de sa propre existence au sein d’un espace institutionnel contemporain fortement contractualisé.
Or, le consentement est un concept complexe, polysémique et fluctuant selon les époques et les penseurs qui s’y sont intéressés. Par ailleurs, cette complexité rencontre celle des situations de vie des personnes vulnérables, souvent en difficulté face à la compréhension des enjeux qui les concernent.
La loi 2002-2 utilise à ce propos une terminologie qui n’a rien d’anodin : ce n’est pas le consentement lui-même qui est exigé mais sa recherche systématique. Si l’obligation qui s’impose ici aux institutions est celle des moyens à mettre en œuvre et non celle des résultats à obtenir, c’est bien en raison de ces situations dans lesquelles la position de la personne n’est pas limpide, voire se trouve être impossible à réellement recueillir.
La réalité du terrain professionnel, véritable dialectique entre protection légitime de l’usager et privation de liberté du citoyen, nous montre tous les jours que ce point de bascule est difficile à déterminer…

Français

Cet article explore la question du consentement des personnes vulnérables et de la démarche éthique qui vise à favoriser son expression libre et éclairée. En présentant quelques considérations étymologiques et en se basant sur la pensée philosophique d’Aristote, de Kant et de Mill, il cherche à proposer un cadre conceptuel aux institutions désireuses de penser leurs pratiques.
Par cet étayage, il souhaite montrer que le consentement n’est que l’avers d’une pièce constituée d’un revers prenant la forme de l’assentiment. Consentir est une décision, assentir est l’implication personnelle sur le chemin singulier menant à celle-ci. Les deux doivent donc être abordés ensemble, ce qui peut être soutenu par la pensée aristotélicienne (l’acte en tant que tel), par la pensée kantienne (l’acte en tant qu’expression de la volonté), et enfin au travers des jalons de Mill au sujet de ce qui constitue la légitimité d’une contrainte.

Mots-clés

  • éthique
  • philosophie
  • Aristote
  • Kant
  • Mill
  • consentement
  • assentiment
  • institution
  • vulnérabilité
Lucas Bemben
Psychologue clinicien et psychothérapeute au sein d’institutions médico-sociales. Il est également le fondateur du collectif de recherche Psymas (http://www.psymas.fr) et de la revue participative defi (http://defi.psymas.fr). Il est auteur d’un ouvrage collectif paru aux éditions érès : Accompagnement institutionnel d’adultes en situation de handicap : défis éthiques et perspectives cliniques (2019).
Cette publication est la plus récente de l'auteur sur Cairn.info.
Il vous reste à lire 96 % de cet article.
Acheter cet article 4,00€ 19 pages, format électronique
(html et pdf)
add_shopping_cart Ajouter au panier
S'abonner à Cairn Pro À partir de 15€ par mois Accédez en toute liberté à 152 revues de référence En savoir plus
Autres options
Acheter ce numéro link Via le sommaire
S'abonner à cette revue link Via la page revue
Membre d'une institution ? business Authentifiez-vous
Déjà abonné(e) à Cairn Pro ? person_outline Connectez-vous
Déjà abonné(e) à cette revue ? done Activez votre accès
Mis en ligne sur Cairn.info le 26/04/2021
https://doi.org/10.3917/vsoc.211.0079
Pour citer cet article
Distribution électronique Cairn.info pour Érès © Érès. Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de l’éditeur, de reproduire (notamment par photocopie) partiellement ou totalement le présent article, de le stocker dans une banque de données ou de le communiquer au public sous quelque forme et de quelque manière que ce soit.
keyboard_arrow_up
Chargement
Chargement en cours.
Veuillez patienter...